Retrouvaille improvisée
    Cher visiteur,

    Tu viens de pénétrer dans une zone de quarantaine!! Tout le monde peut entrer, mais sortir d'ici est impossible. Ainsi, tu n'as plus d'autre choix que de t'inscrire mais attention !! Les membres de ce forum sont fou, psychopathe et complètement atteint de la cervelle, fan de ship, bizarre... Le staff de ce forum aime le sang, les morts et le sadisme... Cher visiteur, si tu es un minimum drôle et déluré, alors les personnes composant Deathly Hallows sont tes amis!!

    De toute façon tu n'as plus le choix, tu es contaminé, tu es perdu... Tu vas bientôt devenir toi aussi un ADC (Atteint De la Cervelle) et ça ne se guérit pas alors n'attend plus, et inscris-toi."


    On est pas obligé d'être fan d'Harry Potter pour s'inscrire sur ce forum. :-) Laissez nous notre chance, vous verrez qu'on est pas méchant. ̿ ̿̿'̿'̵͇̿̿з=(•̪●)=ε/̵͇̿̿/'̿'̿̿̿ ̿ ̿ ̿



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Retrouvaille improvisée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Retrouvaille improvisée   Mer 23 Fév - 17:12

    Marriana se baladait tranquillement dans les rues londoniennes par ce doux après-midi. C’était une des rares journées auxquels ils avaient droit ces derniers temps et la jeune femme décida qu’elle allait en profiter pleinement plutôt que de rentrer s’enfermer chez elle avec pour seule compagnie sa télévision et son chat ! Dès qu’elle eut terminé sa journée, la jeune demoiselle troqua sa tenue de médicomage contre sa tenue civile. Marriana croisa sa soeur de coeur, Dahrah et lui proposa une petite balade mais la belle rousse déclina poliment l’invitation car elle avait prévu autre chose pour l’après-midi. A son regard on ne peut plus brillant, Marry se douta qu’il devait bel et bien y avoir un homme là dessous. Sans en prendre le moins du monde ombrage, Marriana elbrassa son amie sur la joue et se dirigea vers le soleil qui lui tendait les bras. La jeune femme resta immobile durant une fraction de seconde avant de sortir une paires de lunettes de soleil griffée de son sac à main. Elle les posa sur son nez et commença sa petite promenade. Ses pensées voguèrent au fils de son esprit sans qu’elle ne cherche à les brider plus que de raison. Elle était tout sourire par un temps pareil et son humeur était vraiment au beau fixe. La belle brune pensa d’ailleurs qu’il faudrait des journées comme celle-là beaucoup plus souvent pour son moral. Marriana avait à plusieurs reprises songé à partir s’installer en Espagne mais elle n’avait pas le coeur de quitter sa famille ni Dahrah. Du coup, elle faisait comme elle pouvait avec le temps maussade de Londres. Mais cessons de parler de celà pour nous concentrer sur l’instant présent et le bonheur de cette douce chaleur sur la peau matte de notre jeune femme.

    Les pas de la jeune médicomage la guidèrent vers le chemin de traverse, un de ses endroits préférés pour le shopping. Marriana passa son temps à faire du lèche vitrine, entrant dans l’une ou l’autre boutique pour y faire des essayages, des achats ou juste pour le plaisir des yeux. La jeune femme passa d’ailleurs devant chez Florian Fortarôme et ne pu résister à la tentation de prendre une petite crème glacée. C’est que c’est une grande gourmande notre Marriana. Elle salua quelques personnes qu’elle connaissait et passa devant une boutique qui lui rappela des souvenirs plus ou moins amusants. En effet, notre belle brune se retrouva devant une armurerie et pas n’importe laquelle, celle d’un de ses patients. En effet, le jeune tenancier du magasin s’était présenté quelque temps plus tôt à Sainte-Mangouste suite à une infection au niveau du pied droit, quelque chose de vraiment moche en fait, comme s’il avait essayé de se soigner par lui-même sans y parvenir avec succès. Un petit sourire naquit sur les lèvres pulpeuse de notre belle brune. Elle se souvenait parfaitement de l’homme auquel elle avait eu affaire. Il n’était pas très bavard, ce qui tombait bien car elle ne l’était pas spécialement non plus mais il avait été vague dans ses réponses aux questions de la médicomage et il lui avait clairement fait comprendre que ce qui lui était arrivé n’était en aucun cas les affaires de sa soignante. Marriana n’avait pas plus approfondit le sujet, se contentant de terminer ses sortilèges et de bander le pied du jeune homme en silence. Pourtant, elle n’était pas restée indifférente à l’homme. Mon Dieu, elle qui était tellement maladroite et amour et surtout en relation avec les hommes, elle se faisait rire elle-même de se retrouver pile poils devant cette armurerie ! L’homme qu’elle avait rencontré à Sainte-Mangouste était grand, plutôt beau garçon et assez aimable bien que peu bavard. La curiosité poussait inexorablement Marriana à entrer dans la boutique, juste pour le fun quoi ! Pourtant, la jeune demoiselle ne trouvait aucune raison valable pour expliquer qu’elle se trouvait à cet endroit précis. Elle avait beau se creuser la tête, elle n’avait décidément rien à faire là ! Et pourtant, la curiosité l’emporta sur la raison comme d’habitude.

    La jeune femme resta encore quelques secondes à observer la vitrine de l’armurerie, elle n’arrivait pas à comprendre comment on pouvait aimer ce genre de chose et les utiliser alors qu’une simple baguette magique est tellement plus discrète et efficace par moment. La jeune femme se retrouva malgré elle sur le péron de la boutique et poussa la porte d’entrée. Un petit tintement de clochettes retentit dans la boutique, signe qu’un potentiel client avait pénétré les lieux. La jeune demoiselle jeta tout d’abord un rapide coup d’oeil circulaire autour d’elle. Rien n’était susceptible de l’attirer dans ce genre d’endroit sauf la curiosité, elle était vraiment pas bien dans sa tête pour le moment la miss ! Soit, maintenant qu’elle y était, elle ne pouvait plus faire marche arrière, autant aller jusqu’au bout ... Marianna déambula durant quelques minutes dans les allées du petit commerce, observant tout ce qui se trouvait autour d’elle. Au bout de quelques minutes, elle sentit une présence toute proche mais ne se retourna pas pour autant. Marriana continua son exploration sans oser toucher à quoi que ce soit. Avec sa chance, elle ferait tout tomber et se ferait remarquer. C’est donc les bras le long du corps que la jeune femme se balada dans l’endroit. Quelques mètres plus loin, la belle brune se retrouva devant un comptoir, un homme lui tournait le dos. Marry s’approcha de son pas aérien et attendit quelques instants. Voyant que le gérant du magasin ne se retournait pas, elle toussota légèrement, histoire de se faire remarquer quoi ...

    “Bonjour”

    Ce fut le seul mot qu’elle prononça de sa voix douce et calme. Il ne fallait pas trop lui en demander pour le moment, surtout qu’elle ne savait toujours pas comment elle allait elle-même réagir ni comment il allait réagir à son apparition ni même ce qu’elle allait lui dire pour justifier son intrusion dans sa vie. Après tout, il n’aurait du être qu’un patient parmis tant d’autre pour elle et ce n’était pas dans les habitudes de notre médicomage de rechercher à revoir un de ses patients. Généralement, Marriana s’efforçait de les oublier aussi vite qu’ils étaient entré dans sa vie. Alors, pourquoi était-elle à cet endroit, à cet instant précis ?! C’était une question qui restait malheureusement sans réponse pour notre belle brune.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Jeu 24 Fév - 17:17

Les journées passent et ne se ressemblent guère. Encore, il y a quelques jours, il aurait pu dire que tout était calme, trop calme d’ailleurs, mais depuis ces jours-là, il y avait une certaine influence chez lui. Va comprendre pourquoi tout d’un coup, le monde, les sorciers venaient acheter des armes, certes basiques pour la plupart. Et pourtant ce n’était même pas les soldes, d’autant plus qu’une arme ne rendait pas vraiment la sécurité, c’était la façon de s’en servir. Mais bon, il n’était pas vraiment là pour donner des leçons à ces apprentis guerriers qui découvraient pour la première fois ce qu’était une arme. Il se contentait donc de jouer au bon commerçant. D’ailleurs, il avait même le droit à quelques commandes saugrenues à vrai dire, pas vraiment étonnant quand on savait que son armurerie se trouvait en plein dans l’Allée des Embrûmes. Peut-être pour cela qu’en ce moment, on profitait un peu du calme, tout relatif, qu’il y avait dans sa boutique pour vérifier ses stocks mais également les différentes commandes qu’on lui avait passé il y a quelques jours.

D’ailleurs, il terminait justement d’en emballer une derrière son comptoir, dos tourné à la porte bien entendu. S’il fut surpris d’entendre la sonnette lorsque la porte s’ouvrit, on n’en remarqua rien, à vrai dire, ce n’était pas le cas, si un commerçant était surpris à chaque visite d’un client, il ne devait pas beaucoup vendre alors. En tout cas, la personne qui venait de pénétrer dans son antre, ne souhaitait visiblement pas le tuer, en même temps, faudrait être un peu fou pour tenter de le faire. Bien, il allait malgré tout terminer sa commande, ce client avait le temps de faire le tour du magasin comme cela n’est-ce pas ? Autant le laisser découvrir ce qui se cachait dans les environs ou plutôt les différents objets, si l’on pouvait appeler des armes comme cela, qui se trouvaient exposés dans les environs. S’il souhaitait vraiment des précisions, nul doute que cette personne n’hésiterait pas à l’interpeller n’est-ce pas ? Il finit tranquillement le paquet avant d’entendre un léger toussotement, tiens, visiblement, on souhaitait le déranger ou signaler simplement sa présence.

Finissant l’emballage, il se retourna quelques instants avant d’hausser simplement un sourcil. Ce qui était étonnant, c’était de voir une femme entrer ici, pas que c’était interdit ni même improbable, mais surtout que cette jeune femme était médicomage. Il se rappelait parfaitement bien du jour ou suite à un contrat, qui avait potentiellement mal tourné, il s’était retrouvé avec une vilaine blessure au pied qu’il avait tenté de guérir de lui-même. Le problème, c’était que ceux qu’il avait tués, ils avaient légèrement empoisonnés ce qui avait causé sa blessure et du coup, cela s’était quelque peu infecté. Bien la seule fois ou il avait été à Sainte Mangouste. D’ailleurs, on ne pouvait pas dire que cela s’était très bien passé, il avait été très peu coopératif, en même temps, difficile de dire la vérité et sur comment il s’était fait cela, mais au moins les médicomages étaient charmantes au regard, bien qu’avec celle-ci l’ambiance avait été assez tendue, des deux côtés.

Enfin tout cela pour dire que c’était étonnant de la voir ici, en plein dans cette allée et surtout dans son magasin, elle n’avait pas vraiment l’air de quelqu’un ayant besoin d’une arme n’est-ce pas ? Ou alors elle le cachait très bien. Elle n’était pas une tueuse non plus, elle n’en avait pas le profil, bien trop, comment dire, chaleureuse en quelque sorte. Bref tout ceci était étonnant.


"Bonjour."

Il ne voyait pas vraiment quoi dire d’autre, il faut dire que c’était surprenant n’est-ce pas ? Bon au moins cette fois, elle n’était pas là pour le soigner ou pour demander comment il s’était fait une telle blessure n’est-ce pas ? Ou alors elle prenait son travail bien à cœur pour vérifier que ses patients étaient toujours en vie.

"Je doute que vous soyez là pour acheter une arme."

Léger sourire malicieux, bien, c’était toujours une manière pour entrer dans une discussion n’est-ce pas ? Ou pour la lancer visiblement, même s’il ne savait pas trop quoi dire, après tout, ils ne se connaissaient pas vraiment. Certes, elle était loin d’être désagréable au regard, au contraire, nous restions un homme après tout, mais pour autant, elle restait une parfaite inconnue.

"Qu’est-ce qui vous amène dans l’Allée des Embrûmes ? A part vérifier que je ne me suis pas à nouveau infecté le pied ?"

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Jeu 24 Fév - 19:59

    Comme vous les savez déjà, Marriana était partie se promener après une dure journée de labeur à l’hôpital Sainte-Mangouste où elle travaillait comme médicomages. Le temps étant magnifique en cette après-midi et n’ayant pas envie de rentrer chez elle, notre belle brune avait laissé ses pas la porter vers le chemin de traverse, son artère commerciale préférée avant de se rendre à l’entrée de l’allée des embrumes au gré de ses pensées. Au départ, Marriana ne pensait pas aller si loin mais le déstin en avait décidé autrement, ça lui apprendrait à être aussi tête en l’air tient. Soit, la jeune femme s’était alors retrpouvée devant une armurerie, boutique appartenant à un de ses patients, un jeune homme qu’elle avait soigné quelque temps plus tôt pour une infection magique au pieds suite à une blessure assez profonde. Le jeune homme en question n’avait pas désiré s’étendre plus en avant sur les raisons de cette vilaine blessure et bien entendu, la curiosité de notre belle brune prenant le dessus, elle avait essayer de le questionner pour connaitre le fin mot de l’histoire. Bien entendu, il avait coupé assez court à la conversation et Marriana n’avait pas chercher à engager la conversation plus avant. Il était mignon, certes et même franchement attirant mais s’il ne voulait pas qu’elle se mêle de ses affaires, la médicomage le comprenait très bien et essayait au maximum de respecter les choix de ses patients. Pourtant, elle avait eu envie de connaitre plus en profondeur ce jeune homme tellement mystérieux sans y parvenir bien évidemment. Ils s’étaient quittés comme ils s’étaient rencontrés, en coup de vent et Marianna n’avait jamais recherché à le revoir sauf en ce superbe après-midi.


    Ses pas l’avaient menés devant la boutique d’armes et elle y était entrée sans aucune intention d’acheter quoi que ce soit et sans même savoir ce qu’elle allait bien pouvoir dire au jeune homme qui tenait ce magasin. Elle n’avait aucune raison de se trouver là et puis, elle ne voyait aucunement l’utilité d’avoir une arme à feu chez soi alors qu’une baguette magique est tellement plus pratique mais ellez comprendre ! Les gens sont tellement bizarres parfois ! Soit, Marriana avait fait un peu le tour de la boutique sans oser toucher à quoi que ce soit, elle ne voulait pas faire de bêtises et puis, un coup était si vite partit ! Après quelques minutes, la jeune femme s’était retrouvée devant le comptoir et, alors qu’elle avait eu le choix de faire demi-tour et de sortir de la boutique sans être vue ni remarquée, elle s’entendit toussoter pour signaler sa présence sans qu’elle n’en eut vraiment conscience. Non mais elle était vraiment pas bien, je vous jure ! S’il n’avait as cherché à la revoir c’était qu’elle ne l’intéressait pas, c’était pourtant évident. Et puis, qui aurait envie de revoir une personne qu’on connait à peine. Ils avaient échangé les banalités d’usage et c’était tout ! Soit, il était maintenant trop tard pour reculer. Marriana se contenta de rester devant le comptoir en attendant que le jeune homme ait finit d’empaqueter ses commandes avant de se retourner vers la jeune femme. Une fois qu’ils furent face à face, Marriana le salua et le jeune homme en fit de même. N silence s’installa durant une fraction de seconde et ce fut l’homme qui reprit la parole.

    "Je doute que vous soyez là pour acheter une arme."

    Nan, c’est vrai ?! Mais c’est qu’il était perspicace ce jeune homme après tout. Il lui adressa d’ailleurs un sourire malicieux auquel Marry ne pu s’empêcher de répondre par un petit sourire en coin. Non mais qu’est-ce que ça lui allait bien de sourire à ce jeune homme ! Oula, mais c’est qu’elle se perdait notre belle brune. Elle reprit contenance mais ne sentit pas le besoin de répondre à cette affirmation. Il savait parfaitement bien qu’elle n’était pas venue dans sa boutique pour acheter une arme, c’était évident. Marianna ne pipa mot et ce fut le jeune homme qui continua sur sa lancée, il était beaucoup plus locace que lors de leur première rencontre ...

    "Qu’est-ce qui vous amène dans l’Allée des Embrûmes ? A part vérifier que je ne me suis pas à nouveau infecté le pied ?"

    Un sourire plus franc s’installa sur les lèvres pulpeuses de notre belle brune. Il l’avait percée à jour, c’était certain et en même temps, c’était tellement facile et évident qu’elle n’en était même pas surprise.

    “Et bien, je vous avoue que je n’avais aucunement l’intention de me rendre dans l’allée des embrumes mais il faisait tellement beau que je suis venue me promener sur le chemin de traverse et mes pas m’ont guidés jusqu’ici. J’étais totalement plongée dans mes pensées que je n’ai pas remarqué que je m’éloignais du lieu dans lequel je me trouvais. C’est bête n’est-ce pas ! En plus, comme vous l’avez si bien fait remarqué, je suis entrée dans votre armurerie sans avoir la moindre intention de me procurer une arme à feu. D’ailleurs, comment se porte votre pied ?!”

    Après tout, autant le lui demander ! Si elle était là, autant en profiter. Et puis, qu’est-ce qu’elle aurait bien pu lui raconter d’autre ?! Ils ne se connaissaient pas plus que cela après tout. De plus, elle s’était déjà bien assez montrée ridicule en entrant dans ce magasin et en venant directement parler avec le jeune homme pur se permettre de parraitre encore plus bête. C’était déjà bien suffisant comme ça après tout.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Jeu 24 Fév - 20:47

Finalement elle était capable de dire plus qu'un mot, en même temps, il ne voyait pas au départ ce qu'elle aurait pu dire de plus qu'un simple bonjour. Enfin en tout cas, peut-être qu'il avait posé la mauvaise question vu le flot de paroles qui sortait de sa bouche, visiblement, elle en avait des choses à lui dire, ou alors elle aimait raconter sa journée. Possible également vous me direz, mais écoutons donc, en tout cas, on comprit visiblement, que c'était par pur hasard qu'elle s'était retrouvée ici, le problème, c'est que lui, il ne croyait jamais au hasard à vrai dire. Il y avait toujours une raison cachée pour se retrouver quelque part, il était rare que ce soit de simples coïncidences, on pourrait prendre cela pour de la paranoïa vous me direz, ou alors il était simplement prudent pour l'occasion. Enfin toujours est-il que pendant qu'elle prenait la parole, il l'écoutait bien sur, mais en même temps, il rangeait quelque peu ce qui trainait dans les alentours. Pas que cela soit vraiment effrayant vous me direz, mais avoir des lames ou des armes à feu à portée de main, ce n'était pas non plus très engageant pour la conversation vous me direz.

Finalement elle demanda quand même, comment allait son pied, comme quoi, les vieux réflexes professionnels reprenaient rapidement le dessus, bon, il n'allait pas se moquer d'elle de toute façon là-dessus, après tout elle l'avait soigné sans trop rien dire en fin de compte, même si elle aurait certainement voulu savoir comment il avait bien pu se faire tout ceci finalement, mais bon, passons sur ce petit moment de tension qu'il y avait eu entre eux, lors de cette première rencontre. A vrai dire, il ne savait justement pas trop quoi dire, pas que c'était inhabituel vous me direz, mais habituellement, les personnes qu'il côtoyait, ils étaient tout, sauf vraiment joyeux et chaleureux, ce serait plutôt l'envers de ce décor là au final.


"J'arrive à marcher, je cours même, je peux faire ce que je veux avec, donc je présume qu'il est guéri. Vous avez fait du bon boulot docteur on dirait."

Il garda toujours ce petit sourire malicieux sur le visage, mais maintenant, il fallait encore savoir quoi dire pour l'occasion n'est-ce pas ? Surtout qu'on ne pouvait pas dire de faire comme s'il la connaissait ou qu'elle était une ancienne connaissance, ce n'était pas le cas, peut-être pour cela que c'était plus gênant, en quelque sorte bien entendu, il serait difficile d'être gêné pour sa part, juste que ce n'était pas des plus confortables cette situation, deux personnes qui se connaissent à peine, il fallait toujours trouver comment embrayer la discussion au final. Pas facile.

"Un café ? Ou un thé ?"

Oui car malgré tout, il avait de quoi dans l'arrière boutique pour cela, et puis au moins cela l'occuperait pendant un moment, ce serait toujours cela de pris. Bien qu'on ait pas vraiment le temps de dire plus, ou de faire plus, qu'un jeune homme, visiblement dans la vingtaine, allure de rebelle de bon marché, la dégaine du vieux cow-boy du far west qui débarque en terrain conquis, le sourire prédateur, entrait dans la boutique, sans même prendre la politesse d'être délicat avec la porte vu la façon dont elle claqua dans les deux sens, à l'ouverture et à la fermeture.

"Salut vieille branche, alors il parait que t'as du sacré matos ? Fais voir, mais je crois que mon père a mieux que toi."

Encore un qui ne jurait que par son père, la jeunesse de nos jours, d'ailleurs, Richard leva les yeux au ciel, décidément, on en voyait de toutes les couleurs dans les environs n'est-ce pas ? Il se contenta de répliquer envers ce jeune impertinent.

"Du calme le guignol, tu es encore trop jeune pour t'amuser avec ce genre de joujous, retournes à tes petits jouets et reviens me voir quand tu auras grandi."

Léger regard vers la jeune femme, avant de sortir une petite plaisanterie, quelque chose pour détendre l'atmosphère.

"Les jeunes, aucune éducation."

Richard eut droit à un beau regard méprisant pour l'occasion, alors que notre nouvel ami s'approchait du comptoir, enfin pour l'instant son attention fut focalisée sur lui, jusqu'à son arrivée près du comptoir, ou il avait remarqué une nouvelle proie, mais avant, il souhaitait mettre en bouteille Richard. Montrer que c'était lui le patron, que les Sangs Purs ne se laissaient pas marcher sur les pieds et que personne ne marcherait sur lui.

"Du calme l'ancêtre, tu vas nous faire un arrêt cardiaque."

Il ne valait mieux pas rétorquer ou sinon Richard risquait d'envoyer paître notre ami, et devant une dame, cela ne se faisait pas vraiment. Il se contenta de sourire, amusé par ce gamin, qui avec trois poils au menton, pensait pouvoir dominer le monde, enfin pour le moment le dominer lui, et visiblement, il voulait dominer quelqu'un d'autre aussi, vu le pseudo regard et sourire charmeur lorsqu'il remarqua la jeune femme. D'ailleurs le ton faussement chaleureux, mode drague enclenchée en quelque sorte, alors qu'il s'approchait d'elle, montrait clairement ses capacités limitées.

"Bonjour vous, vous savez, une belle femme comme vous, mériterait une meilleure compagnie que ce vieillot, les jeunes de nos jours, peuvent vous montrer bien des choses."

Richard eut une légère quinte de toux, tout du moins, c'était un rire déguisé, vraiment il s'y croyait le gosse, bien sur pour le moment, il n'interviendrait pas encore, tout dépendait si Marriana le souhaitait ou non, mais bon, après ça risquait de devenir violent. Il était spectateur, bien qu'il serait prêt à venir disons, obligé notre jeune ami à filer par la peau des fesses s'il devenait un peu trop entreprenant. Après tout, personne n'avait le droit de faire ça ici, sauf lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Jeu 24 Fév - 21:32

    "J'arrive à marcher, je cours même, je peux faire ce que je veux avec, donc je présume qu'il est guéri. Vous avez fait du bon boulot docteur on dirait."

    Oula mais c’est que la conversation s’engageait et qu’il ne l’envoyait pas pètre ! Un bon départ dirons-nous par rapport à leur première rencontre qui avait été plutôt tendue. Elle avait peur d’avoir trop parlé, de l’avoir inutilement ennuyé et mis mal à l’aise. Personellement, elle n’aurait pas spcialement aimé voir arrivé chez elle la personne qui l’avait soignée et à qui elle n’avait rien à dire mais bon, le jeune homme se montrait bien élevé au moins. Soit, Marriana lui adressa un léger signe de la tête. Elle avait fait du mieux qu’elle pouvait, comme toujours. Marry était née pour venir en aide aux autres et toute personne se présentant dans son service subissait le même traitement, c’était la moindre des choses après tout. Les médicomages dédiaient leur vie à sauver celle des autres et Marry n’y faisait pas exception bien entendu. Le jeune homme continua à ranger ce qui se trouvait éparpillé derrière son comptoir et Marriana n’y trouva rien à redire. Après tout, il était libre de faire ce qu’il voulait et il avait certainement assez de boulot sans en plus perdre son temps avec une jeune femme qui ne deviendrait en aucun cas une cliente fidèle et assidue du magasin. Le jeune homme ne lui laissa cependant pas de répit, reprenant une nouvelle fois la parole, toujours avec ce petit sourire malicieux aux lèvres. Ca le rendait craquant quand on y regardait bien en fait mais bon, Marry reporta son attention sur le visage global du jeune homme.

    "Un café ? Ou un thé ?"

    “Heureuse que mes soins se soient révélés aussi efficace ! Je veux bien un thé. Si vous avez du temps à me consacrer bien entendu. Je ne voudrais pas être responsable d’un quelconque retard dans votre emploie du temps.”

    Et oui, notre belle brune se montrait toujours prévenante en fin de compte. Le jeune homme n’avait même pas encore fait un pas en direction de l’arrière boutique lorsque la porte de l’armurerie s’ouvrit à la volée pour se refermer tout aussi brutalement. D’un muvement fluide et rapide, Marriana se retourna vers le nouvel arrivant, saisissant sa baguettemagique par la même occasion, baguette qu’elle laissa cachée en majorité dans la manche gauche de sa veste en cachemire. C’était un homme très jeune, encore un adolescent aux yeux de Marry qui fit son entrée remarqué dans la boutique. Sans perdre une minute, l’intrus se dirigea immédiatement vers le comptoir en s’adressant au patron des lieux d’une façon on ne peut plus vulgaire. La belle brune en était choquée, vraiment ! Comment pouvait-on se permettre de parler sur ce ton à un commerçant et encore plus à un ainé ?! Sa bonne éducation lui avait toujours fermement interdit ce genre de chose. Mais notre belle brune ne dit rien, ce n’était certainement pas à elle de le faire. Après tout, le jeune intrus ne s’était pas encore directement adressé à elle. Marriana ne bougeat pas de l’endroit où elle se trouvait d’ailleurs, attendant patiemment que la situation se déboque.

    "Salut vieille branche, alors il parait que t'as du sacré matos ? Fais voir, mais je crois que mon père a mieux que toi."

    Du tac au tac, Richard lui répondit.

    "Du calme le guignol, tu es encore trop jeune pour t'amuser avec ce genre de joujous, retournes à tes petits jouets et reviens me voir quand tu auras grandi."

    Un sourire amusé naquit sur les lèvres de la jeune femme. Elle n’aurait pou mieux répondre si elle s’était retrouvée à la place du jeune homme. Il lui adressa d’ailleurs un léger coup d’oeil auquel elle répondit par un clin d’oeil complice. Il s’adressa directement à elle, histoire de détendre l’atmosphère.

    "Les jeunes, aucune éducation."

    “A qui le dites vous mon cher !”

    Marriana s'amusait de cette situation. Ce qui n'était manifestement pas le cas du jeune impertinent. Le jeune impudent eut un regard totalement méprisant pour Richard et se dirigea à grandes enjambées vers le comptoir. S’il bougeait une fois de trop, il se retrouverait avec un sortilège bien placé. Marriana avait toujours été douée en sortilège comme en métamorphose. Ce serait un jeu d’enfant de réagir à la vitesse de l’éclair. Lorsque le jeune homme ne fut plus qu’à quelques pas du comptoir, il s’adressa de noueau à Richard.

    "Du calme l'ancêtre, tu vas nous faire un arrêt cardiaque."

    C’est d’ailleurs également à ce moment-là qu’il sembla remarquer la présence de la belle brune. Il lui adressa d’ailleurs un ourire qu’il voulait séduisant et charmeur mais qui ne fit que dégouter plus encore notre belle brune. Bien que sang pur elle-même et issue d’une des plus vieilles familles de sorciers, elle ne supportait pas qu’on puisse mépriser à ce point la race humaine. Marriana resta tout bonnement impassible au sourire du jeune homme qui vint se placer à proximité d’elle. Il s’adressa alors directement à la médicomage.

    "Bonjour vous, vous savez, une belle femme comme vous, mériterait une meilleure compagnie que ce vieillot, les jeunes de nos jours, peuvent vous montrer bien des choses."

    Un sourire accroché à ses lèvres, la jeune femme toisa le jeune homme qui se trouvait à présent devant elle.

    “Je vous remercie pour votre si charmante proposition mais je me vois dans l’obligation de la décliner. Je ne m’intéresse aucunement aux jeunes hommes n’ayant aucune éducation. Maintenant, si vous ne comptez rien acheter dans ce magasin, je vous prierais de bien vouloir quitter l’établissement et de ne plus jamais y remettre les pieds. Sauf si vous n'avez pas peur d'une mort lente et douloureuse ...”

    Marriana lui adressa un dernier sourire avant de reporter son attention sur Richard qui avait émit un rire étouffé. S’il s’attendait à ce qu’elle joue la demoiselle en détresse, c’était bien mal la connaitre (ce qui était évidemment le cas) et raté par la même occasion. Marry espérait simplement que le jeune homme aurait la présence d’esprit de s’éclipser et surtout de ne pas tenter de s’en prendre à elle, ça risquait de faire mal dans ce cas. Marry espérait aussi que Richard ne lui en voudrait pas trop d’avoir parler en son nom pour la boutique mais parès tout, comme le jeune homme s’était adressée à elle, elle avait prit la liberté de le congédier et elle ne s’en voulait pas le moins du monde. Pourtnat, elle tenait quand même à s’excuser de sa prise de position auprès du jeune patron.

    “Sauf si vous y voyez une objection bien entendu Richard.”

    Elle était pratiquement certaine que non mais parès tout, c’était lui le maitre des lieux et à lui de décider qui il voulait dans sa boutique ou non. Ce n’était pas à elle, une presque parfaite inconnue, de prendre ce genre d’initiative. Ce qu’elle pouvait avoir une longue langue par moment ....

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Ven 25 Fév - 16:16

Le thé attendra, malheureusement, surtout depuis l’arrivée de cet intrus. Certes, actuellement, Richard ne faisait pas grand-chose, à part observer, mais bon, il n’était pas là non plus pour défendre la veuve et l’orphelin, et puis certainement que Marriana savait parfaitement se défendre n’est-ce pas ? Elle savait se servir d’une baguette magique, donc bon, pour l’instant, il n’avait pas vraiment de raison d’agir, d’autant plus qu’elle n’avait pas vraiment l’air d’aimer cet homme, ou plutôt que son comportement n’était pas des plus enclins à ce qu’elle fasse ami-ami avec lui. Enfin observons cette petite joute verbale depuis derrière son comptoir. Elle était de son avis en tout cas, concernant les jeunes, au moins cela avait permis de détendre quelque peu l’atmosphère vous ne trouvez pas ? Lui pensait que si, même si ce n’était pas au goût de tout le monde.

Il fut en tout cas légèrement surpris que Marriana dicte quelque peu ce que devait faire ce jeune, en tout cas, celui-ci n’avait pas l’air d’apprécier qu’on lui dicte quoique ce soit. Mais le fait qu’elle dise qu’il ferait mieux de partir, était assez amusant, d’autant que ce n’était pas sa boutique et que l’on n’était pas chez elle, elle était en terrain conquis on dirait, amusant n’est-ce pas ? Enfin il n’avait pas l’air offensé pour sa part, il suffit de voir le sourire malicieux qu’il arborait suite à cette remarque, pire qu’une lionne défendant son territoire en tout cas.


"Aucun problème pour moi, on dirait une lionne sur son territoire."

Charmeur lui ? Pas son genre, provocateur on voulait bien. Une chose était certaine cependant c’était que notre jeune ami, n’avait pas l’air de vouloir partir pour autant, il allait même en rajouter une couche on dirait, rajoutant à sa panoplie du dragueur du dimanche, un sourire colgate, vraiment les jeunes de nos jours quand même.

"Tout doux ma belle, voyons, il ne faut pas se braquer de suite, je suis sur que dès que vous me aurez appris à me connaître plus intimement, vous ne pourrez plus vous passer de moi."

Ah on avait oublié la partie vantard on dirait, en tout cas nul doute qu’il avait déjà une idée précise de ce qu’il voulait faire avec Marriana, mais si possible, s’il pouvait éviter de tenter de lui sauter dessus juste devant ses yeux et dans sa boutique, cela serait tout aussi bien. Est-ce qu’il devait s’en mêler ? Bonne question, surtout qu’il n’était pas vraiment reconnu pour sa délicatesse au contraire, cela pourrait être assez cru, mais bon, quand même, rien que de penser à ce jeune boutonneux tenter quelque chose sur son comptoir, cela pourrait provoquer des frissons d’horreur.

"Hum, pour ça, il faudrait peut-être avoir plus d’expérience et d’endurance dans la matière. Pas sur que l’entraînement à la main aide vraiment."

C’était cru, c’était sec en tout cas, nul doute que là-dessous, il y avait pas une menace, mais une supposition comme quoi ce gosse était encore sans une vraie expérience des relations physiques. D’ailleurs le sourire en coin de Richard montrait bien ce qu’il pensait de lui. Bientôt cela allait finir en bagarre générale, en tout cas, le jeune avait du cran ou était stupide comme on put le remarquer.

"Si vous saviez, bien des femmes pourraient vanter mes prouesses, si vous souhaitez, je peux le prouver de suite, je suis sur que vous ne serez pas contre une petite expérience anatomique ma belle."

Il parlait autant à lui qu’à Marriana en fin de compte, en tout cas, cela devenait assez osé malgré tout, il n’avait pas peur de se faire jeter, mais bon, on n’allait malgré tout, pas continuer dans cette voix n’est-ce pas ? Cela pourrait vite dégénérer de toute manière, pour cela qu’il fallait lui faire comprendre de manière simple.

"En attendant de prendre vos rêves pour des réalités, la porte est derrière vous comme l’a déjà dit la dame, alors soit vous sortez gentiment, soit par la peau des fesses."
"J’aimerais bien voir ça papy !"

Sourire amusé de Richard, alors que sa baguette était déjà dans sa main droite, certainement un porte baguette au poignet droit, et des simples gestes de la baguette, sortilèges informulés, notre ami fut expulsé, sans vraiment comprendre en dehors la boutique. On avait pensé à faire ouvrir la porte bien entendu avant cela, d’ailleurs elle se referma d’elle-même derrière ce jeune impertinent se verrouillant même pour l’occasion. Bien, et maintenant ? Il rangea de nouveau sa baguette, avant de retourner son attention vers Marriana.

"Bien, enfin seuls, on en était ou ?"

Avec la conversation d’avant, nul doute que certains penseraient à des choses peu catholiques alors que c’était dis sans arrière pensée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Mar 1 Mar - 16:10

    Notre belle brune s’était permise d’empiéter un tout petit peu sur l’autorité du jeune homme dans la propre boutique de ce dernier. Elle ne se le saurait aucunement permise en d’autres circonstances mais le jeune arrogant venait tellement de lui taper sur les nerfs que notre jeune et belle médicomage n’avait pas pu résister à l’envie de le congédier. Après tout, elle était en premier lieu entrée dans cette armurerie pour revoir un de ses ancien patient et non pour se faire draguer par un jeune lourd venu dans le seul but d’importuner le propriétaire des lieux. Non mais je vous jure, les jeunes n’avaient plus aucune éducation en cette époque troublée ! Ils se permettaient vraiment tout ! Franchement, ce jeune avait l’âge d’être son frère cadet et si ça avait été le cas, la jeune demoiselle ne se serait aucunement gênée pour lui foutre un bon coup de pieds dans l’arrière train et le renvoyer illico presto à la maison où elle ne se serait pas gênée pour faire un rapport détaillé de son attitude indigne d’un noble sang pur dans les rues du monde magique. Mais ce n’était malheureusement pas le cas et Marriana s’était donc simplement contentée de l’inviter à se diriger vers la sortie. Suite à cette petite prise de pouvoir, notre belle brune s’était immédiatement excusée pour son audace auprès de son hote qui s’était montré on ne peut plus aimable avec elle depuis son arrivée. Marry pouvait avoir un caractère légèrement emporté par moment et c’était une des situations qu’elle avait le plus de mal à gérer avec un calme olympien. Elle adressa un petit sourire contri au jeune patron de l’armurerie qui parraissait plus amusé de l’échange qu’autre chose. Il affichait même d’ailleurs un petit sourire malicieux qui fit sourire plus authentiquement notre belle brune.

    "Aucun problème pour moi, on dirait une lionne sur son territoire."

    La jeune femme étouffa un petit rire. C’est vrai qu’elle s’était montrée sous un jour assez particulier à cet instant. Un jour qu’elle n’avait certainement pas l’habitude de montrer à n’importe qui en général. Marriana était hbituée à gérer toutes sortes de situations difficiles à Sainte-Mangouste mais elle avait un peu perdu son sang froid devant ce jeune arrogant. Maintenant, Marriana avouait sans honte avoir un caractère de feu et avoir tout simplement du caractère bien qu’elle dissimulait généralement son caractère emporté derrière la douceur qui se trouvait prépondérante en elle.

    “Une lionne ... Oui, je trouve que ça me convient parfaitement sur ce coup!”

    Pourtant, le jeune homme n’avait l’air d’avoir comprit la demande de Marry. Il se trouvait toujours dans le magasin alors qu’il aurait du s’empresser de faire demi tour et de sortir la tête basse mais il était bien trop entêté pour cela et l’échane entre les deux adultes avait l’air de l’exaspérer. Il s’empressa alors de ramener l’attention de la belle brune droit sur lui.

    "Tout doux ma belle, voyons, il ne faut pas se braquer de suite, je suis sur que dès que vous aurez appris à me connaître plus intimement, vous ne pourrez plus vous passer de moi."

    Marriana lui lança un regard qui aurait mis fin aux jours de ce jeune homme en moins de temps qu’il ne faut pour le dire si cela avait été possible. Non mais quel toupet je vous jure ! Comment osait-il s’adresser à une dame de cette façon. Si elle n’avait pas été tellement en colère, Marriana aurait été hoquée d’un tel langage dans la bouche d’un jeune homme qui aurait pu facilement pu être son petit frère mais l’éclat dans ses prunelles aurait fait comprendre à toute personne la connaissant un tant soit peu qu’il était plutôt préférable de se taire et de jouer profil bas plutôt que d’en remettre une couche. La jeune femme ferma encore plus étroitement sa main gauche autour de sa baguette magique. Marry dû se faire violence pour ne pas la brandir et obliger le jeune homme à prendre la poudre d’escampette aussi vite qu’il était arrivé dans sa vie mais elle ne voulait pas prendre de nouveau le dessus sur le propriétaire des lieux. Après tout, c’était sa boutique à lui et elle n’avait rien à y décider. Cette petite réflexion pour elle-même dura une fraction de seconde et la voix de Richard s’éleva alors juste derrière elle. Il ne haussait absolument pas le temps, gardant une maitrise de lui-même parfaite.

    "Hum, pour ça, il faudrait peut-être avoir plus d’expérience et d’endurance dans la matière. Pas sur que l’entraînement à la main aide vraiment."

    Léger sourire amusé de la part de notre jeune demoiselle. C’était bien répondu tient ! elle-même n’aurait pas fait mieux. De plus, le jeune patron avait mis un ton particulièrement insultant dans ces deux phrases qui firent monter d’un cran la pression pour le jeune qui leur faisait face. Marriana ne baissait pas les yeux, regardant bien en face ce jeune impertinent. Il ne se gêna d’ailleurs pas pour répondre du tac au tac à Richard.

    "Si vous saviez, bien des femmes pourraient vanter mes prouesses, si vous souhaitez, je peux le prouver de suite, je suis sur que vous ne serez pas contre une petite expérience anatomique ma belle."

    Sauf que Marriana se rendit compte que ce monologue s’adressait en réalité autaut à lui qu’à elle. Non mais il se permettait tout celui-là ! Avec un petit rire sarcastique et ironique, la jeune femme le regarda droit dans les yeux, son regard était dur et froid comme de la glace. Son éducation de sang pur la rattrapait au galop dans ce genre de situation.

    “En effet, je ne serait pas contre une expérience anatomique comme vous le dites si bien mais en aucun cas avec vous ! Je ne tiens pas à me retrouver à Askaban pour détournement de mineur dans un premier temps et dans un second temps, je déteste les jeunes arrogants irrespectueux. Voilà au moins deux bonnes raisons de décliner une nouvelle fois votre si charmante invitation.”

    La discussion aurait dû être clause, le jeune homme aurait dû prendre ses jambes à son cou et partir immédiatement mais il ne semblait pas en avoir fini. Marriana tenait fermement sa baguette magique, les jointures de ses doigts blancjissant sous la tension qu’elle lui imprimait. Elle n’avait qu’une seule envie, donner une bonne leçon à ce type et lui donner envie de ne plus jamais recommencer ce qu’il venait de faire. Mais elle ne pouvait pas se le permettre ... Enfin, pas encore.

    "En attendant de prendre vos rêves pour des réalités, la porte est derrière vous comme l’a déjà dit la dame, alors soit vous sortez gentiment, soit par la peau des fesses."

    "J’aimerais bien voir ça papy !"

    Notre belle brune resta parfaitement impassible. Marriana était persuadée que si elle faisait le moindre geste, elle libèrerait toute la puissance de sa fureur sur le jeune homme si impertinent. Elle n’en eu cependant aucunement l’occasion car, le sourire aux lèvres, Richard fit apparaitre sa baguette et d’un sortilège informulé, éjecta littéralement le jeune homme en dehors de l’armurerie. La porte se ferma avec légèreté derrière lui et se verrouilla instanténément. Suite à ce départ, Marriana pu enfin de détendre et rangea promptement sa baguette magique dans sa manche gauche. Elle était on ne peut plus soulagée de la fin de cette confrontation. Elle en était nerveusement éreintée. Richard rangea à son tour sa baguette avant de se retourner vers elle. Marriana lui adressa un petit sourire en coin.

    "Bien, enfin seuls, on en était ou ?"

    Bien entendu, dans d’autres circonstances, certains auraient pu penser à d’autres choses disons, un peu plus intimes mais ce n’était pas le cas en ce moment-même et ce dont Marriana rêvait le plus en cet instant même n’était pas le moins du monde d’ébats torrides mais d’une bonne tasse de thé et d’un siège un minimum confortable.

    “En effet, je pense que nous nous étions arrêté à votre invitation à prendre le thé. Ce ne serait pas de refus pour ma part. J’ai cru que nous n’arriverions jamais à nous débarrasser de ce jeune impertinent ! ”

    Marriana lui adressa un petit sourire en coin. L’échange entre les trois personnes avaient peut-être duré une dizaine de minutes mais la belle brune avait eu l’impression que cet intermède avait duré une éternité. Elle était heureuse de se retrouver enfin au calme avec un véritable adulte qui ne tentait pas par tous les moyens de l’attirer dans son lit. Elle en avait eu son quota pour la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Mar 1 Mar - 17:39

Au moins maintenant ils n'avaient plus à s'en faire concernant cet importun n'est-ce pas ? On l'avait mis dehors, pas forcément de la manière la plus polie qu'il soit, mais de toute manière, est-ce qu'il s'embarrassait vraiment de ce qu'on pourrait penser de ce qu'il venait de faire ? Pas vraiment, il l'avait fait, point barre. D'autant plus qu'il l'avait fait suite à de bonnes raisons mine de rien, comme quoi, il pouvait être humain quand même. Et les voilà de nouveau à deux, bien oui, l'invitation pour le thé, après tout, il l'avait proposé, il pouvait toujours le préparer. Mais il se voyait mal le lui faire boire là, sur le comptoir, sans qu'elle se soit installée. Certes, cette visite, était pour le moins, impromptue, il ne s'y était pas du tout attendu en fin de compte, mais bon, il restait un gentleman quand les situations l'exigeaient en fin de compte. Cette façade de comique, n'était vraiment qu'une façade.

"Bien dans ce cas, je vous invite à pénétrer dans mon humble demeure, je vois mal servir un thé sur un comptoir. Surtout que nous ne sommes pas dans un bar."

Léger sourire amusé, avant d'ouvrir la sorte de petite porte qui bloquait - façon de parler - les gens de pénétrer à l'intérieur même de l'armurerie, bien que ce ne soit pas très dissuasif vous me direz, c'était surtout pour marquer la différence entre la zone commerciale, la vitrine en quelque sorte du magasin et l'endroit ou le patron se trouvait. Nous passerons également sur les protections diverses et variées qu'il avait mises en place à cet endroit, vu qu'il venait de les désactiver pour l'occasion. Il la laissa pénétrer un peu plus dans son antre. Avant pour sa part de se diriger vers la porte d'entrée.

"Faites comme chez vous, l'arrière salle est de ce côté."

En désignant l'ouverture vers l'intérieur du magasin, avant de retourner son attention vers l'entrée du magasin, de verrouiller la porte et surtout de bien mettre la pancarte comme quoi ils étaient fermés. Il se voyait mal faire l'aller retour entre les clients et elle, pendant qu'ils prenaient un thé n'est-ce pas ? Enfin toujours est-il que dans l'arrière salle, difficile de faire très décorée en fin de compte. Cela restait sobre, dans des tons assez beiges pour l'occasion, une table était installée là, des chaises également, des ustensiles de cuisine, la cafetière, la bouilloire pour le thé, des placards, on se croirait dans une kitchenette en fin de compte. Bien sur cela pouvait contraster avec les vraies, du fait qu'il existait sur la table, une mallette grande ouverte, remplie d'armes à feu, et certaines étaient démontées à même la table. Visiblement, cela servait surtout comme plan de travail. Mais il restait de la place sur la table. Il y avait également une porte sur l'un des murs, menant ailleurs, ou difficile à dire vu que ce n'était pas ouvert, peut-être vers son coffre, vers son stock, ses trésors, mais en tout cas, c'était verrouillé, ce ne serait pas aujourd'hui qu'on saura ce qu'il y a dedans.

Il la rejoignit quelques instants plus tard, avant de se diriger vers l'un des placards sortant ce qu'il faut pour le thé, il avait une panel de saveur de disponible, qu'il laissa sur la table, tandis que pour lui cela serait un bon café, comme d'habitude.


"Installez vous, c'est un peu le foutoir, j'ai rarement la visite de personnes dans cet endroit."

Il n'avait pas l'air de la craindre vu qu'il la laissait faire ce qu'elle voulait, peut-être aussi parce qu'il se savait en sécurité dans cet endroit et aussi qu'il savait parfaitement se défendre mine de rien. Bien sur, qui penserait qu'un simple armurier était un assassin d'une certaine renommée ? Personne bien sur, quoique. Enfin toujours est-il que le thé que l'eau chauffe, que son café passe, il récupéra la mallette avant de la déplacer. Ce qui était sur la table, des armes moldues visiblement, des armes à feu, petit calibre, démonté, il les remonta comme s'il avait fait cela toute sa vie, de façon mécanique avant de les ranger à leur tour dans la mallette et de refermer celle-ci. On vérifiera tout cela une prochaine fois de toute manière. Il ne voyait pas vraiment quoi ajouter à tout ce qu'il venait de dire, après tout, c'était elle qui était venue le voir, cela devait bien être pour une bonne raison et pas seulement pour vérifier son pied, du coup, la conversation, c'était plat. Enfin jusqu'à temps que les boissons soient prêtes. Il versa l'eau chaude dans un mug, son café dans un autre, avant d'amener le tout sur la table. Il la laissa se servir au niveau du thé, après tout, il ne savait pas ce qu'elle voulait, à elle de choisir.

"Vous savez, on en voit tous les jours des types comme eux par ici, pour quelqu'un comme vous, ce n'est pas très bon de se balader dans les parages."

Quelqu'un comme elle ? Oui enfin une médicomage, ici, cela restait l'allée des Embrûmes malgré tout non ? Ce n'était pas vraiment la petite maison dans la prairie ou la gamine se cassait la figure au même endroit à chaque générique. C'était tout le contraire, donc voir débarquer une médicomage seule, c'était rare, habituellement, ils étaient accompagnés par des Aurors. Bref, ce n'était pas péjoratif, ni insultant ce qu'il venait de dire, il ne faisait qu'exprimer une vérité, et puis il était assez franc dans ses mots la plupart du temps, fallait pas espérer que ça change.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Ven 4 Mar - 19:14

    Le calme était enfin revenu dans la boutique. Ce n’était pas spécialement que Marrian désirait à tout prix se retrouver seule à seule avec le propriétaire de l’armurerie mais quitte à faire, autant ne pas être ennuyé par le premier jeune homme prépubère en quête d’un peu de sensation forte. Marry avait bel et bien passé l’âge de se faire courtiser de la sorte et de façon aussi vulgaire. Généralement, les hommes qui s’intéressaient un tant soit peu Marry était plus âgé et lui faisait la cour de façon beaucoup plus élégante. Mais soit, le sujet n’est absolument pas là et peu de prétendants trouvaient grâce aux yeux de notre belle brune. Très difficile la demoiselle. Mais ne disait-on pas que c’est à force d’exigeance qu’on gagne l’excellence ?! Certes, Marriana ne recherchait pas à tout prix l’homme parfait, loin de là. Elle voulait seulement quelqu’un de gentil et attentionné, qui veillerait sur elle et la rendrait heureuse tout en lui étant fidèle. La belle brune ne se trouvait pas particulièrement exigeante mais c’était apparemment trop demandé à ses messieurs qui ne pensaient généralement qu’à mettre une belle femme dans leur lit sans plus chercher à s’engager. La boutique était donc maintenant d’un calme olympien. Ne sachant plus vraiment où ils en étaient arrivés (et sans arrière pensée bien évidemment Harry Potter RPG)Marry lui rappela qu’il l’avait invitée à prendre le thé, une invitation qui tombait d’ailleurs à pique si vous voulez savoir. Après ce petit intermède, Marry avait bien besoin de se détendre devant une tasse de thé fumante. C’est donc en parfait gentleman que Richard l’invita à pénétrer dans l’arrière boutique.

    "Bien dans ce cas, je vous invite à pénétrer dans mon humble demeure, je vois mal servir un thé sur un comptoir. Surtout que nous ne sommes pas dans un bar."

    Petit sourire amusé au coin des lèvres, la jeune femme adressa un signe de la tête au patron des lieux.

    “C’est très gentil à vous. D’autant plus qu’il est vrai que nous ne sommes absolument pas dans un bar. Ce serait un bar assez spécial tout de même, où chacun pourrait en finir avec la vie de son voisin comme bon lui semblerait.”

    La jeune demoiselle lui fit cette réflexion d’un air amusé. Elle s’imaginait déjà bien le carnage.

    "Faites comme chez vous, l'arrière salle est de ce côté."

    Le jeune homme ouvrit alors un petit portillon qui séparait le comptoir du reste du magasin et invita Marriana à passer de l’autre coté de la barrière. Lorsqu’elle fut passée de l’autre coté, le jeune homme se dirigea vers la porte d’entrée qu’il ferma avant d’apposer le panneaux annonçant la fermeture temporaire de la boutique. Marry était un peu gênée d’obliger le jeune homme à fermer son magasin. Peut-être lui faisait-elle perdre de la clientelle !

    “Oh, je ne voulais surtout pas voir ennuyer. Peut-être le moment de ma visite est-il mal choisit. Je ne veux surtout pas causer de tord à votre commerce.”

    Oui, elle ne voulait pas lui causer de tord, certes, mais elle en avait vraiment envie de ce thé en fin de compte. Il lui avait désigné une ouverture à l’intérieur même du comptoir quelques instants auparavant. Le jeune homme la rejoignit alors et ils se dirigèrent de converse vers l’arrière salle qui était très peu décorée et pas très accueillante de prime abord mais après tout, ce n’était pas un véritable lieu de vie en fin de compte. Le jeune homme se dirigea vers un placard d’où il sortit un joli assortiment de thé qu’il déposa sur la table remplie d’armes diverses et variées.

    "Installez vous, c'est un peu le foutoir, j'ai rarement la visite de personnes dans cet endroit."

    Marry eut un moment d’hésitation mais elle vit qu’il restait un morceau de la table libre. Non pas qu’elle ait peur des armes, loin de là mais elle ne voulait surtout pas faire de bêtise en en approchant une de trop prêt. La jeune femme s’installa alors dans l’espace le plus dégagé de la table et tira la boite de thé à elle. La belle brune choisit un thé aux fruits des bois, une de ses saveurs favorites. Le jeune patron mit l’eau à chauffer pour le thé et fit passer du café, boisson que Marriana ne buvait que lorsqu’elle repartait en plein milieu de la nuit pour une de ses gardes, histoire d’être éveillée et d’avoir les idées claires. Tandis que les différents brevages chauffaient, Richard en profita pour remettre tout son attiraille dans sa malette qu’il ferma sous le regard scrutateur de son invitée. Marry n’avait jamais vu de choses pareilles et l’agilité du jeune homme à les manipuler la fascinait. Elle trouvait certes tout ce matériel encombrant et un peu inutile à ses yeux lorsque l’on possédait la magie. Mais bon, après tout, chacun son truc n’est-ce pas. Quelques secondes plus tard, le jeune homme se leva pour verser l’eau chaude dans une tasse et le café dans une autre. Il lui tendit la sienne et elle la saisit avant d’un plonger son sachet de thé.

    “Merci pour le thé, c'est vraiment très gentil.”

    Et bien quoi ?! Elle était d’une politesse exquise après tout ....

    "Vous savez, on en voit tous les jours des types comme eux par ici, pour quelqu'un comme vous, ce n'est pas très bon de se balader dans les parages."

    Marriana éclata de sn rire cristallin. Ce n’était absolument pas dans le but de se moquer du jeune homme qui l’avait si gentiment invité à prendre le thé, loin de là mais elle avait fréquenté l’allée des embrumes très tôt dans sa jeunesse notamment avec ses grands parents qui y venaient très souvent et elle était une sang pur également. Ses grands parents étaient des mangemorts reconnus bien que ses parents ne le soient pas le moins du monde. Les grands-parents paternels de Marry avaient toujours secrètement espérés que leur petite fille unique reprendrait le flambeau de la lutte contre les moldus mais ils avaient dû se faire une raison, leur petite-fille avait prit pour meilleure amie une sang de bourbe et elles s’adoraient. Ne voulant que le bonheur de leur trésor, ils ne s’y étaient jamais opposés et ne s’y opposaient toujours pas actuellement, la laissant vivre sa vie comme elle l’entendait.

    “Je ne me moque pas de voue, je vous assure ! Mais je fréquente cette partie du monde magique depuis de nombreuses années. J’y viens depuis que je suis adolescente. Certs, je ne suis pas une fan incontestée de cet endroit, loin de là mais j’y viens tout de même de temps en temps. Et puis, ce n’est pas parce que je suis plutôt mignonne que je ne sais pas me défendre vous savez. Je me suis vraiment retenue de ne pas faire sortir ce jeune homme par la peau des fesses tout à l’heure. J’ai estimé que je n’en avais pas le droit tout simplement. Et je suis également habituée à ce genre de réflexion dans mon métier. Nous recevons toutes sortes de spécimens à Sainte-Mangouste, j’ai de la pratique dans l’art de dissuader les hommes de s’intéresser de trop prêt à moi.”

    La jeune femme porta alors la tasse de thé à ses lèvres après en avoir oter le sachet. Elle n’avait absolument pas mal prit la remarque tout à fait pertinente du jeune homme. Il était vrai que les femmes seules étaient relativement rare dans l’allée des embrumes mais Marriana n’était pas n’importe quelle femme au final. Elle promena son regard autour de la pièce en quelques secondes. Une question l’intriguait, pourquoi un sorcier se passionnait-il autant pour des armes qui pouvaient se montrer bien trop encombrantes et inutiles face à un sorcier expérimenté. Soit, tant qu’on y était, elle allait le lui demander directement.

    “Je me pose une petite question. N’hésitez pas à me dire que ca ne me regarde pas si c’est le cas bien entendu. Pourquoi une telle passion pour les armes moldues ?! Qu’ont-elles de si particulier pour les préférer à une bonne vieille baguette magique tellement moins encombrante ?!”

    Marriana avait toujours été curieuse de nature. Ce n’était pas pour rien qu’elle avait fini à Serdaigle alors que ses grands-parents espéraient la voir finir à Serpentard. Cette situation ne faisait pas exception à la règle sauf qu’elle ne savait pas si le jeune homme accepterait de répondre à ses questions ou non. Après tout, ils ne se connaissaient pas plus que cela et peut-être n’avait-il aucune envie de parler de sa passion avec une parfaite étrangère ce qu’elle aurait parfaitement compris.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Ven 4 Mar - 20:03

Causer du tord à son commerce ? Allons bon, il n'aurait certainement plus de clients pour la journée de toute manière, il faut dire que la plupart du temps, c'était surtout des commandes, il disait simplement à ses clients, l'heure et la date à laquelle passer pour récupérer leurs affaires en quelque sorte, et c'est tout. Le reste, c'était juste une vitrine, certes, il y avait dedans des articles pour le moins dangereux, mortels, mais malgré tout, il était rare qu'on vienne les acheter, on cherchait souvent, en venant ici, disons de l'exotisme quelque part. Alors, il se contentait d'un léger sourire malicieux pour l'occasion, de toute façon cela ne servait à rien de répondre, s'il fermait, c'est que cela ne posait pas vraiment de problème n'est-ce pas ? Donc bon, pas besoin de réponse, cela était simplement une pure logique. Il aurait très bien pu ne pas fermer du tout, et s'amuser à faire des allers et retours, mais déjà il n'était pas sans le sou, loin de là à vrai dire, et de plus, on avait déjà dis comment cela fonctionnait ici, pas besoin de tergiverser plus sur tout ceci.

Il avait bien remarqué qu'elle l'avait observé quand il avait remonté ses armes et le reste, certes, elle devait avoir des questions sur le bout de la langue, là quelque part, est-ce qu'elle oserait seulement les dire ? Pour le moment, on se contenta de faire comme si de rien n'était. Il n'allait après tout pas répondre à des questions muettes, surtout qu'il pouvait complètement se planter. N'oublions pas également que se dévoiler ce n'était pas vraiment son truc, et si on parlait de cela, on se dévoilerait quelque peu, surtout qu'ils n'étaient pas vraiment très proches l'un de l'autre après tout. Elle le remercia pour le thé, en même temps, il l'avait proposé n'est-ce pas ? Enfin c'était un signe de politesse, normal chez les gens civilisés, il se contenta d'hocher la tête suite à cela avant de boire une légère gorgée de son café comme si de rien était. Elle allait bien faire la conversation, surtout que pour sa part, il venait d'énoncer une vérité assez crue certes, mais une vérité quand même.

Par contre, on ne s'était pas vraiment attendu à ce genre de réaction, comme quoi parfois, les apparences étaient vraiment trompeuses n'est-ce pas ? Elle se mit à rire, visiblement ce qu'il avait du dire, c'était drôle non ? Enfin pas vraiment dans un sens ou alors cela lui rappelait une anecdote, va savoir, mais bon au moins elle ne s'était pas vexée, il n'aurait manqué plus que cela, que cela finisse en dispute alors qu'ils ne se connaissaient même pas. Enfin laissons la s'expliquer, puisqu'apparemment elle avait l'intention de le faire n'est-ce pas ? En effet, on eut rapidement des explications. Il esquissa un sourire amusé, quand elle parla du fait qu'elle était certes mignonne, mais qu'elle savait se défendre, il n'en doutait pas une seule seconde, pour la seule fois ou il l'avait côtoyée à son boulot, elle était capable de terrasser un monstre à mains nues. Une tortionnaire en blouse blanche, enfin après cela dépendait de ce qu'elle avait en-dessous (Harry Potter RPG). Bref passons.


"Il n'y a pas de mal."

Pour le fait qu'elle s'était mise à rire, il n'avait pas pris cela pour lui, ne jamais se fier à ce qui nous entoure, toujours vérifier ou attendre une explication. Tout simplement.

"Certains diraient que vous êtes canon, d'autres que vous êtes à croquer, et les derniers diraient simplement "miam". Mais mignonne, ça vous convient également."

On taquinait, on plaisantait, c'était dans ses habitudes après tout. Il n'était pas aveugle, il restait un homme, et la jeune femme était disons charmante et disons que la vue était on ne peut plus appréciable n'est-ce pas ? Ce n'était pas pour autant qu'on faisait comme le dernier des guignols à passer la langue avec la bave tout en gardant un œil dans son décolleté car on avait peur d'y mettre les mains. Enfin en tout cas, il ne doutait pas du fait qu'elle était capable de se défendre, il l'avait bien remarqué toute à l'heure.

"Je ne suis pas sur que l'autre nigaud aurait apprécié d'être sorti par la peau des fesses par votre part, cela aurait été amusant à voir en tout cas, c'est sur."

Signe évident, qu'il ne pensait pas qu'elle n'était pas capable de se défendre, après tout, on ne devenait pas médicomage et donc apte à pouvoir intervenir sur des champs de bataille sans savoir un minimum se défendre si des ennemis vous tombaient dessus quand vous essayez de soigner quelqu'un. Il ne fallait pas se leurrer, les médecins, pas parce qu'il portait une belle croix pour montrer qu'ils étaient là pour soigner, qu'on évitait de tenter de les tuer, au contraire même parfois. Expérience professionnelle en quelque sorte, mais bon, il n'allait pas en parler, ce n'était pas vraiment gai et cela ferait surtout planté sa couverture mine de rien. Malgré tout, il haussa un léger sourcil en entendant le fait qu'elle avait pris en quelque sorte l'habitude de dissuader les hommes de s'intéresser à elle, bizarre, ou alors elle cherchait quelque chose de sérieux, mais pas ses affaires.

Il savait que cela viendrait, la question sur les armes, il avait juste attendu le bon moment en fait, car oui, il avait vu le regard, nul doute que la question viendrait. Il sourit amusé, oui, certains pourraient se poser ce genre de questions. Pourquoi trifouiller également avec des armes moldues quand on avait une baguette magique ? Bonne question n'est-ce pas ? Mais répondons à la question qu'elle venait de lui poser, enfin d'une certaine manière.


"Si vous enlevez une baguette à un sorcier qu'est-ce qu'il est capable de faire ? Rien."

Les sorciers étaient bien trop coincés dans leur monde sans s'ouvrir à celui autour d'eux, bien une tare à son avis, mais bon, tous n'étaient pas comme cela. Après tout, c'était vrai, il suffisait de désarmer un sorcier pour le rendre en quelque sorte aussi docile qu'un agneau, peu était capable de faire de la magie sans baguette donc bon. Et à côté de cela, les moldus étaient bien plus créatifs et doués que les sorciers pour se défendre.

"Si je vous désarmais là, vous seriez à ma merci, je pourrais faire ce que je voulais."

Il ne le ferait pas, il exposait juste un fait, et pour exposer un autre fait, il sortit de son dos, certainement attaché à sa ceinture, une arme moldue, pas vraiment encombrante, qui aurait pu croire qu'il planqua ça sous ses vêtements après tout ? Il s'agissait juste d'une arme de poing à vrai dire. Il la posait sur la table, juste devant lui.

"Ceci est ce qu'on appelle chez les moldus, une arme de poing. Pas vraiment encombrante à vrai dire, aussi facile à cacher qu'une baguette, voir mieux. Disons que ça sert comme défense. Un moldu, sans arme, peut vous maitriser, un sorcier sans sa baguette, c'est un vulgaire tout. Ajoutons à cela qu'une simple action de son arme atteint sa cible plus vite que le fait de lancer un sortilège de la mort et vous comprenez pourquoi certains s'intéressent aux armes moldues, surtout quand ces armes sont renforcées magiquement. Bien qu'il n'y ait pas que cela ici."

On pourrait remarquer qu'il ne parlait pas forcément de lui, mais d'un ensemble de personnes, à vrai dire, c'était comme s'il s'incluait dans un groupe pour éviter à vrai dire de se dévoiler, en quelque sorte. Après tout il ne devait pas être le seul à aimer les armes moldues, enfin revenons quand même à quelque chose de plus aisée. Parce qu'on n'était pas vraiment sur qu'elle soit intéressée par les armes à feu, mais juste curieuse de tout ceci en fait.

"Et ils font aussi du très bon café."

Sourire malicieux avant de prendre une nouvelle gorgée de sa boisson.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Lun 7 Mar - 14:58

    Le jeune homme avait vraiment eu l’air de trouver bizarre que Marriana se promène dans l’allée des embrumes et seule qui plus est. Il était vrai qu’il était plutôt rare de voir une jeune femme dans cette partie du monde magique mais elle y était habituée même si elle ne venait plus régulièrement dans les parages ces derniers temps. Le retour du Seigneur des Ténèbres lui avait lourdement pesé sur les épaules. Non pas qu’elle soit personnellement impliquée mais le retour de celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom avait remis ses grands parents en selle et ils avaient de nouveau cherché à la gagner à leur cause ce qu’elle avait tout simplement détesté. Ils avaient de nouveau essayé de la convaincre de le rejoindre dans sa quête d’un monde magique pure ce à qui Marry s’était violemment opposée, partant de chez ses grands parents en claquant la porte et en leur promettant de ne plus jamais remettre un seul pied chez eux tant qu’ils ne se seraient pas fait à l’idée qu’elle ne passerait jamais du coté des ténèbres. Elle avait Dahrah dans sa vie, sa meilleure amie, une soeur pour elle qui était une enfant de moldu et Marriana avait choisit la voie du bien en choisissant de soigner tout le monde. La jeune demoiselle était certes loin d’être parfaite mais bon, elle tenait à certaines valeurs qu’elle ne voulait en aucun cas laissé tomber pour une idéologie qui n’est pas la sienne. Soit, le sujet n’était pas là en ce moment-même. La belle brune s’était excusée pour son éclat de rire qui n’était pas du tout moqueur mais cette réflexion lui revenait souvent aux oreilles lorsqu’elle venait se promener dans cette allée. Il ne le prit absolument pas mal, heureusement d’ailleurs. Une dispute aurait vraiment été mal venue surtout entre deux personnes se connaissant à peine ! Le jeune homme reprit la parole, répondant à ce que la jeune femme avait dit à propos de son habitude à fréquenter ce genre d’endroit qu’était l’allée des embrumes.

    "Certains diraient que vous êtes canon, d'autres que vous êtes à croquer, et les derniers diraient simplement "miam". Mais mignonne, ça vous convient également."

    Marriana ne put s’empêcher de rosir légèrement tout en espérant que ça ne se verrait pas trop. La jeune demoiselle reprit rapidement contenance, un léger sourire aux lèvres. Certes, elle était habituée à ce genre de compliment dans toutes sortes de circonstances mais certainement pas de la part d’un jeune homme qu’elle avait trouvé particulièrement à son gout. Marry aurait très bien pu retourner le compliment à Richard. Après tout, il était beau garçon et elle le trouvait vraiment beau en fin de compte mais elle n’aurait jamais osé avoir une réplique de ce genre sans pour autant s’en sentir immédiatement gênée et avoir envie de s’enfuir six pieds sous terre tellement elle se sentirait honteuse. Marriana préféra de loin le remercier pour son compliment plutôt que se taper une honte qui ne lui était pas indispensable croyez moi ! Soit, peut-être qu’un jour prochain elle pourrait se permettre ce genre de remarque à son tour mais ce n’était certainement pas le moment opportun et elle ne le connaissait pas au point d’oser se le permettre.

    “Je vous remercie. C’est toujours agréable de reçevoir ce genre de compliment.”

    "Je ne suis pas sur que l'autre nigaud aurait apprécié d'être sorti par la peau des fesses par votre part, cela aurait été amusant à voir en tout cas, c'est sur."

    Petit sourire en coin de la part de notre belle brune. C’était certain que le jeune impertinent n’aurait certainement pas apprécié se faire jeter dehors par celle qui aurait dû être sa proie mais ça aurait été parfaitement égal à notre médicomage qui aurait été heureuse de pouvoir flanquer ce jeune arrogant à la porte.

    “Je ne pense pas qu’il aurait apprécier en effet. Mais après tout, quel importance qu’il apprécie ou non ?! Ce n’est pas comme si lui et moi étions ammené à nous revoir régulièrement. Je vous promet que si cette situation se représente un jour, je me chargerai moi même de le mettre à la porte.”

    La jeune femme éclata de son rire cristallin et adressa un clin d’oeil au propriétaire des lieux. Non, ne vous faite pas d’illusion, la jeune femme ne s’était en aucun cas invitée à revenir voir Richard. De un parce qu’elle était trop bien élevée pour faire ce genre de chose et de deux parce qu’elle avait toujours détesté imposer sa présence, surtout si elle n’était pas désirée. Certes, Marriana n’était absolument pas contre le fait de revoir le jeune homme si ce dernier en avait envie mais ce n’était pas elle qui s’imposerait, loin de là. Déjà le fait qu’elle vienne de son plein gré dans l’armurerie ne lui ressemblait aucunement. Généralement, elle serait restée chez elle en tentant tout simplement d’oublier le visage du jeune homme et se serait donnée dans d’autres occupations. Elle l’aurait sans doute oublié au bout d’un moment mais là, pour Dieu seul sait quelle raison, Marriana s’était retrouvée devant la boutique et y était entrée, s’invitant à l’intérieur du monde du jeune homme sans y avoir été conviée. Et la voilà maintenant assise en face de lui, dans l’arrière boutique, sans personne pour venir les déranger. Bon ou mauvais choix ?! L’avenir seul pourra nous permettre de répondre à cette question. Soit, le sujet dévia un peu plus du coté de la passion du jeune homme que Marry avait du mal à comprendre. Certes, elle avait découvert de biens nombreuses choses du monde moldus grâce à Dahrah mais elle n’avait jamais compris l’enjouement des sorciers pour les armes moldues.

    "Si vous enlevez une baguette à un sorcier qu'est-ce qu'il est capable de faire ? Rien."

    La jeune femme n’était pas à 100% d’accord avec le jeune homme. Il y avait bien d’autres techniques pour se défendre qu’à l’aide d’une baguette magique mais il était vrai que sans arme pour se défendre, le sorcier moyen se retrouvait généralement fort dépourvu et à la merci de son adversaire.

    "Si je vous désarmais là, vous seriez à ma merci, je pourrais faire ce que je voulais."

    La jeune femme eut un petit sourire en coin. Marry se souvenait très bien d’un duel qu’elle avait gagné quelques années auparavant, alors qu’elle était encore étudiante à Poudlard. Le jeune homme faisant partie des verts et argent avait réussit à la désarmer par Dieu seul sait quel hasard. Marry était hors d’elle, d’autant plus que ce garçon n’arrêtait pas de faire le malin, sa baguette dans la main droite et celle de la jeune demoiselle dans la gauche. Marry était alors sortie de ses gonds et avait foncé droit sur le jeune homme qui, après avoir reçu un bon coup de genou bien placé, avait laché les deux baguettes magiques que Marriana avait rattrapé au vol pour le mettre alors KO. C’était une belle victoire pour notre belle brune.

    “Tout dépendrait du fait que vous possédiez à votre tour une baguette ou non. Il y a d’autres techniques de défense disons plus physique que l’usage d’une baguette. Maitenant, il est vrai que tout dépend des intentions et de l’armement de l’adversaire.”

    Elle n’arrivait cependant toujours pas à comprendre comment on pouvait s’encombrer d’un tel armement. Après tout, c’était tout sauf discret. En une fraction de seconde, le jeune homme tira une arme discrète et petite de son dos qu’il déposa sur la table. C’était vraiment tout petit et Marry n’aurait jamai pu imaginé qu’un sorcier puisse avoir ce genre de chose constamment avec lui. La jeune demoiselle observa l’arme, ses mains toujours posées sur sa tasse.

    "Ceci est ce qu'on appelle chez les moldus, une arme de poing. Pas vraiment encombrante à vrai dire, aussi facile à cacher qu'une baguette, voir mieux. Disons que ça sert comme défense. Un moldu, sans arme, peut vous maitriser, un sorcier sans sa baguette, c'est un vulgaire tout. Ajoutons à cela qu'une simple action de son arme atteint sa cible plus vite que le fait de lancer un sortilège de la mort et vous comprenez pourquoi certains s'intéressent aux armes moldues, surtout quand ces armes sont renforcées magiquement. Bien qu'il n'y ait pas que cela ici."

    “Alors comme ça il est possible de rendre ces armes moldues sensibles à la magie. Voilà qui pourrait se montrer très intéressant en effet. Espérons que ce savoir ne tombe pas en de mauvaises mains Ce genre de chose est-elle également possible avec autre chose que des armes à feu ?! Je suppose qu’il faut un certain entrainement pour pouvoir manier ce genre d’arme.”

    C’était une conversation passionnante même si notre belle brune n’avait à la base aucune passion pour les armes. Mais tout de même, sa curiosité naturelle reprenait généralement le dessus dans toutes les situations et celle-ci ne faisait pas exception. Marriana but une gorgée de thé avant de reposer la tasse et de montrer l’arme du doigt.

    “Je peux ?!”

    Elle demandait la permission de prendre l’arme dans ses mains. Marry était curieuse de sentir le poids moyen de ce genre de jouets typiquement masculin. Le jeune homme semblait assez passionné par le monde des moldus et sa dernière réaction ne fit que confirmer ce que pensait déjà Marriana.


    "Et ils font aussi du très bon café."

    “En effet, il parrait. Ma meilleure amie en vante très souvent les bienfaits mais je dois avouer que je préfère de loin un bon thé ou un bon chocolat.”

    Marriana songea à Dahrah qui lui répétait sans cesse qu’elle devrait boire du café plus souvent ce à quoi Marriana lui répondait qu’elle devrait en boire moins car Dahrah était toujours débordante d’énergie, même un peu trop par moment ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Lun 7 Mar - 17:47

Est-ce qu'elle avait rougi ? Pour si peu, aller, ce n'était rien après tout, il n'avait fait qu'émettre une vérité quelque part, il ne fallait pas rougir pour si peu. Bon d'accord l'art de verser dans les compliments pour charmer, ce n'était pas du tout son style, bien au contraire, du coup, comprendre pourquoi on rougissait pour si peu, cela le dépassait. Enfin laissons passer, ce n'était pas la peine de le remercier. Il aurait pu dire quelque chose vous me direz, mais bon, après est-ce qu'elle l'aurait mal pris s'il disait simplement qu'il ne faisait qu'émettre une réalité, pas sur, mais bon, la psychologie inversée ou féminine, cela n'était pas vraiment le but de la réflexion du jour et s'il essayait, on pouvait dire bonjour au mal de crâne qui allait approcher. De toute manière, la conversation dévia rapidement, notamment sur le jeune importun qui avait débarqué comme une fleur avant de repartir tout comme. Visiblement, s'il y avait une prochaine fois, elle l'enverrait paitre d'elle-même. Tiens donc ? Il esquissa un sourire amusé, il avait hâte de voir ça tiens. Pas qu'on soit vraiment ravi d'avoir une médicomage dans une armurerie, enfin ravi, plutôt surpris, cela restait assez bizarre quand même.

Mais bon, on se doutait réellement qu'il y ait une prochaine fois, après tout, il n'était plus vraiment son patient n'est-ce pas ? Mais bon, la question n'était pas. On était entrain de philosopher sur le fait de savoir se défendre avec une baguette ou sans pour un sorcier. Bon de son côté, d'accord, il était un sang pur, en même temps, ce n'était pas comme s'il le revendiquait vraiment à vrai dire, il s'en fichait un peu, d'autant plus que son éducation avait été à la fois moldue et sorcière, peut-être aussi pour cela qu'il était plus ouvert sur cet autre monde. Enfin visiblement, elle avait déjà testé, d'après ses dires ou plutôt d'après ce qu'il pouvait en conclure, que se battre à mains nues, elle l'avait fait. Enfin pas sur que cela ait été vraiment des arts martiaux quelque part, mais plus de l'auto-défense envers des mecs trop aventureux. Rien qu'à cette pensée, on compatit à leur douleur pour la perte de leurs parties génitales, encore quelques uns qui finiraient eunuque en fin de compte. Quelle tristesse dans ce bas monde.


"Il est rare de voir des sorciers, quelque soit leur origine, s'intéressaient vraiment à l'art de se défendre à mains nues. Et ce n'est pas quelques coups hésitants dans le vide qui font d'un sorcier, quelqu'un capable de se défendre au corps à corps. A moins que vous souhaitiez m'en faire une démonstration ?"

Il sourit, amusé, il taquinait également, bien que l'invitation était réelle. On n'avait rien contre le fait de s'entrainer à vrai dire, à vrai dire, pour lui, il valait mieux savoir se battre à mains nues, parfois, c'était bien plus efficace en fin de compte qu'une quelconque arme et bien plus silencieux. Peut-être pour cela qu'il avait eu les enseignements de quelques maîtres en arts martiaux. Sur le coup, il les avait hais ces professeurs, ces "maîtres", mais maintenant, après quelques années d'exercice, on comprenait pourquoi. Enfin on en revenait à l'arme à feu qu'il venait de déposer sur la table. Certes ce n'était pas le plus gros calibre qui existait mais déjà c'était pas mal, elles servaient déjà aux G.I américains, encore maintenant. En tout cas elle avait l'air intéressé, mais nous dirons surtout curieuse de comprendre certaines choses tout simplement. On voyait mal ce qu'elle pourrait trouver d'attirant pour les armes à feu, sans pensée négative, juste que cela n'avait pas l'air d'être son style.

"Les sangs purs méprisent les moldus, même l'Impuissant des Ténèbres les méprisent, à tord d'ailleurs, on peut en apprendre beaucoup d'eux. Ce qu'ils n'ont pas par la magie, ils l'inventent par la science. Et je peux dire que c'est bien plus destructeur que ce Seigneur des Mémères là."

Visiblement on méprisait Voldemort, mais bon, pas vraiment le sujet de conversation. C'était surtout qu'on se moquait de lui, lui qui pensait être capable de tout alors qu'il ne connaissait strictement rien, mais revenons en à la conversation, notamment sur le fait d'utiliser la science moldue ou les autres objets moldus dans le monde magique. En tout cas, il n'avait pas répondu sur la question de l'entrainement, à vrai dire il avait quelque peu zappé cette question sans vraiment le vouloir, bien que cela ne soit pas vraiment une question. Oui toute arme demandait finalement de l'entrainement, tout le fait de réussir à manier une baguette en somme, peut-être pour ça qu'il n'avait pas répondu. Il eut un sourire malicieux avant de répondre concernant le fonctionnement des machines moldues dans le monde magique. Les armes n'étaient pas la seule exception, tout pouvait marcher, si on savait comment s'y prendre en fin de compte.

"A votre avis, la cafetière électrique pour le café, vu qu'il n'y a pas de prise électrique, elle marche comment ?"

Il eut malgré tout, un léger haussement de sourcil quand elle demanda si elle pouvait prendre l'arme. Bizarre, mais pas complètement. Avant de lui tendre, lui donner, il préféra éjecter le chargeur avec ses balles et de dégager du canon la balle déjà engagée, la récupérant dans la main. L'arme était à présent déchargée, au moins, même si elle souhaitait tirer, rien ne sortirait du canon, il n'y aurait pas de blessés. Il fit glisser l'arme sur la table vers elle.

"Tenez. Elle est vide donc vous ne risquez rien."

Il venait juste de remettre la balle dans le chargeur, avant de le poser de nouveau sur la table. Vraiment bizarre malgré tout qu'une jeune femme, qui avait l'air propre sous tout rapport, s'intéresse à cela, ou alors c'était juste les objets moldus, possible également vous me direz, d'autant plus quand on parla du café. Personne ne faisait du aussi bon café que les français, pour le thé, oui les anglais étaient les meilleurs, notamment chez les sorciers, mais pour le reste, il connaissait bien mieux chez les moldus en tout cas.

"Faut juste éviter de devenir accroc en fait, et puis le café n'est pas vraiment la boisson la plus énergétique qui existe."

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Lun 7 Mar - 20:59

    Marriana avait légèrement rougit au compliment du jeune homme mais s’il l’avait remarqué, il n’en avait rien dit ce qui était une qualité aux yeux de notre belle brune. Il était toujours gênant d’entendre ‘Non mais tu as rougis pour si peu’ et ce n’avait pas été le cas, heureusement pour elle d’ailleurs. Soit, la conversation repartit dans une toute autre direction que la beauté de notre belle médicomage et tant mieux d’ailleurs. Au moins elle ne se sentirait pas gênée pour une fois ! La conversation dévia légèrement sur les combats à mains nues. Certes, Marry n’était une habituée des combats au corps à corps mais elle avait suivit des cours d’art martiaux durant sa jeunesse et en avait encore quelques notions de base. Cet enseignement lui était encore fort utile dans certaines situations qu’elle vivait au quotidien dans son boulot.

    "Il est rare de voir des sorciers, quelque soit leur origine, s'intéressaient vraiment à l'art de se défendre à mains nues. Et ce n'est pas quelques coups hésitants dans le vide qui font d'un sorcier, quelqu'un capable de se défendre au corps à corps. A moins que vous souhaitiez m'en faire une démonstration ?"

    Marriana acquiesca d’un signe de tête. Le jeune homme avait parfaitement raison. Peu de sorciers étaient capables de se défendre lorsqu’ils se retrouvaient privé de leur baguette magique ce qui donnait un net avantage au camp adverse. Nan mais c’est qu’il lui faisait des propositions maintenant Harry Potter RPG Non pas pas indéscente bande de fou du shiiip Harry Potter RPG J’ai pas dit ça ... Soit, le jeune homme lui proposait une petite séance d’exercices. Ce n’était pas que la jeune demoiselle n’était pas apte à relever le défi, loin de là même mais elle n’était pas habillée pour la circonstance si vous voyez ce que je veux dire ... La belle brune portait une paire d’escarpins à talons aiguille agrémentée d’une jupe mi-longue, pas très indiqué pour un corps à corps ... Quoi que, tout dépnedait du corps à corps au final Harry Potter RPG Non mais arrêtons-là les idées déplacées Harry Potter RPG Soit, la jeune demoiselle esquissa un petit sourire en coin.

    “Je crois que ma tenue n’est pas vraiment appropriée à cet exercice mais après tout, soyons fous ! Si vous me promettez de ne pas me faire trop mal et de me laisser oter mes escaprins, je suis partante. Je ne sus certainement pas une professionnelle mais je crois ne pas trop mal me défendre.”

    Marriana adorait les défi depuis sa plus tendre enfance et ne rechignait jamais à en relever un nouveau. La belle brune avait le regard brillant d'excitation devant cette proposition. Elle craignait seulement de ne pas être très stable sur une paire d’escarpins quoi que, elle pourrait être ammenée à devoir se défendre en portant ce genre de chose à ses pieds et elle se voyait mal demander à son agresseur d’attendre quelques secondes qu’elle ote ses souliers. Soit, le jeuen homme avait déposer l’arme sur la table et Marriana l’observait de loin. Elle était toute petite, pouvait être dissimulée n’importe où, même dans un sac à main comme le sien. C’était hallucinant. Elle n’avait jamais imaginé qu’une arme à feu puisse être aussi petite. Comme toujours, la curiosité de Marriana prenait le dessus et lui permettait de connaitre de nouvelles choses qu’elle n’aurait certainement pas pensé à aller voir d’elle même.

    "Les sangs purs méprisent les moldus, même l'Impuissant des Ténèbres les méprisent, à tord d'ailleurs, on peut en apprendre beaucoup d'eux. Ce qu'ils n'ont pas par la magie, ils l'inventent par la science. Et je peux dire que c'est bien plus destructeur que ce Seigneur des Mémères là."

    La jeune demoiselle éclata de son rire cristallin. Alors même sur ce point-là ils étaient sur la même longueur d’onde ... La jeune demoiselle détestait celui qui voulait d’une race pure. Ss grands parents auraient eut une crise cardiaque s'ils avaient entendu ces mots. La belle brune ne voyait pas ce qu’il y avait de mal à aimer un homme ou une femme quel que soit son origine. Ses parents étaient tous deux des sangs purs mais ils avaient toujours aimé les moldus, en ayant d’ailleurs certains parmi leurs amis les plus proches et ils avaient élevé leur fille unique dans la tolérance. Et d’ailleurs, la meilleure amie de Marry n’était autre qu’une enfant de moldu.

    “Je suis tout à fait d’accord avec vous sur ce point. Je suis moi-même issue d’une famille de sangs purs mais mes parents sont extrêmements tolérants si bien que j’ai beaucoup de mal à comprendre cette aversion pour les moldus qui sont des gens tellement intéressants. Franchement, trouver une technique pour se déplacer aussi rapidement dans les airs par exemple est une technique vraiment incroyable ! C’est hallucinant tout ce qu’ils peuvent faire sans avoir recourt à la magie. Je ne sais vraiment pas si je serais capable de vivre comme eux, sans magie. Je les admire rien que pour cela.”

    La discussion dévia ensuite sur l’application de la magie à d’autres objets moldus. C’était intéressant de savoir si d’autres applications étaient possibles.

    "A votre avis, la cafetière électrique pour le café, vu qu'il n'y a pas de prise électrique, elle marche comment ?"

    “Effectivement, je n’y aurais jamais pensé.”

    Le jeune homme attrapa alors l’arme qu’il avait déposé sur la table quelques minutes plus tôt. Il en ota le chargeur et retira la dernière balle. Marry ne s’en offusqua d’ailleurs pas le moins du monde. Elle se connaissait assez bien pour savoir qu’elle aurait pu faire une bêtise rien qu’en touchant l’arme alors autant prendre toutes les précautions nécessaires. Et puis, ils ne se connaissaient pas depuis assez longtemps pour avoir une confiance totale l’un dans l’autre si bien que Marry comprenait parfaitement l’attitude du jeune homme. Soudain, il fit glisser l’arme sur la table. Par réflexe, la jeune demoiselle tendit la main en avant et attrapa l’arme dans sa main, arrêtant sa course. Elle n’avait même pas eu à réfléchir une seule seconde.

    "Tenez. Elle est vide donc vous ne risquez rien."

    Elle eut un petit sourire en coin.

    “Merci. Vous avez eu raison de décharger l’arme. Un accident est si vite arrivé ...”

    Elle ne faisait pas allusion à quelque chose de particulier mais ne se rappelait que trop bien l’état du pied du jeune homme lorsqu’il était arrivé à Sainte-Mangouste et elle ne tenait absolument pas à se retrouver dans la même situation. La jeune demoiselle prit l’arme entre ses mains. Nan mais mine de rien, c’était lourd cette chose ! Marriana ne s’attendait certainement pas à un poids pareil. Sa baguette magique était un véritable poids plume comparé à l’arme en question. Elle retourna l’arme sous tous les angles, l’examinant sous toutes les coutures.

    “C’est vraiment lourd dis dons ! Je ne m’attendais pas à un poids pareil ! Il ne faut pas demander le poids des armes les plus imposantes. C’est impressionant l’imagination qu’on les moldus.”

    Tandis que la jeune demoiselle observait l’arme avec attention, le jeune homme l’observait et en revint au sujet du café. Une boisson que Marriana n’appréciait pas outre mesure d’ailleurs. Elle en prenait uniquement quand elle avait besoin d’un coup de fouet pour reprendre sa garde à Sainte-Mangouste. C’était assez bizarre d’avoir une telle conversation autour d’une arme à feu tout de même.

    "Faut juste éviter de devenir accroc en fait, et puis le café n'est pas vraiment la boisson la plus énergétique qui existe."

    “En tout cas, je vous assure qu’elle me permet de rester éveillée durant mes gardes. Peut-être parce que j’en bois très peu en fait.”

    La jeune femme termina l’inspection de l’arme et la rendit à son propritaire.

    “Ca doit être difficile de maintenir cette arme à bout de bras durant un certain temps. Et lorsque l’on tire, il doit certainement y avoir une force exercée assez importante non ?!”

    Elle n’y connaissait vraiment rien en arme. Elle devait vraiment paraitre bête au jeune homme qui, lui, maitrisait le sujet sur le bout des doigts mais parès tout, chacun sa spcialité non ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Mar 8 Mar - 17:23

Lui qui pensait qu'elle n'oserait jamais relevé le défi, finalement ce fut tout le contraire. Elle avait l'air partante, voir même excitée par tout ceci, de plus en plus bizarre, est-ce qu'elle avait fumé avant de venir ? Non on plaisantait, mais c'était rare de voir des gens être prêts pour des efforts physiques, nous parlons bien entendu d'un entrainement au corps à corps. Oui bon, on n'arrangeait pas vraiment les choses en disant cela, certains pourraient se faire de drôle d'idées après tout ça. On parlait de combat au corps à corps, d'auto-défense, on se demandait bien à quoi les autres avaient pu penser finalement mais cela ne nous regardait tout simplement pas. Enfin toujours est-il que le fait qu'elle accepte, cela restait malgré tout assez étonnant, mais avant de se lancer là-dedans, il faudrait peut-être qu'elle finisse son thé, on avait le temps non ? On avait le temps pour la mettre à terre, la dominer, la....bref.

"Finissez déjà votre thé jeune padawan, nous verrons ensuite de quoi vous êtes capable, d'autant plus que l'arrière salle n'est pas vraiment adaptée pour ça. Je vous montrerais après."

Surtout qu'il avait fermé boutique donc on pouvait en profiter pour revoir son entraînement, ou en tout cas, avoir un adversaire humain cette fois, et pas seulement des mannequins ou s'entraîner tout seul. Ce n'était pas vraiment la même chose, bien au contraire. En tout cas visiblement concernant les moldus elle n'avait déjà pas l'air de suivre les idées de l'autre mégalomane du coin, tant mieux, de toute façon ce type ne ferait certainement pas long feu de toute manière. Oui elle était curieuse concernant le monde moldu visiblement, ou alors excitée par tout ce qu'elle pouvait y découvrir, il faut dire que les moldus avaient pas mal d'idées et surtout d'inventions qui pourraient en laisser rêveur. Notamment les avions, bien que ce n'était pas le mieux qu'ils y étaient capables de faire.

"Ce n'est pas difficile, ils remplacent la magie par la science, l'électricité, l'essence, l'informatique. Bon ça doit être du charabia pour vous, mais disons qu'ils se sont accommodés, qu'ils se sont développés et je dois dire que leur science est bien supérieure à ce que le Ministère ait capable de faire."

De toute manière il n'était pas britannique donc bon, il pouvait bien dire ce qu'il voulait après tout. L'arme était lourde ? Oui, c'était vrai, enfin cela ne pesait pas non plus des tonnes, juste qu'il fallait avoir l'habitude de la porter pour au final ne plus sentir son poids. Il sourit amusé, visiblement elle n'en avait pas vraiment fini avec les questions sur les armes on dirait. Surtout qu'elle avait l'air de vouloir tout connaître sur comment manier une arme à feu ou même sa manière de fonctionner. On se demandait pas dans quelle maison elle avait du atterrir à Poudlard. Serdaigle non ? A vrai dire, il n'avait jamais fait ses études dans un institut, il s'était renseigné sur Poudlard à son arrivée ici, il y a quelques mois, juste histoire d'être au courant de comment fonctionnait les britanniques et il les trouvait trop rétrogrades en fait.

"Serdaigle je pense, ou alors une Serpentarde trop curieuse non ?"

Enfin bref revenons au sujet de conversation, ce n'était pas vraiment pour détourner la conversation, juste une réflexion faite à voix haute en fait, donc cela ne voulait rien dire de spécifique. Autant demander de toute manière, pas comme si, cela aurait un quelconque intérêt ou même s'il avait des préjugés envers une maison en particulier, au contraire, il n'y connaissait rien, juste qu'il faisait des suppositions d'après ce qu'il avait lu. Enfin revenons au sujet de conversation, les moldus, les armes et le reste. Bientôt si cela continuait, elle allait lui demander d'apprendre à tirer, ce serait vraiment le monde à l'envers.

"Ca ne fait qu'un kilo et quelques à vrai dire, après les moldus ont des armes qui font plusieurs tonnes et disons qu'il ne vaut mieux pas être sur leur passage."

On parlait bien entendu pas d'armes à feux basique, mais plutôt des gros engins de guerre, quoique les missiles balistiques. Bref, ce n'était pas vraiment le moment pour effrayer la demoiselle n'est-ce pas ? Restons concentré.

"Avec cette arme, vous n'aurez qu'un petit recul, on ne sent quasiment rien en fait, juste que l'arme se lève légèrement une fois le coup parti. Et on s'y habitue à la garder en main, surtout qu'habituellement on la maintient à deux mains, c'est plus pratique. Attendez je vais vous montrer."

Après une petite dose de café, il s'était redressé sur sa chaise, avant de venir vers elle, de passer derrière, se penchant légèrement, avant de prendre ses mains pour en plaquer une sur la crosse, l'autre en dessous pour maintenant l'arme, rien de méchant là-dedans n'est-ce pas ? Bon d'accord ils étaient proches, mais ce n'était pas comme s'il avait eu une idée mal placée de toute manière, il montrait juste comment tenir l'engin. On parlait de l'arme à feu, pas d'autres choses merci bien.

"Vous voyez, à deux mains, plus facile à tenir, d'autant plus qu'on ne la tient pas les bras en extension donc son poids ne se sent pas vraiment pas."

Il finit quand même par lâcher ses mains avant de regagner sa place tout simplement reprenant son café là ou il en était, à la moitié de sa tasse, tranquillement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Mar 8 Mar - 20:19

    Non mais c’est qu’elle était toujours partante notre belle brune pour de nouvelle expérience ... Et puis, elle n’avait plus eu l’occasion de s’exercer à se défendre à mains nues depuis un long moment. Le fait de ne faire partie d’aucun camps lui permettait de ne pas se retrouver au coeur même des conflits entre coté du bien et coté obscure. La seule pratique qu’elle avait encore depuis la fin de ses études étaient pour lutter contre les mains baladeuses de ses patients. Il arrivait parfois qu’elle soit obligée de répliquer plus violemment mais il fallait bien avouer que c’était relativement rare. Et puis, le jeune homme avait l’air de bien maitriser de sujet de la défense au corps à corps alors autant prendre un enseignement directement à la source surtout qu’il se montrait bien plus agréable que lors de leur première rencontre. Peut-être que pour une fois, Marry avait bien fait d’écouter sa meilleure amie et de rechercher à revoir le propriétaire des lieux. Mais après tout, il ne fallait pas se faire trop d’illusions. De un, ils ne se connaissaient pratiquement pas et de deux, elle ne connaissait absolument rien de sa vie privée. Avec sa chance légendaire, Richard n’était certainement pas libre. Un homme aussi séduisant que lui devait bel et bien avoir quelqu’un dans sa vie mais soit, revenons en à notre sujet de base. La future séance d’auto-défense à mains nues. Soit, si le jeune homme avait cru un seul instant qu’elle trouverait une raison pour décliner son offre, c’était bien mal la connaitre (ce qui est le cas me direz-vous !). Elle affichait un petit sourire en coin, certaine de l’avoir un tant soit peu étonné au final même si le propriétaire des lieux ne le montrait pas.

    "Finissez déjà votre thé jeune padawan, nous verrons ensuite de quoi vous êtes capable, d'autant plus que l'arrière salle n'est pas vraiment adaptée pour ça. Je vous montrerais après."

    “Je vois qu’on regarde les mêmes films. La guerre des étoiles, un véritalbe chef d’oeuvre ! Il est vrai que cette salle est certainement un peu trop petite pour une démonstration dans toute sa splendeur. J’attend avec impatience cette séance d’entrainement. Ca me permettra un peu de me dérouiller.”

    Et oui, ce n’était pas parce que notre belle brune ne connaissait pas toutes les subtilités du monde moldus qu’elle n’en avait pas explorer certaines facettes. Le cinéma était une de ses passions et il lui arrivait très souvent de se rendre au cinéma en compagnie de Dahrah, la personne qui lui avait fait découvrir le véritable monde des moldus. D’ailleurs, la technologie mise en oeuvre pour projeter des images sur un écran géant avait immédiatement passionné Marriana qui en avait comprit le mécanisme à force de lectures diverses et variées. La belle médicomage avait eu l’occasion de passer un peu de temps en compagnie de la famille de Dahrah par le passé mais elle devait bien avouer qu’elle ne s’était pas vraiment posé de questions concernant le mode de vie si particulier des moldus. Ils arrivaient à se faciliter la vie de façon impressionnante sans l’aide de la magie alors que Marry serait tout simplement incapable de vivre sans. La jeune femme but une nouvelle gorgée de son thé, le gout était vraiment merveilleux, certainement un des meilleurs thés quil lui avait été donné de boire. Peut-être sa fidélité à sa marque de tjé était-elle un frein à de nouvelles découvertes. Elle se promit d’ailleurs de se mettre à la recherche de nouvelles saveurs qu’elle pourrait gouter.

    "Ce n'est pas difficile, ils remplacent la magie par la science, l'électricité, l'essence, l'informatique. Bon ça doit être du charabia pour vous, mais disons qu'ils se sont accommodés, qu'ils se sont développés et je dois dire que leur science est bien supérieure à ce que le Ministère ait capable de faire."

    C’était vrai que tout cela était un peu du charabia pour notre belle brune qui trouvait la science des moldus un peu compliquée. En même temps, elle était certaine qu’ils auraient le plus grand mal à comprendre leur mode de vie s’ils prenaient connaissance de l’existence d’un monde magique. Après tout, Marriana avait été élevée depuis sa plus tendre enfance dans la magie tandis que Dahrah avait vécu toute son enfance sans en avoir la moindre connaissance et elle s’était très bien adaptée au monde de la magie. Peut-être les sorciers réussiraient-ils à s’y adapter à leur tour.

    “Je suis certaine que nous pourrions faire des merveilles si nous prenions plus le temps d’apprendre à connaitre le monde moldus. La science et la magie réunies pourraient faire des merveilles ! Cependant, ça pourrait être destructeur dans de mauvaises mains.”

    La jeune femme savait qu’elle avait raison et dans un sens, elle était soulagée que certains sorciers ne daigne même pas adresser un regard au monde des moldus qui pourrait les rendre totalement invincible selon elle. Marriana était curieuse de tout et ne s’en cachait pas bien qu’elle n’aurait jamais vraiment pensé s’intéresser à certaines choses. Comme quoi, tout le monde pouvait changer d’avis et être surpris ! Soit, la jeune femme examinait l’arme qu’elle avait entre les mains sous tous les angles. Le mécanisme en était vraiment astucieux ! C’est qu’ils en avaient dans la tête ces moldus ! La belle brune était plongée dans son étude lorsque la voix de l’homme résonna de nouveau dans la pièce lui faisant lever les yeux vers son visage attirant.

    "Serdaigle je pense, ou alors une Serpentarde trop curieuse non ?"

    Marry eut un petit sourire en coin. C'est que le jeune homme s'intéressait un tant soit peu à elle en fin de compte. Il l’avait assez bien cernée en fin de compte. C’était les deux maisons où elle aurait pu se retrouver. Ses grands parents paternels étaient passés par Serpentard comme tous leurs ancêtres avant eux jusqu’à ce queson père se retrouve chez les Serdaigles, maison où il avait rencontrer l’amour de sa vie, sa mère. C’était une très belle histoire d’amour et le choixpeau avait longuement hésiter à envoyer notre belle brune chez les bleu et arent ou chez les verts et argent.

    “Serdaigle en effet, bien que j’ai faillis me retrouver chez les verts et argent. Je suppose que vous n’avez pas fait vos études ici ... Vous avez un petit accent qui n’a rien de British.”

    Et oui, c’était qu’elle était aussi observatrice quand elle le voulait. Soit, le jeune homme en revint à leur conversation de base ainsi qu’aux différentes questions de la jeune demoiselle. Elle trouvait très intéressant de connaitre différentes techniques qui lui permettrait de se défendre au moment opportun même si elle se voyait bien mal se balader avec une arme dans son sac à main. Elle écoutait les explications du jeune homme avec passion.

    "Ca ne fait qu'un kilo et quelques à vrai dire, après les moldus ont des armes qui font plusieurs tonnes et disons qu'il ne vaut mieux pas être sur leur passage."

    Marry était perplexe. A bout de bras, comme elle la tenait actuellement, l’arme semblait peser bine plus lour qu’un kilo et quelque. Peut-être n’était elle tout simplement pas douée pour les armes à feu en fin de compte. Après tout, elle n’y connaissait strictement rien. Marriana ne pu cependant pas s’empêcher de lancer un regard légèrement perplexe au jeune homme qui se trouvait en face d’elle. En effet, elle n’aurait pas le moins du monde apprécier de se retrouver sur le chemin d’un engin de ce poids. Il était certain que ce genre de chose pouvoir vous écraser en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

    "Avec cette arme, vous n'aurez qu'un petit recul, on ne sent quasiment rien en fait, juste que l'arme se lève légèrement une fois le coup parti. Et on s'y habitue à la garder en main, surtout qu'habituellement on la maintient à deux mains, c'est plus pratique. Attendez je vais vous montrer."

    La jeune demoiselle reposa alors l’arme sur la table, écoutant religieusement les explications du jeune homme. Richard posa sa tasse de céfé et fit le tour de la table. Il se plaça alors juste derrière la jeuen femme, assez proche pour qu’elle puisse le sentir dans son dos. Bon, la jeune femme faillit avoir un frisson lorsqu’il posa ses mains sur les siennes afin de les placer de la meilleure façon qu’il soit sur l’arme. Il avait son visage juste à coté de son oreille et elle pouvait facilement sentir son souffle chaud à l’odeur de café dans son cou. Avouez qu’il y aurait eu plus d’une raison de frissonner ! soit, elle réussit à se contenir et se força à prendre une respiration calme et posée.

    "Vous voyez, à deux mains, plus facile à tenir, d'autant plus qu'on ne la tient pas les bras en extension donc son poids ne se sent pas vraiment pas."

    “Vous avez parfaitement raison. Je crois que je ne serai décidémment jamais faite pour les armes à feu mais après tout, une personne avertie en vaut deux. Même si je conçois que ce soit un véritable atout que de pouvoir manier une telle chose. Au moins, je ne m’étonnerai pas de voir un sorcier sortir ce type de chose au cours d’un combat et je pourrai alors essayer d’éviter du mieux possible d’être touchée.”


    Le jeune homme la lâcha alors et retourna prendre sa place de l’autre coté de la table afin d’achever son café. Marriana fut étonnée de la chaleur que Richard dégageait, elle setait vraiment une différence de température maintenant qu’il était partit. Marry reposa alors l’arme à feu sur la table et reprit à la place sa tasse de thé, chose beaucoup moins dangereuse alors.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Mer 9 Mar - 12:17

Tiens finalement elle connaissait les classiques du cinéma moldu, en même temps, cela ne serait pas celui du monde sorcier vu qu'ils ne connaissaient pas ce passe temps. Enfin on ne s'était pas vraiment attendu à ce qu'elle en sache quasiment autant du monde moldu, certes, c'était étonnant mais pas complètement impossible en fin de compte n'est-ce pas ? Tous ne restaient pas forcément obtus au monde qui les entourait, bien que ces personnes étaient rares malgré tout. Elle attendait avec impatience le fait de s'entraîner, pas sur au final que ce soit vraiment avec impatience par la suite. Certes, il n'était pas là pour lui faire mal ou la tuer, fort heureusement, mais une séance de combat à mains nues, ce n'était jamais sans quelques coups, sans forcément de risques, mais parfois cela pouvait faire mal. Enfin toujours est-il que l'arme était désormais de nouveau sur la table, il la récupéra comme si de rien n'était avant de remettre le chargeur et de la ranger dans son holster à sa ceinture derrière lui. On n'allait pas continuer sur ce petit bijou de technologie moldue, on allait quand même revenir à la discussion quand même.

"A croire que vous êtes impatiente de transpirer."

Léger sourire amusé pour l'occasion alors qu'il reprenait une nouvelle gorgée de café. Il haussa finalement les épaules, concernant le fait de mélanger les deux mondes, certes comme partout, entre de mauvaises mains, cela pouvait toujours être mauvais de toute manière, et même sans ça, il suffisait de voir que du côté moldu, rien qu'avec leur technologie certains ne faisaient pas le bien, et c'était la même chose avec le monde sorcier, donc bon, ce n'était pas comme si finalement le mélange des deux sciences en quelque sorte, allait apporter la félicité dans le monde. Rien ne changeait vraiment.

"Certains utilisent déjà la technologie moldue à mal, tout comme les sorciers utilisent la magie contre les autres. C'est dans la nature humaine, rien n'est toujours tout blanc ou tout noir."

Finalement il avait eu raison concernant la maison, bon en même temps, il avait beau ne pas vraiment connaître Poudlard et tout le reste, avec sa documentation, ce n'était pas vraiment difficile de découvrir dans quelle maison elle avait été n'est-ce pas ? Fausse modestie ou pas, non, simple déduction basée sur des faits et rien d'autre, peut-être aussi pour cela qu'il avait posé la question, après tout, on n'était jamais trop sur de rien. Il sourit malicieusement, quand elle supposait qu'il n'était pas d'ici. En même temps, ce n'était pas des plus difficiles, oui, il y avait toujours ce petit accent américanisé dirons nous qu'il avait, mais bon, il suffisait de voir comment il parlait du climat des environs pour remarquer qu'il n'était pas comme la plupart des sorciers britanniques, apathiques et apeurés par Voldynounet et Compagnie. Peut-être aussi parce qu'il avait déjà vu pire, mais bon, ça, personne ne pouvait réellement le savoir en fin de compte.

"Exact. Les Amériques en fait, le Canada pour être précis, et je n'ai pas suivi un cursus scolaire normal dirons nous. Enfin pas comme vous ici."

On n'allait pas développer le fait que les écoles de magie, il n'y était jamais allé en fin de compte, que tout son enseignement, il le devait à ses parents et à ses différents "maîtres" ou précepteurs, appelons cela comme on le voulait, dans les différentes matières qu'il avait suivi, appris. Mais bon, c'était le mode de vie de sa famille depuis toujours, et jusqu'à maintenant, ils s'en étaient tous très bien sortis et il suivait le même chemin en quelque sorte. Enfin quand au fait de voir un sorcier sortir une arme à feu, on pouvait toujours rêver, en tout cas, de ce côté-ci de l'Atlantique, c'était rare, quasiment inexistant à vrai dire, il devait être l'un des seuls, en même temps, il n'était pas britannique vous me direz.

"Je doute que vous voyez un sorcier des environs sortir une arme à feu, j'ai rien contre les britanniques, mais vous restez assez branchés 18ème siècle, alors qu'à côté, ça se développe."

C'est vrai, il suffisait de voir qu'au final, leur hiérarchie, leur mode de vie fonctionnait comme depuis des siècles, sans réels changements. Les riches étaient les sangs purs, avec eux en haut de la hiérarchie, une école banale qui ne vous développait qu'une infime partie de la magie, bref c'était assez restrictif à son avis. Mais ce n'était que son avis personnel. Enfin pour le moment, elle souhaitait combattre n'est-ce pas ? Enfin faire un peu d'entrainement, dans ce cas. Terminant son mug de café, il le plaça, en se levant dans l'évier.

"Bien si vous êtes prête."

Attendant qu'on voit si elle était vraiment prête, et surtout qu'elle sache dans quoi elle s'engageait en fin de compte, il se dirigea vers l'un des murs avoisinants l'arrière salle, en fait, celui juste derrière elle. On se demandait ce qu'il pouvait bien y chercher, surtout que la seule autre porte était de l'autre côté, mais visiblement, il y avait quelque chose quand on remarqua un morceau du mur brillait quelques instants là ou il avait posé l'empreinte de sa main. Il s'ensuit une autre reconnaissance, dégagée par une lumière du mur vers l'un de ses yeux. Visiblement, un mélange de technologie moldue et de la magie. En tout cas, une fois la reconnaissance effectuée, le mur, une partie, recula légèrement, avant de tout simplement s'ouvrir pour laisser place à un escalier visiblement, éclairé bien entendu. Il se décala légèrement, sans pour autant entrer le premier, et désigna l'entrée d'un geste théâtral de la main.

"Après vous."

Ce n'était pas vraiment le plus grand secret qu'il cachait dans cette armurerie, sinon il ne l'aurait bien évidemment pas montré. D'autant plus que des pièces secrètes, tout le monde avait du connaître cela que ce soit chez soi, ou à l'école, du coup, ce n'était pas vraiment impressionnant au contraire. L'escalier n'était pas trop raide, pas besoin de se baisser pour réussir à descendre, et en bas on arrivait directement dans une sorte de dojo, une réplique de chez lui, du rembourrage sur les murs, comme des coussins, un sol composé de tapis, une sorte de tatamis géant, une ambiance assez japonaise, d'autant plus qu'on pouvait y remarquer diverses râteliers avec des armes en bois ou des mannequins en bois, pour s'entrainer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Ven 11 Mar - 11:26

    La belle brune déposa l’arme qu’elle tenait entre les mains sur la table et cette dernière regagna rapidement les mains de l’expert des lieux qui remit le chargeur en place sous le regard scrutateur de Marriana qui n’en perdait pas une seule miette. La jeune femme reprit sa tasse de thé et but la dernière gorgée de son brevage. Il allait vraiment croire qu’elle avait hate de se frotter à lui mais non, elle avait juste eu une soif intense. D’ailleurs, il ne se gêna pas le moins du monde pour le lui faire remarquer. La jeune femme réponsit au sourire amusé du jeuen homme par un petit sourire en coin. Après tout, elle n’avait vraiment rien à répondre à une telle remarque. Le jeune homme en profita pour ranger l’arme en lieux sur. Marry l’observa sans rien dire. Elle observait chacun se ses mouvements fluides et précis, elle observait également sa façon de se déplacer. Toutes ces petites choses d’apparence banale pourraient lui être d’une utilité non négligeable lors de leur futur entrainement. Bizarrement, Richard ne faisait pas peur à Marriana pourtant, il y aurait eu de quoi ! Un homme que vous connaissez peine vous propose une petite séance de crops à corps comme ça, avouez que c’est quand même relativement bizarre mais que voulez-vous, la jeune médicomage agissait toujours à l’instinct et était rarement décue alors une fois de plus ne lui ferait pas de mal. Ils continuèrent à discuter de tout et de rien bien que le sujet se porte plus précisément sur le monde moldus. Bien qu’elle soit loin d’en connaitre toutes les facettes, Marry s’était toujours intéressée au monde non magique et d’autant plus que sa meilleure amie était issue d’une lignée cent pour cent moldue.

    "Certains utilisent déjà la technologie moldue à mal, tout comme les sorciers utilisent la magie contre les autres. C'est dans la nature humaine, rien n'est toujours tout blanc ou tout noir."

    La jeune femme hocha affirmativement la tête. Personne n’était soit bon ou soit méchant, chacun d’entre nous a une part sombre ou lumineuse au fond de soi. Cependant, certains choisissent de développer plus en avant leur coté lumineux que leur coté sombre et vice versa. C’était bel et bien dans la nature humaine et personne n’était en mesure de changer quoi que ce soit. Ils en vinrent à parler maison de Poudlard et la jeune demoiselle devina aisément que le jeune homme n’était pas un britanique pur souche. De un parce qu’il se moquait un peu trop ouvertement du seigneur des ténèbres devant une étrangère sans savoir dans quel camp elle se trouvait et qui signifiait donc qu’il ne pensait pas avoir suffisamment à perdre pour tenir sa langue mais également par cette façon si particulière qu’on les américains de mâcher leurs mots. Elle n’avait pas émit clairement l’hypothèse selon laquelle il était effectivement américain mais elle allait sans aucun doute en avoir la confirmation. Le jeuen homme avait une attitude bien différente cette fois-ci que lors de leur première rencontre. A croire qu’il ne se refermait comme une huitre que lorsqu’on évoquait ses blessures plus que suspectes. Soit, Marry ne comptait pas le moins du monde revenir sur le sujet. Après tout, elle n’était pas là pour se prendre la tête.

    "Exact. Les Amériques en fait, le Canada pour être précis, et je n'ai pas suivi un cursus scolaire normal dirons nous. Enfin pas comme vous ici."

    Alors comme ça il n’avait pas suivit un cursus scolaire habituel. Cela signifiait certainement qu’il n’avait jamais mis les pieds dans une véritable école de sorcellerie comme on en voyait en France, en Grande Bretagne et dans le Nord. Il avait certainement eut des percepteurs au domicile pour lui apprendre tout ce dont il avait besoin. Cependant, Marry ne développa plus en avant cette discussion bien qu’elle se promettait intéressant mais elle estimait que ce sujet était d’ordre privé et que le propriétaire des lieux développerait plus s’il en avait vraiment envie.

    “Je me disais bien. Vous avez cette façon si particulière qu’on les américains de mâcher leurs mots au point que nous avons parfois un peu de mal à les comprendre intelligiblement. Je dois cependant avouer que je le perçois de façon extrêmement infime chez vous”

    Elle lui adressa un petit sourire. Elle ne désirait en aucun cas le choquer ou le fâcher mais les fait était bel et bien là. Chaque langue et chaque pays à son petit défaut après tout, personne n’est parfait. La discussion revint dès lors vers les armes à feu et leur port en Angleterre. Le jeuen homme semblait amusé que notre belle brune lui ssura qu’au moins, maintenant qu’elle avait réellement vu à quoi celà servait et ressemblait, elle ne serait pas étonnée de voir un sorcier sortir son arme et serait peut-être apte à se défendre. Elle ne comprenait pas vraiment la réaction du jeune homme. Après tout, c’était son gagne pain non ?! Marry était tout simplement perplexe.

    "Je doute que vous voyez un sorcier des environs sortir une arme à feu, j'ai rien contre les britanniques, mais vous restez assez branchés 18ème siècle, alors qu'à côté, ça se développe."

    “Mais c’est votre gagne pain ! Je suppose que votre commerce doit fonctionner et que donc, vous vendez ces armes à de véritables sorciers non ?! Mais peut-être n’est-ce tout simplement pas mes affaires. Vous avez cependant raison, nous sommes resté très figé dans le passé.”

    Elle avait souvent tendance à chercher trop loin et par conséquence à entrer un peu de force dans l’univers privé des gens qui l’entourait mais après tout. Peutêtre cette activité n’était-elle qu’un passe temps pour quelqu’un d’aisé. Ce n’était pas interdit, bien au contraire. Le jeune homme termina alors sa tasse de café qu’il déposa dans l’évier situé juste derière lui en se levant. Il s’adressa directement à elle.

    "Bien si vous êtes prête."

    “Avec plaisir”

    La jeune demoiselle se leva à son tour pour déposer sa tasse dans l’évier. Elle était quand même un minimum bien élevée et détestait que tout ne soit pas ranger avant de quitter une pièce, déformation professionelle sans doute. En effet, comment voulez-vous travailler correctement si vous avez pleins de choses inutiles autour de vous ?! Soit, elle se placa à proximité du jeune homme mais pas trop prêt non plus pour ne pas le gêner. Il chercha quelques secondes avant de placer sa main à un endroit bien précis du mur, un endroit légèrement brillant si on y regardait bien. Un faisceau de lumière s’échappa alors du mur en question et passa sur la pupille du jeune homme. Instantanément, le mur s’écarta, laissant voir une entrée. Marry ne fut pas impressionnée de trouver un passage secret dans ce genre de boutique. Après tout, toutes les vieilles demeures possédaient leur lot de passage secret. Cependant, l’accès à ces endroit ne présentait généralement pas une telle technologie. Le jeune homme s’écarta légèrement, laissant voir un escalier descendant, éclairé. Il désigna l’entrée de la main avant de s’adresser à notre belle brune.

    "Après vous."

    “Merci beaucoup”

    Marriana passa donc en premier lieu, elle se dirigea vers l’escalier et commença la descente, faisant grandement attention à ne pas perdre un escarpins au passage. Elle arriva rapidement dans la pièce du fond. Il s’agissait d’une immense salle parfaitement équipée pour un entrainement intensif. Les murs étaient capitonés, histoire d’amortir les chocs tout comme le sol recouvert de tapis. Une ambiance vraiment japonisante en fin de compte. Il y avait un nombre impressionnant de manequins destiné à l’entrainement ainsi que des armes plus traditionnelles rangées le long des murs du fond de la salle. La jeune femme lança un regard circulaire à la salle. Elle se trouvait vraiment dans la dernière parcelle sans tapis et ota dès lors sa paire d’escarpins qu’elle rangea sur le coté, on compagnie de son sac à main. Mais avant celà, elle tira un pantalon et un petit haut plus approprié de son sac à main griffé. Comme quoi, il était toujours intéressant d’avoir des vêtements de rechange sur soi.

    “Y a-t-il un endroit ou je pourrais me changer ?! je crois que je serai beaucoup plus à l’aise en tenue sportive qu’en tenue de ville. Cette salle d’entrainement est vraiment impressionnante.”

    Elle lui adressa un petit sourire en coin. Il devait bien disposer d’un endroit où elle pourrait se changer ...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Ven 11 Mar - 16:34

Pas un souci, tout le monde avait un accent, lui également vous me direz. Certes, cela faisait quasiment plus d'une dizaine d'années qu'il n'était pas vraiment rentré chez lui en fait, mais malgré tout, il restait des signes. Il avait voyagé à travers le monde, devant apprendre les langues locales, mais malgré tout, on restait toujours un indécrottable américain quelque part, il y avait toujours une part qui exprimait son côté plus occidental dirons nous et l'accent faisait parti de cela. Oh, il n'était pas offensé du fait qu'on lui dise qu'il mâchait parfois ses mots, de toute manière, il le savait fort bien. Enfin bref passons.

Il aurait pu rire de ce qu'elle venait de dire concernant son commerce, oui certes il vendait quelques armes, mais la plupart du temps c'était surtout des collectionneurs qui savaient rarement se servir d'une arme. Encore moins d'une arme à feu, de toute manière, ce genre d'armes, il ne montrait vraiment qu'aux adeptes dirons nous, qu'aux initiés, et on en voyait pas vraiment dans les environs. Même si cette armurerie était plus une couverte qu'autre chose, au moins cela permettait d'écouler un stock un peu trop important qu'il avait depuis beaucoup trop longtemps. Pour cela aussi qu'il ne répondit pas à la question, restant silencieux, seulement un sourire malicieux sur le visage. Laissons une part de mystère concernant ce qu'il faisait ici, à qui il vendait tout cela et le reste. Il n'était de toute manière pas du genre à se confier facilement, surtout le concernant, bien au contraire. Laisser une surface d'ombre, planer le doute, c'était sa façon de fonctionner, un peu trop de paranoïa certainement mais il appellerait cela plutôt de la prudence.

De toute manière désormais, il était temps de passer à autre chose, vu qu'on attendait simplement qu'elle passe devant lui pour la suivre et rejoindre son dojo, sa salle d'entraînement en fin de compte. Il la suivit tranquillement, la porte se refermant derrière eux bien entendu, on la voyait mal rester grande ouverte, sait-on jamais si quelqu'un osait pénétrer chez lui. On la laissa découvrir les alentours, tandis qu'il avait déjà enlevé ses chaussures, et qu'il marchait en chaussettes en direction de ce qui semblait être des casiers, en bois, pas de porte de casier, non juste dedans une tenue de sport, une serviette et le nécessaire habituel. On allait la laisser s'imprégner des alentours, lui il connaissait suffisamment dans un sens, même si cette salle était plus petite que ce qu'il avait chez lui, son vrai chez lui, enfin ici en Angleterre, malgré tout c'était assez spacieux n'est-ce pas ? Il commença doucement à se changer, déboutonnant les premiers boutons de sa chemisette, oui car il était en chemisette, il se voyait mal avoir le pull du vieux grand père chez lui. Il l'enleva en la passant par dessus sa tête, le laissant complètement torse nu.

Il était assez carré dirons nous, tout en muscles, en tout cas une bonne partie, du certainement aux exercices auxquels ils s'astreignaient à longueur de journée, il avait aussi quelques cicatrices de visible dans le dos, sans oublier que si on était suffisamment proche on pouvait voir une belle empreinte au niveau de son cou, de sa nuque, comme si deux crocs y avaient laissé leurs empreintes, va savoir qui avait fait cela ? Enfin toujours est-il que pour l'instant, entendant la question de la demoiselle, il se retourna dans sa direction. Des vestiaires ? Habituellement déjà il recevait rarement du monde dans les environs, et on ne se gênait pas vraiment pour se changer les uns devant les autres, ils n'avaient rien à cacher après tout n'est-ce pas ? Du coup, cette question n'obtint pas de réponse sur le moment. Et pourtant il faudrait bien qu'il réponde n'est-ce pas ?


"Hum, je reçois rarement du monde ici, du coup, vu que je suis souvent seul, pas vraiment besoin de vestiaires."

Sourire amusé, est-ce que cela voulait dire qu'elle devait se changer devant lui ? Oh bien que cela serait bien plaisant pour les yeux tout comme pour son imagination n'est-ce pas, il vaudrait mieux pas paraître pour le goujat et l'obsédé du coin, surtout que certes, c'était un joueur, mais malgré tout, on restait gentleman. Récupérant un t-shirt posé sur l'un des cintres dans l'un de ses casier, le gardant en main, il trouva malgré tout la réponse à tout ceci.

"Vous pouvez par contre utiliser les douches, c'est sec et propre donc."

En désignant d'un geste de la main, une ouverture près de lui, certainement que tout cela menait vers les douches, en attendant, lui il allait continuer à se changer et pour preuve qu'il n'était pas vraiment pudique, et qu'il n'avait pas vraiment peur de se dénuder, le t-shirt était retombé dans le casier sur la planche du bas, tandis qu'il enlevait son jean comme si de rien n'était, se retrouvant en boxer. Et en boxer, disons que cela épouse vos formes bien sur, ce n'était pas un caleçon loin de là. Mais à côté de cela, il prenait part à la conversation comme s'il faisait cela tous les jours ou presque.

"J'ai eu disons des influences japonaises durant mon enfance du coup c'est resté. Et puis c'est parfait pour éviter de se faire mal."

Il avait récupéré un jogging, le mettant avant de se retourner de nouveau vers elle, cette fois, il avait récupéré le t-shirt, sans encore l'avoir mis, qu'est-ce qu'elle attendait pour aller vers les douches ? D'accord, la salle était impressionnante mais quand même, il existait plus grand, et surtout bien mieux comme salle non ? Ou alors elle bloquait sur autre chose. Va savoir.

"Vous savez, vous pouvez y aller, je ne vais pas aller les douches pendant que vous vous changez."

Sourire amusé, quoique ce serait tentant de la voir toute mouillée. Harry Potter RPG
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Sam 12 Mar - 9:45

    Les deux jeunes gens s’enfoncèrent alors dans les sous sols du bâtiment, la porte cacahnt l’entrée de l’escalier se refermant derrière eux. Certaines personnes auraient facilement pu se sentir oppresser mais ce n’était pas du tout le cas de Marriana. Bizarrement, elle ne craignait pas le moins du monde le jeune homme. Ils arrivèrent enfin en bas, Marry la première et se posa quelques instants pour regarder la salle de combat et s’en imprégner. La pièce était vraiment impressionnante aux yeux de Marry qui n’avait vraiment jamais eu d’entrainement dans un tel environnement. La belle brune entendit de pas feutrés passer derrière elle mais ne fit pas mine de bouger. Le jeune homme se dirigea alors vers un casier où il commença à fouiller. C’est alors que Marry se retrourna vers lui pour lui demander s’il possédait un endroit, accessoirement un verstiaire, où elle pourrait se changer. Ce n’était pas qu’elle était particulièrement pudique, elle se changeait devant un tas de gens lorsqu’elle arrivait au travail mais uniquement devant des femmes. Jamais, au grand jaiamis, elle ne se serait changée devant un de ses collègues masculins. Soit, le spectacle qu’elle vit devant elle était ... Comment dire, intéressant pour ne pas trop faire dans plus subtil dirons nous. Le jeune homme était tout simplement torse nu devant elle. La jeune femme eut un petit sourire en coin et observa sans s’en rendre vraiment compte les avants-bras musclés du jeune homme. Dahrah l’avait définitivement pervertie avec sa chasse aux vilains mangemorts. Cette simple pensée la fit sourire plus largement. C’était une des raisons évoquée par la belle rousse pour inciter son amie à revoir le jeune homme. Et bien c’était chose faite se dit-elle et il n’avait pas la moindre trace de la marque des ténèbres sur lui ce qui ne signifiait pas pour autant qu’il n’était pas à la botte du Lord Noir quoi que, sa façon d’en parler en disait quand même assez long à ce sujet. Soit, elle observa le propriétaire des lieux d’un regard interrogateur. Il en mettait du temps à lui répondre. Manifestement, il était occupé à réfléchir à ce qu’il allait lui dire.

    "Hum, je reçois rarement du monde ici, du coup, vu que je suis souvent seul, pas vraiment besoin de vestiaires."

    La jeune demoiselle resta quelques secondes interdite. Non mais c’était une blague, bien évidemment ! Il devait avoir un endroit particulier où il prenait sa douche après les entrainement où elle ne savait pas quoi ! Non pas comme dit plus haut qu’elle fut pudique mais elle n’allait quand même pas se dévoiler à un homme qu’elle connaissait à peine, pas du tout son genre. Grace à son éducation de sang pur parfaite, elle réussit à garder un visage normal sans faire voir son trouble. L’esprit de notre belle brune commença à travailler à toute vitesse, elle se voyait déjà sortir sa baguette magique et fait apparaitre un parevent afin de pouvoir de changer plus discrètement dirons nous. Ca lui semblait une bonne idée mais le jeune homme la coupa nette dans ses pensées. Marry se rendit compte qu’elle fixait le propriétaire des lieux sans même s’en rendre compte.

    "Vous pouvez par contre utiliser les douches, c'est sec et propre donc."

    “Merci. Moi qui pensais déjà à tous les sortilèges qui m’auraient été nécesaire pour ne pas devoir me changer complètement devant vous. Désolée mais mon éducation a été ainsi faite et je ne peux vraiment pas m’en départir”

    * Et puis, nous nous connaissons à peine après tout* Se dit-elle mais se garda bien de le faire remarquer ouvertement.

    La jeune femme lui adressa un sourire amusé, elle était honnête comme toujours après tout. Il lui évidtait bien des peines avec un sortilège quelconque. Il lui indiqua la porte qui se trouvait juste derrière lui, signe qu’elle pouvait bel et bien s’y rendre. Pourtant, la belle brune s’arrêta net dans son élan. En effet, le jeune homme qui se trouvait face à elle commença à oter son jeans. Gênée, la belle brune détourna le regard. Après tout, son éducation avait été faite comme ça, dans le respect de l’intimité de l’autre. C’était peut-être en partie son éducation qui la bloquait pour bon nombre de chose. Le gérant de la boutique attira de nouveau l’attention de notre jeune médicomage sur lui.

    "J'ai eu disons des influences japonaises durant mon enfance du coup c'est resté. Et puis c'est parfait pour éviter de se faire mal."

    Marry fit un volte face et se retrouva devant le jeune homme ... en boxer. La belle brune fut particulièrement surprise de le voir ainsi vêtu, elle qui s’attendait à ce qu’il soit habillé. Il fallait bien avouer qu’il était particulièrement bien foutu. Ben quoi ?! Elle était loin d’être aveugle aussi. Marriana était béate de stupéfaction mais reprit contenance en quelques secondes. Soit, il n’avait pas eu l’occasion de voir son trouble étant donné qu’il lui tournait le dos et tant mieux d’ailleurs. Sa voix claire s’éleva alors dans les airs tandis que le jeune homme récupérait son jogging, se mettant parfaitement en condition alors qu’elle était toujours habillée comme une citadine de bonne famille.

    “C’est vraiment magnifique. Le Japon doit vraiment être une contrée merveilleuse à visiter.”

    Soit, le jeune homme se retourna vers elle, le jogging à la main mais toujours à moitié nu lui donnant une vue plus que plongeante sur tout son corps. Marry n’avait pas bouger d’un pouce et ne s’était pas approchée si bien qu’elle l’observait de loin. Il fallait quand même bien dire qu’il était wahou quoi. Non mais Marry se reprit, bridant son esprit qui ne désirait que divaguer vers d’autres horizons bien loin de cet endroit en cet instant même. Ce n’était vraiment pas bien élevé. La jeune femme ferma un court moment les yeux et s’exhorta au calme avant de reporter son regard sombre sur le jeune homme qui l’observait d’une drôle de façon.

    "Vous savez, vous pouvez y aller, je ne vais pas aller les douches pendant que vous vous changez."

    La jeune femme acquiesca d’un signe de tête, elle ne voulait absolument pas émettre le moindre mot avant de s’être totalement reprise et d’être redevenue la seule maitresse consciente de son esprit. Elle se dirigea alors vers le jeune homme et passa juste à coté de lui.

    “Pas mal du tout d’ailleurs.”

    Non mais qu’est-ce qu’il lui avait prit ?! Elle devenait totalement folle ou quoi ?! Soit, Marry continua son chemin, disparaissant rapidement de la vue du jeune homme. Elle sentit le rouge lui monter aux joues mais était seule pour s’en rendre compte et heureusement. Cette réflexion n’était absolument pas elle, loin de là ! Elle n’était jamais aussi directe et surtout pas lorsqu’elle connaissait à peine la personne qui se trouvait face à elle. Arrivée dans les douches, elle poussa un soupire et fit quelques exercices de respirations pour reprendre un total contrôle d’elle-même, enfin elle l’espérait. Maintenant, elle allait de toute façon bien être obligée d’assumer ses paroles ... Marry ôta sa robe griffée pour enfiler un pantalon et un petit haut plutôt moulant. Ben elle n’avait quand même pas prévu une séance de corps à corps ! Heureusement qu’elle avait toujours des vêtements plus sport avec elle au cas où elle déciderait subitement de se rendre à la salle pour se défouler un peu ! Soit, elle se dirigea vers un miroir où elle attacha ses long cheveux aile de corbeau en un chignon bien serrer, histoire de ne pas être dérangée par sa chevelure. Reprenant une fois encore sa respiration t se calmant, la jeune demoiselle revint sur ses pas et arriva rapidement dans la salle.

    “Excusez moi pour tout à l’heure, je me suis totalement égarée.”

    Elle lui adressa un petit sourire contrit avant de lancer de nouveau un regard circulaire à la salle.

    “Bien, on commence l’entrainement ?!”

    Autant passer à un autre sujet de discussion. Elle n’avait pas spécialement envie de s’étendre sur la réaction totalement déplacée et futile qu’elle avait eue quelques minutes plus tôt. C’était tellement indigne de son éducation et tellement mal placé qu’elle s’en sentait mal. Elle ne savait manifestement pas s’il l’avait bien prit ou non mais bon, elle avait un peu honte de son attitude précédente alors qu’une part d’elle-même était satisfaite de cette intervention ... C’était bizarre pour notre belle brune en fin de compte.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Sam 12 Mar - 16:21

Certes, cela aurait été intéressant qu'elle se change devant lui, mais bon tout le monde n'était pas aussi sans gène que lui vous me direz, nul doute qu'elle aurait sorti la panel de sortilèges pour éviter qu'il puisse jeter un regard, bien qu'il ne l'aurait pas fait de toute manière. Enfin au moins on avait trouvé la solution avec l'histoire des douches, encore fallait-il qu'elle y aille pour se changer n'est-ce pas ? Non parce que là, elle n'avait pas vraiment l'air prête à partir quelque part ou même décider à se bouger. Quoi ? Il avait un bouton sur le nez ou quoi ? On se demandait bien ce qui la retenait pour l'occasion. Bon d'accord, voir un homme qu'on connaissait à peine, se mettre quasiment à poil devant soi, disons que cela pouvait laisser quelque peu sur les fesses dirons nous, mais bon de son côté, ce n'était pas comme si c'était la première fois qu'il le faisait. A croire que de l'autre côté de l'Atlantique, les moeurs étaient beaucoup plus libérées dirons nous. Cela devait être cela en tout cas.

Il haussa un sourcil, amusé par la réflexion qu'elle venait de faire. Il comprenait parfaitement l'allusion qu'elle venait de faire en passant devant lui, visiblement, elle avait apprécié le spectacle on dirait, ce n'était quand même pas le premier homme qu'elle voyait dans cette tenue n'est-ce pas ? On espérait bien, mais bon vu son aisance quelque part, avec les hommes en général et vu le milieu dans lequel elle travaillait, nul doute que non, mais bon, toujours amusant de voir qu'on faisait un peu d'effet malgré tout. Est-ce qu'il en avait rajouté quelque part ? Pas vraiment, juste qu'on avait été pris dans la conversation et qu'on s'était changé comme si de rien n'était, comme s'il y avait un paravent devant pour le cacher alors que cela n'avait pas du tout être le cas. Oh il aurait très bien pu jouer un peu les provocateurs suite à ce qu'elle venait de dire, du genre sortir une phrase comme : "Et encore, vous n'avez rien vu", mais bon, ce n'était pas comme s'ils étaient deux personnes très proches l'une de l'autre, et nul doute qu'elle se serait peut-être braquée ou choquée en entendant cela.

Laissons la donc se changer, pendant ce temps, il pensa quand même à mettre le t-shirt, assez moulant à vrai dire, épousant ses muscles. Enfin elle revenait après quelques instants, visiblement elle connaissait les tenues sportives ou en tout cas plus décontractées pour ce genre d'entraînement, et ce petit haut, disons que sa silhouette était parfaitement épousée par cela, nul doute qu'on observa tout cela d'un oeil appréciateur le temps de quelques secondes avant bien sur de revenir sur son visage. Restons malgré tout un gentleman, on n'était pas vraiment là pour mâter quand même, bien qu'étant un homme, observer une femme, dans ce genre de tenue, était toujours appréciable. La pardonner pour ce qu'elle avait dis ? Pourquoi ? Il n'y avait vraiment rien de mal. Il sourit, malicieusement, avant de prendre la parole.


"Vous les britanniques, vous êtes vraiment trop coincés. Je ne dis pas ça en mal, mais faut parfois lâcher un peu la bride à vos éducations un peu trop strictes. Et si vous vous êtes égarée, vous n'avez pas été vraiment loin je dirais."

On la taquinait bien sur, car pour lui, si elle s'était égarée, c'était sur lui, ou plutôt sur son corps qu'elle avait vu, son torse plutôt, donc on ne pouvait pas dire qu'elle était partie très loin. En tout cas, il n'était pas vraiment gêné par ce qu'elle venait de dire, bien au contraire, il prenait ça plutôt bien, en même temps, c'était assez flatteur non ? Oui cela devait être le cas. Bien elle devait quand même se sentir un peu honteuse d'avoir dis cela, mais bon, il ne fallait vraiment pas.

"Très jolie tenue en tout cas."

Sourire amusé, signe visiblement que lui aussi appréciait ce qu'il voyait. Mais redevenons sérieux, nous étions là pour nous entraîner au corps à corps, enfin au combat à mains nues, par un autre corps à corps vous me direz. Donc Il rejoint rapidement le tatami, en son centre. Bien si elle souhaitait lui montrer de quoi elle était capable, dans ce cas, il fallait la laisser faire la première, de toute façon comme on disait toujours, honneur aux Dames n'est-ce pas ? Certes, habituellement, il était toujours celui qui attaquait le premier, sauf que c'était pour tuer, on allait donc éviter pour ce coup-ci, il valait mieux n'est-ce pas. On avait toujours besoin d'une infirmière en blouse blanche (Harry Potter RPG).

"Bien, allons-y, montrez moi."

Il était prêt, détendu, sur le tatami, aucune position de défense prise pour le moment, après tout, avant d'adopter une quelconque tactique ou un quelconque art martial, il fallait déjà savoir ce que son adversaire utilisait, et pour cela, il valait toujours mieux le laisser attaquer, en se préparant à toute attaque. Il fallait juste être rapide, précis et savoir esquiver. Ensuite, on pourrait adopter une tactique, technique de défense voir de contre attaque. Laissons lui l'honneur du premier coup, du moment qu'elle évitait de frapper dans ses parties génitales, il en avait encore besoin s'il voulait avoir des enfants, un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Mer 16 Mar - 19:06

    "Vous les britanniques, vous êtes vraiment trop coincés. Je ne dis pas ça en mal, mais faut parfois lâcher un peu la bride à vos éducations un peu trop strictes. Et si vous vous êtes égarée, vous n'avez pas été vraiment loin je dirais."

    Marry leva les yeux au ciel. Plus facile à dire qu'à faire en tout cas si vous en croyez Marry. Combien de fois ne lui avait-on, pas répété qu’elle était trop coincée ?! Certainement au moins un milliard de fois. Les personnes qui lui faisaient ce reproche n’étaient d’ailleurs pas que des hommes si ous voulez savoir mais que voulez-vous, chassez le naturel, il revient au galop. En effet, le jeune homme avait totalement raison, Marriana le savait mais était tout simplement incapable de modifier son éducation profondément encrée en elle. En tout cas, on pouvait affirmer que le jeune homme ne se choquait pas rapidement et heureusement d’ailleurs. Après tout, ils ne se connaissaient pas vraiment alors, ils ne connaissaient pas leur caractère respectif. La jeune femme lui adressa un sourire en coin. Au moins, il avait apprécier la remarque. Après tout, c’était un compliment rien de plus et les compliments éaient toujours bons à prendre et surtout à entendre. Le jeune homme l’observa quelques instants.

    "Très jolie tenue en tout cas."

    “Merci. Ca ne fait pas très distingué mais au moins, c’est adapté à la circonstance. Après tout, ce n’est pas comme si nous allions diner dans un grand restaurant. Pour faire du sport, autant être au maximum à l’aise.”

    Elle répondit au sourire amusé du jeune homme par un sourire semblable. Après tout, elle ne portait rien de bien particuler pour une séance de sport. Un pantalon en toile beige et un petit haut à fines bretelles dans les mêmes tons. Il fallait cependant bien avouer que vu ses formes, cette tenue tout à fait banal dans une salle de sport la mettait en valeur tout autant qu’une robe de soirée. Le jeune homme s’avança au centre de la pièce, la jeune femme le suivit sans même s’en rendre compte. Il s’arrêta, non loin du centre de la pièce. Marriana resta un peu en retrait, se concentrant un minimum quand même. Il fallait qu’elle se concentrer pour garder son sérieux et se rapeller parfaitement les gestes qu’elle avait apprit par le passé. Souvent, la jeune femme réagissait instinctivement, lorsqu’elle se retrouvait en danger ou pour se défendre mais il était extrêmement rare qu’lle se batte pour le plaisir et en entrainement. Mais elle était contente de se retrouver en compagnie de quelqu’un qui avait appramment l’expérience. Il pouvait lui apprendre beaucoup de choses, elle en était certaine. Non, n’ayez pas l’esprit mal tourné ! Apprendre un bon nombre de chose en matière de défense et d’attaque et non pas dans le domaine auquel vous pensez bande de petits pervers Harry Potter RPG Soit Harry Potter RPG Toujours est-il que notre jeune femme, en pleine concentration entendit à peine les mots prononcé par le mjeune homme mais leur signification propre arriva quand même à arriver jusqu’à son cerveau et à obtenir une signification plus ou moins clair. Enfin, voilà ce qu’il lui dit :

    "Bien, allons-y, montrez moi."

    Le jeune homme était particulièrement détendu, sans aucun signe de futur défense en vue. Pourtant, Marriana resta quelques instants perplexe. Bien évidemment, elle savait se défendre, avait apprit de nombreuses choses susceptibles de décourager les jeunes hommes trop entreprenants à son gout ou encore à mettre une bonne raclée à ceux qui la prenait pour une faible femme mais elle n’avait jamais, au grand jamais, attaqué quelqu’un ! Marry avait toujours été d’une nature particulièrement pacifique, préférant la discussion à la bagarre. Bien sur, elle ne se laissait pas faire et se défendait comme une tigresse lorsqu’on s’en prenait à elle mais de là à initié le combat, il y avait un monde. Et franchement, elle avait un peu de mal à imaginer comment elle allait bien pouvoir s’en prendre à Richard. Marry ne savait vraiment pas quoi faire.

    “Euh, je vous avoue qu’il ne m’arrive jamais d’attaquer quelqu’un. Je répond lorsqu’on essaye de m’attaquer mais attaquer en premier ne m’est jamais arrivé. Soyez donc un minimum indulgent.”

    Marriana eut à peine finit sa phrase qu’elle modifia sa trajectoire pour venir attraper le menton du jeune homme par la droite alors qu’elle avait esquiver un rapide pas vers la gauche. Son bras passa alors devant le visage du jeune homme, sa main se refermant sur son menton tandis que sa jambe gauche venait taper dans le creux arrière du genou droit du jeune homme. Marriana trouvait cette action franchement pas mal pour une première attaque. Bien qu’inexpérimentée, elle trouvait qu’elle s’en était plutôt bien sortie. Maintenant, la répartie du jeune homme allait certainement arrivé et là, on verrait si elle était vraiment efficace comme agresseuse ce dont elle doutait plus que fortement
    .

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Jeu 17 Mar - 17:37

Il s'en doutait bien qu'elle n'avait pas pour habitude d'attaquer en fait, surtout d'après ce qu'elle lui avait dis. Elle était plus à même de se défendre, mais le but évident était de lui montrer des manières de se défendre mieux qu'un bon coup de pied dans les parties génitales d'un homme, surtout que certains pouvaient bloquer les coups s'ils étaient un tant soi peu doués, ou futés va savoir. Bien voyons voir de quoi elle était capable, de toute façon, il savait fort bien qu'il avait à faire avec une novice, il n'irait pas non plus jusqu'à la malmener de toute manière, il n'était pas là pour cela de toute façon, bien au contraire. En même temps, il pouvait lui monter les lacunes dans sa défense, lui montrer ce qu'il faudrait faire et ne pas faire à vrai dire. De toute façon, tout cela se verrait au cours de l'entrainement n'est-ce pas ?

Il la laissa faire sur le moment, il aurait très bien pu vous allez me dire, bloquer ses premiers coups, comme avec l'aikido, et la mettre à terre dès sa première tentative, mais ce n'était pas vraiment le but de l'exercice. Non, il fallait tout d'abord montrer, que même si on se faisait attaquer, et qu'à première vue on pouvait être assez malmené ce n'était pas pour autant qu'on était sans défense et que l'on se ferait avoir. Ne jamais partir trop sur de soi de toute manière, et bien qu'elle ait tenté quelque chose, bien qu'on ne sache pas exactement de quel art il s'agissait ou alors c'était une méthode de combat artisanale vous me direz, il voyait bien qu'elle essayait de lui faire mettre un genou au sol en frappant dans le creux du sien, et surtout de lui bloquer le visage. Ce n'était pas ce qu'il aurait fallu faire en premier.


"Première erreur, toujours bloquer les tentatives de votre adversaire pour éviter une contre-attaque, comme ceci."

Ses propres mains, agrippèrent le bras qu'elle avait passé devant son visage, bref celui qu'elle devait certainement garder devant pour bloquer son visage, avant de faire basculer son corps en avant. De part le fait qu'il avait déjà un genou de plier, il suffisait d'utiliser la force d'inertie et surtout laisser faire les forces de la nature en jeu, la physique proprement dit, pour les faire basculer tous les deux au sol, et dans son cas, d'utiliser cette force d'inertie suite à ce mouvement, elle, on parlait de Marriana, l'accompagnant par la suite au sol, pour qu'elle bascule sous lui, ou plutôt qu'il se retrouve sur elle, au niveau de sa taille, bloquant les tentatives avec ses jambes pour l'attraper et lui faire une quelconque prise de judo, ensuite il lui suffit d'apposer sa main contre sa gorge, sans pour autant serrer, l'autre main, en l'air serrer, comme si on était prêt à donner un coup, mais sans le faire.

"Une situation peut vite se retourner contre vous durant un affrontement. Toujours anticiper les mouvements ou les possibilités de mouvements de votre adversaire."

Il fallait rester professionnel quand même, bien qu'actuellement, se retrouvant au-dessus d'elle, il avait une jolie vue, mais il n'était pas vraiment là pour cela n'est-ce pas ? Pour ça, qu'actuellement, il jouait plus au professeur qu'autre chose. Enfin bref, il se retira d'au-dessus d'elle - dit comme ça, on pourrait se poser des questions Harry Potter RPG - avant de se redresser et de lui tendre la main pour l'aider à se relever. De toute façon cela n'avait été qu'un test de toute manière, juste pour voir, on savait fort bien que l'attaque, ce n'était pas vraiment dans ses habitudes, au contraire donc bon. Non, maintenant, il serait bon de voir comment elle se défendait n'est-ce pas ? Après si elle souhaitait vraiment combattre, ils pourraient toujours essayer de faire un combat à la loyale, et savoir qui mettra l'autre à terre et qui sera sur l'autre le premier.

"C'était juste un test, pour montrer que même en se faisant avoir, on n'est jamais sans défense. Je me doute bien que vous n'attaquez pas souvent les gens ou alors c'est l'habit qui fait pas le moine, et vous cachez votre tenue de wonderwoman là-dessous."

Léger sourire amusé, gardons une atmosphère détendue après tout, on n'était pas vraiment là pour de la compétition de toute manière bien au contraire donc bon. Mais restons un tant soi peu concentré malgré tout, on n'était pas là pour plaisanter, flirter, regarder les oiseaux - difficile dans un dojo sous terre - ou compter fleurette.

"Aller, je vais vous attaquer, vous allez me montrer de quoi vous êtes capables, prête ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Ven 25 Mar - 16:59

    La jeune demoiselle n’était pas du tout habituée à attaquer ce que le jeune homme savait pertinnement bien. Ce n'était pas dans son éducation de sang pur d'user de ses poings pour attaquer, c'était tout simplement indigne d'une sang pure. Il était bien évident plus courtois et intelligent d'user de la magie quand on voulait engager un combat. D’ailleurs, lorsque Marriana passa à l’attaque, le jeune homme n’eut vraiment aucune difficulté à la maitriser bien qu’il la laissa faire jusqu’au bout. Bon, le coup dans l’arrière du genou du jeune homme n’avait pas eu l’effet excompté, il n’était pas tomber à genou malheureusement. Comme quoi, il était difficile de faire perdre l’équilibre à une personne d’un certain poids ayant un bon appui.

    "Première erreur, toujours bloquer les tentatives de votre adversaire pour éviter une contre-attaque, comme ceci."

    C’est qu’il était particulièrement pédagogue le jeune homme ... Il lui attrapa alors le bras qu’elle avait passé devant son visage et, ayant son genou déjà légèrement fléchi, il l’entraina dans sa chute. Une fois qu’ils furent au sol, la jeune demoiselle se rendit compte que Richard était situé juste au dessus d’elle dans une position légèrement équivoque pour qui ne saurait pas qu’ils étaient en pleine séance d’exercice de défense appliquée. Bon, il fallait bien avouer que cette position ne déplaisiat pas outre mesure à la jeune demoiselle qui avait à présent une respiration saccadée, due à la chute je vous rassure de suite. Ils s’observèrent ainsi durant quelques secondes sans bouger. Le jeune homme en question lui bloquait les jambes et avait une de ses mains posée sur sa gorge halée découverte. Le contact de la main du jeune homme sur sa peau fit naitre une drôle de sensation à la jeune femme qui se fourvoya un instant, pensant uniquement à poser ses lèvres sur celles du jeune homme mais elle réussit à se reprendre et à se dominer grâce à ses nombreuses années de contrôle mental.

    "Une situation peut vite se retourner contre vous durant un affrontement. Toujours anticiper les mouvements ou les possibilités de mouvements de votre adversaire."

    “C’est le moins que l’on puisse dire en effet.”

    Elle lui adressa un petit sourire amusé tandis qu’il se retirait d’elle. Mais c’est qu’elle se détendait notre belle brune et devenait un peu moins coincée dirons nous sans pour autant être comme elle pourrait l’être avec d’autres personnes. Richard se redressa de toute sa hauteur, c’est qu’il étai grand quand on se trouvait encore au sol n’empêche !

    "C'était juste un test, pour montrer que même en se faisant avoir, on n'est jamais sans défense. Je me doute bien que vous n'attaquez pas souvent les gens ou alors c'est l'habit qui fait pas le moine, et vous cachez votre tenue de wonderwoman là-dessous."


    Elle eut un petit sourire amusé, un costume de Wonderwoman, non, quand même pas bien qu'elle ait parfaitement le physique de l'emploi à bien y regarder. Il lui tendit la main pour l’aider à se relever avec le sourire. La belle brune saisit la main du jeun homme et commença à se relever jusqu’au moment où elle lui lança un balayage dans les jambes en se laissant retomber de tout son poids vers l’arrière, entrainant le jeune homme dans sa chute. Elle roula sur le coté, espérant au pasage éviter que Richard ne tombe de tout son poid sur elle. Marry partit alors dans un immense fou rire.

    “Excusez moi, vraiment ! Mais c’était trop tentant. En effet, on n’est jamais sans défense.”

    Elle lui adressa un petit sourire malicieux avant de se redresser à son tour. L’atmosphère était bien détendue ce qui convenait parfaitement à notre belle brune. Elle avait prit quelques courts de self défense dans sa jeunesse mais avait très peu apprécier l’ambiance pesante qui règnaot dans l’espace de cours. Après tout, Marry adorait rire et tous ces sports de combats étaient bien trop sérieux pour elle. Pourtant, il fallait bien avouer que ses maigres acquis dans ce domaine l’avaient déjà sortie de pas mal d’embarras dans certaines situations. Il était quand même assez difficile d’être une jeune et jolie jeune femme célibataire de surcroit à la merci de tous les mâles en rutes (et je vous assure qu’ils sont bel et bien nombreux dans cette catégorie) et encore plus lorsqu’on était ammenée à les cotoyer quotidiennement au travail. Soit, Marriana avait apprit à vivre avec et ne s’en portait pas plus mal. Elle devait parfois en remettre l’un ou l’autre à sa place mais généralement, il suffisait d’un regard noir de la jeune demoiselle pour qu’elle ait une paix royale. Elle reporta alors son attention sur les paroles du jeune homme. Son moment d’évasion et de déconnexion n’avait duré qu’une fraction de secondes.

    "Aller, je vais vous attaquer, vous allez me montrer de quoi vous êtes capables, prête ?"

    “C’est quand vous voulez ...”

    La jeune femme prit une grande inspiration avant de reprendre une respiration normale et calme. Elle essayait de visualiser les mouvements que faisait Richard. Après tout, c’était un moyen comme un autre de parrer aux attaques et de riposter le cas échéant si elle en avait l’occasion. Marriana pouvait s’attendre à tout. D’ailleurs, elle savait pertinnement bien qu’elle avait toujours eu beaucoup de chance lorsqu’elle devait se défendre physiquement. La jeune médicomage n’était jamais tombée sur des hommes qui avait continuer à la harceler quand elle s’était rebellée mais elle était bel et bien consciente qu’un homme plus fort qu’elle pouvait surgir à tout moment et la dominer physiquement. A partir de ce moment-là, si elle n’arrivait pas à attraper sa baguette magique, elle serait tout simplement perdue et serait obligée de se soumettre ce qui n’était pas dans son caractère et qui la répugnait rien que d’y penser. Mais cete situation ne lui était jamais arrivée et elle espérait bien que ce ne serait jamais le cas. Elle ne le supporterait pas en tout cas. La jeune femme tenta alors de chasser ces pensées de son esprit afin de pouvoir pleinement se concentrer sur l’attaque à venir de Richard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Ven 25 Mar - 17:27

C'était de bonne guerre, le fait de le faire tomber à son tour, surtout que pour l'occasion, il ne s'y était pas vraiment préparé, au contraire à vrai dire. Peut-être pour cela qu'au final, il se retrouva également au sol, bien que rapidement il roula de l'autre côté - bah ouais sinon il allait encore se retrouver sur elle, ce serait mal vu, ou pas - avant de se relever souplement et rapidement. Elle n'avait pas pu s'en empêcher, mais bien sur. Il esquissa un sourire amusé, certes, ce n'était pas comme si c'était un entrainement digne des leçons avec un maître en la matière, donc avec toute la discipline que cela cachait, donc on pouvait bien se détendre par moment avec ces petits moments comme ça. De toute manière, il n'y avait pas de mal n'est-ce pas ? Bref, toujours est-il que pour le moment, on allait inverser les rôles n'est-ce pas ? A lui d'attaquer désormais.

Elle était prête ? Vraiment ? Nous verrons bien dans ce cas, en même temps, il n'allait pas y aller franc jeu pour l'occasion, ce n'était pas le but, on n'était pas là pour la briser en deux de toute manière, mais simplement pour s'entrainer, en plus si elle apprenait quelques techniques supplémentaires, cela ne serait pas un mal à vrai dire. Enfin toujours est-il que si on commençait vraiment à attaquer, chaque coup qu'il connaissait se révélait dangereux, voir fatal, bien sur on pouvait désormais se servir des cours d'autodéfense qu'il avait eu, cela servait justement à bloquer l'adversaire, pas à le tuer pour l'occasion, cela serait une bonne occasion pour voir comment elle allait se défendre n'est-ce pas ? Peut-être pour cela que c'était ce qu'il allait faire tout simplement.

Tournant autour d'elle, comme un fauve autour de sa proie, il analysait Marriana, sa façon de se tenir, ses forces, ses faiblesses, en quelque sorte, c'était une sorte d'observation pour savoir comment, on allait tout simplement agir en fin de compte. Il avait une idée pour l'occasion, d'ailleurs, il se mit en position comme s'il allait simplement donné un coup du gauche, un coup de poing bien évidemment, c'était évident dans sa posture ce qu'il allait faire, et il feinta en lançant le poing sans pour autant aller jusqu'au bout du geste, il compta sur la réaction de Marriana, dans le but de se défendre pour attraper de sa main droite le bras qui se trouvait le plus proche de lui, et de le tordre, sans forcer bien entendu, juste une légère clef de bras, la poussant à se retrouver dos à lui, contre lui même. La pression n'était pas trop forte sur le coup qu'il venait de faire, après tout, s'il y allait franco, il lui casserait le bras. Non là, on lui bloquait juste le bras dans son dos, tandis qu'on se retrouvait tout contre elle. Collé, son autre main venait de prendre position autour de son coup, comme si on voulait la laisser dans cette position, qu'elle ne puisse rien y faire.


"La plupart de vos adversaires risquent de vouloir vous mettre dans cette position, histoire de vous faire croire que vous êtes sans défense et qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent."

Et nul doute vu la proximité que si c'était un malotru qui avait tenté cela, on doutait qu'il aurait gardé ses vêtements en se collant de dos contre elle, nul doute que ses formes étaient on ne peut mieux appréciables, même le fessier, oh oui. Bien, mais on gardait le contrôle, on n'était pas là pour ça. Il venait de lui murmurer cela, quasiment à l'oreille, on dirait qu'il donnait une leçon, peut-être que c'était le cas après tout.

"Maintenant, pensez simplement que votre adversaire risque d'être plus lourd que vous, et que vous pouvez vous aider de ce poids pour le faire tomber. S'il ne veut pas que vous lui échappiez, au moment de votre renversement sur le sol, il va suivre, et il se retrouvera en-dessous de vous."

On expliquait juste ce qu'elle pouvait faire, c'est à dire, simplement basculer en avant, comme si elle se jetait pour faire une roulade, après tout, ses jambes étaient toujours opérationnelles désormais n'est-ce pas ? Elles pouvaient toujours s'en servir pour faire appui et se donner une impulsion, voir simplement s'accroupir pour le faire basculer devant elle.

"A partir de là, vous pouvez maitriser votre adversaire au sol, à condition de savoir ce que vous faites. Allez-y ! Et s'il vous plait, évitez de frapper entre les jambes, j'y tiens."

Il eut un sourire amusé, bien qu'elle ne le voyait pas, quand il murmura cela à son oreille, dommage qu'on ne reste pas dans cette position, ses yeux avaient une vue imprenable sur disons des formes généreuses en contrebas, il était trop gentleman franchement ou trop professionnel va savoir, ou encore trop fidèle, mais à qui, bonne question. Quoiqu'en fait, il n'était pas marié, pas de fiancée, et pas vraiment de petite-amie - c'était compliqué - donc bon, on pouvait se permettre d'observer le charme féminin dans sa splendeur naturelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   Dim 3 Avr - 17:18

    La belle brune se trouvait à présent au centre de la pièce. Bien que peu habituée à attaquer, elle s’était plutôt bien débrouillée en fin de compte. Enfin, c’était ce qu’elle en pensait personnellement en tout cas. Bien entendu, la belle brune était pleinement consciente que le beau jeune homme aurait pu faire tout ce qu’il voulait d’elle s’il l’avait vraiment décidé mais il semblait relativement bien élevé ... Enfin mieux élevé que ce qu’il lui avait semblé au premier abord en tout cas ! Soit, ils s’étaient de nouveau retrouvé tous les deux au sol suite au petit croche pieds de notre belle brune. Richard avait eut le même réflexe qu’elle, celui de rouler sur le coté pour éviter de lui tomber dessus ... Bon réflexe quoi que ... Ca n’aurait pas été mal qu’il lui tombe de nouveau dessus, comme tout à l’heure. Marry chassa cette pensée de son esprit aussi rapidement qu’elle le pû. Après tout, ils étaient là pou s’entrainer et pas pour autre chose. A la base du moins. La jeune femme se trouvait à présent au centre de la pièce, le jeune homme rodant tel un fauve autour d’elle. La belle brune avait les poils le long de ses bras qui s’hérissaient pour elle ne savait quelle raison particulière. Marry ferma les yeux pour mieux se concentrer et tenter de déterminer les faits et gestes du jeune homme. Elle avait un petit sourire en coin ... Cette petite séance d’exercices lui plaisait particulièrement et puis, son professeur n’était vraiment pas mal ce qui ne faisait qu’accroitre son propre petit plaisir personnel. La jeune femme ouvrit alors les yeux et vit le jeune homme mit en position d’attaque. Il lança son poing vers elle et la jeune demoiselle eut un mouvement de recul, histoire d’éviter un coup direct. Le jeune homme en profita alors pour attraper son autre bras et le tordre vers l’arrière sans lui faire mal. La belle brune se retrouva collée tout contre lui, sentant la moindre particule de son corps réagir à ce contact rapproché. Le jeune homme plaça alors son autre main sur le cou de la jeune femme qui en eut des frissons. Il lui adressa alors quelques mots à l’oreille, ramenant notre belle brune à la réalité du moment.

    "La plupart de vos adversaires risquent de vouloir vous mettre dans cette position, histoire de vous faire croire que vous êtes sans défense et qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent."

    “Ce qui n’est absolument pas le cas je suppose.”

    Elle eut un petit sourire ironique sus ses lèvres. Elle sentait que le jeune homme était par trop bien élevé pour tenter quoique ce soit envers elle même si notre belle médicomage savait que son physique ne laissait pratiquement jamais les hommes indifférents. Marriana se prit même a penser qu’elle n’aurait pas détesté que le jeune homme prenne quelques initiatives plus ... privées dirons-nous mais elle se voyait vraiment mal lui faire part de ses envies du moment, surtout qu’ils se connaissaient à peine au final. Le beau brun la ramena alors à la réalité en continuant à lui murmurer quelques mots dans le creux de l’oreille. Bien sur, cela n’avait rien de mots d’amour ou d’envie d’un autre ordre ce qui n’était pas le cas vu la situation dans laquelle ils se trouvaient, c’est à dire un cours ... Bien qu’ils soient on ne peut plus seules dans la salle ...

    "Maintenant, pensez simplement que votre adversaire risque d'être plus lourd que vous, et que vous pouvez vous aider de ce poids pour le faire tomber. S'il ne veut pas que vous lui échappiez, au moment de votre renversement sur le sol, il va suivre, et il se retrouvera en-dessous de vous."

    "A partir de là, vous pouvez maitriser votre adversaire au sol, à condition de savoir ce que vous faites. Allez-y ! Et s'il vous plait, évitez de frapper entre les jambes, j'y tiens."

    La jeune femme prit un air solennel sans être certaine qu’il puisse le voir.

    “Je vous le promet ! Je n’abimerai pas vos bijoux de famille ...”

    Intéressant comme conseil ... La jeune demoiselle se rnedit alors compte que ses jambes n’étaient aucunement entravée, le jeune homme ne pouvant se permettre que de s’occuper de ses bras. Bon, ce n’était pas qu’elle ne se plaisait pas dans ses bras mais ça parraitrait plutôt louche qu’elle y reste trop longtemps. Donnant une légère impulsion de son pied et se penchant vers l’avant, elle entraina le jeune homme avec elle au sol, se retrouvant au dessus de lui dans une position ... Assez équivoque dirons nous. Pourtant, Marriana garda son sang froid et son sérieux (avec assez bien de difficultés dirons nous. Ben quoi ?! On ne peut quand même pas rester totalement indifférente à un homme comme celui-là !). La jeune femme lui bloqua alors les deux bras au sol sans savoir que faire des jambes du jeune homme. Le problème était qu’il pourrait toujours s’en servir pour la renverser et reprendre le dessus d’une quelconque façon mais la belle brune ne voyait pas vraiment comment faire pour lui bloquer les jambes tandis qu’elle le maintenait au sol. Bon, la position dans laquelle elle était aurait pu sembler bien bizarre à quiconque serait entré à l’improviste dans la salle. Une jeune femme plutôt bien foutue physiquement allongé de pratiquement tout son long sur un jeune homme tout aussi séduisant ... Voilà de quoi s’imaginer certaines choses pas très catholiques dirons nous. D’autant plus que pour maintenir les poignets du jeune propriétaire des lieux au sol, Marriana avait été obligée de se pencher, ses lèves n’étant plus qu’à quelques centimètres de celle du jeune homme. Si elle n’avait pas été aussi bien élevée et aussi timide, notre belle brune l’aurait très certainement embrassé sur un coup de tête. Ce n’était franchement pas l’envie qui lui manquait mais elle était bien élevée, ils se connaissaient à peine et, ne sachant pas s’il avait quelqu’un dans sa vie, Marry préférait largement s’abstenir plutôt que de se prendre un rateau ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retrouvaille improvisée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvaille improvisée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ϞϞ RPG : Le Monde Magique de Harry Potter ϞϞ :: ϞϞ Le Chemin de Traverse ϞϞ-
Sauter vers: