Deux mondes qui se rencontrent (pv)
    Cher visiteur,

    Tu viens de pénétrer dans une zone de quarantaine!! Tout le monde peut entrer, mais sortir d'ici est impossible. Ainsi, tu n'as plus d'autre choix que de t'inscrire mais attention !! Les membres de ce forum sont fou, psychopathe et complètement atteint de la cervelle, fan de ship, bizarre... Le staff de ce forum aime le sang, les morts et le sadisme... Cher visiteur, si tu es un minimum drôle et déluré, alors les personnes composant Deathly Hallows sont tes amis!!

    De toute façon tu n'as plus le choix, tu es contaminé, tu es perdu... Tu vas bientôt devenir toi aussi un ADC (Atteint De la Cervelle) et ça ne se guérit pas alors n'attend plus, et inscris-toi."


    On est pas obligé d'être fan d'Harry Potter pour s'inscrire sur ce forum. :-) Laissez nous notre chance, vous verrez qu'on est pas méchant. ̿ ̿̿'̿'̵͇̿̿з=(•̪●)=ε/̵͇̿̿/'̿'̿̿̿ ̿ ̿ ̿



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Deux mondes qui se rencontrent (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Deux mondes qui se rencontrent (pv)   Dim 23 Jan - 15:42


••• Deux mondes qui se rencontrent.






Muzicons.com

La pluie, un phénomène atmosphérique qui n'était pas rare en Angleterre. Ce n'était pas le pays dans lequel on passe la moitié de l'année sous le soleil... J'avais l'habitude désormais avec ce temps pas très joyeux de la région... Cela m’allait bien comme ça, je me souvenais de mes songeries d'enfant... [i]* Maman... Maman...*[i] Je secouai la tête, m'efforçant à oublier ça. S'il y avait bien quelque chose qui m'harcelai plus que les aurors c'était bien mes souvenirs... Il était deux heures du matin, je fixais la pluie tomber contre la vitre, j'étais attablé dans le coin du bar depuis près d'une petite heure déjà. J'étais sourd vis à vis des bruits d'ivrogne dans la pièce, ne pouvaient-ils pas faire comme moi et se bourrer la gueule en silence? Je soupirai en silence, moi, le digne ivrogne de son père... [i]*Papa? Pourquoi tu tremble? Qu'est-ce qui t'arrives?*[i] Je fixais mes mains qui avaient cessées de trembler jusqu'à ce que j'incorpore mon premier verre de la soirée dans mon estomac, il avait bien fait de ne pas me dire la vérité, je l'avais découvert par moi même. J'avais beau essayer de dissimuler ma maladie, ce n'était pas aussi évident que l'on voulait bien le croire. [i]*Maman, pourquoi il a mal papa?*[i] Je sentais une main posé sur mon épaule, je levai mes yeux bleus et je voyais le serveur m'annoncer que le pub allait bientôt fermer, et que je devais quitter l'endroit. Je le regardais s'éloigner vers un autre client qui se mit à râler mécontent d'être mis dehors. Je me levai après avoir vidé mon verre, j'enfilai ma veste en cuir et je me dirigeai vers la sortie, je passais prés d'une table ou dormait un vieillard, je dérobai au passage la bouteille encore fermée sur la table discrètement... Je poussais la porte alors qu'une baston éclatait, ce n'était pas mon genre de prendre part des violences d'ivrognes. Je levais la tête vers le ciel, je sentais la pluie sur mon visage, je fermai les yeux à nouveau. [i]*Papa... Tu transpires beaucoup... Tu vas mourir?*[i] Je tenais la bouteille au goulot, je soupirai à nouveau en entendant une vitre se briser à l'intérieur du bar. Le genre humain était vraiment pathétique parfois, je me sentais pas au dessus d'eux, enfaite, j'devais parfois être bien pire... A quoi ressemble le monde depuis l’ailleurs… J’en rêvais… Une éternité ne sera pas du luxe pour oublier beaucoup de problème… Mais je n’avais pas l’éternité devant moi, et c’est en passant devant un clochard que je laissais finalement tomber ma bouteille volé dans ses mains, il me remercia à millions de fois, et je lui lançai un regard meurtrier et je le vis déguerpir… Moi ? Faire un geste de solidarité il ne fallait pas rêver non… Je n’expliquai jamais ce que je faisais, on me prendrait pour un fou… Peut-être l’étais-je… Je soupirai lassé, et je vis le jour se lever, timidement mais surement à travers cette pluie épaisse… Je ne savais plus vraiment où j’allais, nulle part surement, c’était je crois, ma destination favorite.

J’aperçus une ombre sous la pluie, je n’étais pas du genre à prendre la fuite dés que quelque chose apparaissait devant mes yeux, j’avais peut-être été à serpentard, mais pas pour ma lâcheté… Bien, que je me trouver lâche face à mes sentiments… Un vrai lâche c’était sûr, fuir toujours fuir le fais de mourir de l’intérieur… Et c’était justement ce dégoût d’exister qui avait fait, que je ne fuyais jamais face au danger et que je foncé tête baissée, et parfois oubliant que je pouvais disparaitre à jamais… Je m’approchais de cette ombre et j’aperçus, que c’était une femme, trempée, ivre ou pas ivre je ne saurais le dire, en fais, je n’étais plu stress frais non plus, mais j’avais déjà commencé à dégriser. Elle avait de longs cheveux blonds, et wha !, bien foutue… Non… Non. Je m’efforçais à ne pas avoir de penser impur, ce n’était pas parce que j’étais un peu bourré qu’il fallait tromper Katherine, d’ailleurs, jamais il fallait la tromper. Du moins, j’allais vraiment essayer… Voila seulement que je me rendais compte que je n’avais plus ma veste en cuir… Où est-ce que je l’avais mise ? On me l’avait volé ? Je ne m’en étais même pas rendu compte, ma chemise blanche était gorgé d’eau, et la rendais légèrement transparente, et cela fut gênant pour moi, pour mon avant bras gauche ou l’on distinguer sur ma peau une marque floue : la marque maudite. Je vis une baguette se pointer vers moi, quoi ? On m’attaque ? Je sortais la mienne avec rapidité, pas sur de pouvoir viser dans mon état mais tant pis… Je lançai d’une voix calme

-Qui es-tu ? Qu’est ce que tu veux ?

Je me sentais basculer sur la droite, j’avais passé tout ce temps à marcher, et j’avais perdu la notion de l’équilibre, je me rattrapai contre le mur d’une maison de tout évidence, je me mis à rire faiblement, je me rendais compte à cet instant que j’étais trempé jusqu’au os et que j’avais vraiment froid… Je me calmais alors, et je reprenais mes facultées rapidement, ce n'était pas vraiment le moment de s'amuser...
Revenir en haut Aller en bas
Lyrrha Nipheleim
◊ Sorcier de Premier Cycle ◊
avatar

☞ Dispo pour rp : Nop

Féminin Messages : 638
Date d'inscription : 17/01/2011
Gallions : -219274

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Quels sont vos autres comptes ?

MessageSujet: Re: Deux mondes qui se rencontrent (pv)   Lun 24 Jan - 10:55

Rowann & Lyrrha

<<Deux mondes qui ses rencontrent >>



    La belle faisait les cent pas dans la demeure des Nipheleim, elle marchait de pièces en pièces ne trouvant pas le sommeil alors qu’il était tard, très tard. Elle sifflotait joyeusement tout en réfléchissant et puis soudain son sifflement s’arrêta et elle se dirigea rapidement vers le couloir où se trouvait le porte-manteau sur lequel elle posait toujours sa veste, avait-elle trouvé ce qu’elle allait faire ? Pour dire vrai non, mais elle avait simplement décidé de ne pas rester cloîtré ici, elle voulait sortir. Sa maison ne se trouvait pas loin du « Chaudron Baveur » simplement à quelques minutes de marche, elle aurait très bien pu transplaner mais non, elle préférait marcher. Lyrrha adorait la nuit, elle aimait la fraîcheur de celle-ci et surtout elle adorait regarder les étoiles, quand elle était petite son père lui avait appris à les reconnaître... Notre jolie blonde marchait donc vers le chaudron baveur et inutile de dire qu’a plus d’une heure du matin il n’y avait pas un chat dans les rues. Sa veste ouverte laissait entrevoir une tunique noire simple et des collants, le vent frais de la nuit faisait voler légèrement ses cheveux, soudain elle sentit une goutte d’eau puis deux.. Il pleuvait. Elle referma sa veste rapidement rabattant la capuche sur ses cheveux et elle accéléra le pas.

    Après quelques minutes elle se retrouva devant le chaudron baveur, elle y entra . A l’intérieur très peu de sorcier, Lyrrha salua l’un d’eux qu’elle connaissait puis elle se dirigea vers le mur qui menait au Chemin de traverse elle n’allait tout de même pas rester au bar à cette heure, elle n’était pas de ce genre là, non elle voulait se balader voilà tout et qui sait elle trouvera peut être quelque chose d’intéressant là-bas. .. Elle glissa ses mains sur le mur en quelques secondes le mur avait fait place à un passage où elle s’engagea… Il pleuvait aussi ici ^^ mais elle ne prit pas la peine de remettre sa capuche qu’elle avait enlevé en entrant au chaudron baveur, tant pis pour ses cheveux. Elle leva les yeux au ciel, observant un instant tout ses petits points lumineux dans le ciel noir, elle se mit à sourire, certainement que regarder le ciel venait de lui rappeler un souvenir d’elle et son père. Puis après avoir contemplé le ciel quelques minutes elle fut interpelée par le bruit d’un vitre fracassé, elle sortit sa baguette et se dirigea vers la source du bruit mais en chemin elle croisa un homme, elle s’arrêta encore loin de lui, toujours sa baguette en main d’ailleurs celui-ci dû prendre la belle comme une menace car il brandit la sienne mais alors qu’il lui demandait qui elle était et ce qu’elle voulait il faillit tomber…Aucun doute cette homme n’était pas sobre. Il n’avait pas l’air vraiment dangereux et tout le monde sait que Lyrrha aide toujours les gens qui on besoin d’aide et cet homme avait l’air d’avoir quelques difficultés à se tenir debout, la belle s’avançait donc doucement sur ses gardes tout en s’approchant elle s’adressa à lui avec un léger sourire :

    -« Ivre comme vous êtes je ne crois pas que vous soyez en position de me faire le moindre mal avec votre baguette alors si j’étais vous je me montrerais plus courtois…»


    Soudain la belle s’arrêta net alors qu’elle se trouvait assez prêt pour mieux le distinguer, il était trempé mais ça ce n’était pas étonnant, mais du coup ça rendait sa chemise transparente…Et là elle l’observa et s’arrêta sur son bras, a travers sa chemise mouillé elle pouvait distinguer un forme noire sur son avant bras la première chose à laquelle Lyrrha pensa ce fut à la marque des ténèbres, elle se recula d’un pas très rapidement pointant sa baguette vers lui :

    - «Mangemort ...»

    Dommage pour lui qu'il pleuve...Lyrrha n'aimait pas les mangemorts, elle les haïssait plus que tout car ils lui avaient volé son frère, l'être si gentil qu'elle avait connu étant enfant n'était plus à présent qu'un monstre comme tout les mangemorts. Lyrrha montrait une expression pas très commode, adieu son sourire elle n'avait plus vraiment envie de l'aider du coup, ce mangemort allait-il passer un sale quart d'heure ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7145-lyrrha-nipheleim-100#42 http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7304-rps-of-lyrrha#43993 http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7450-lyrrha-nipheleim-feat-scarlett-johansson#46232
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Deux mondes qui se rencontrent (pv)   Lun 24 Jan - 17:26

Je ne comprenais pas vraiment ce qu’elle avait voulu me dire, quand elle c’était rapproché, je me rendais compte qu’elle était vraiment très sexy cette jeune femme là, il semblait qu’elle voulait m’aider, je me demander d’où elle tenait que j’avais besoin d’aide ? En plus, elle me demandé d’être courtois, j’avais envie de rire, mais je préférai attendre la suite des évènement… Puis soudain j’entendis sa voix ce briser et murmurer mon statut de mangemort… Je la vis reculer et je ne faisais rien. Je n’avais enfaite, rien à dire. Quoi ? Elle avait l’intention de tuer un pauvre type complètement saoul ? Si c’était son genre, c’était tant mieux pour elle, très belle occasion. Souvent les gens avaient l’occasion de me tuer, et jamais je n’avais trouvé la mort, probablement ne serai-je plus en vie, si je n’avais pas eut cette capacités à me sortir de tous les problèmes et en particulier de mesurer les capacités de tuer de chacun de mes adversaires… Mais, un peu comme à chaque fois, il y avait toujours un pourcentage de risque à ne pas négliger, ce n’était pas mon genre d’être imprudent, cela m’était arrivé depuis peu. Alors, je réfléchissais à nouveau, à ce qu’elle venait de me dire, qui n’était pas faux et à ne pas négliger en particulier…. Je n’avais aucune chance, ma vision était troublés, je ne serai même pas capable de transplanai sans risquer d’éparpiller les morceaux de mon corps un peu partout, et je ne tenais même plus sur mes jambes, souvent je me sortais d’affaires, même en état d’infériorité. Je ne connaissais absolument pas cette jeune femme, apparemment en colère contre les mangemorts, si elle croyait être la seule en colère… Enfin bon… J’exécuté ses ordres, et je rangeai ma baguette dans la poche droit de mon jeans, ma chemise m’étouffé, alors je me risquer à l’entrouvrir légèrement, pas de trop qu’elle ne prenne pas cela pour une avance… D’une voix calme je lui disais avec ironie.

-Encore nos héros… J’ai l’impression qu’ils poussent de partout… Vous allez sauver le monde des forces du mal et vous serez couvert de gloire ! Quel destin incroyable, c’est dingue… Qu’est ce qu’on peut rêver de mieux ? Jouer les gentils, c’est tellement bon pour son estime de soi, flatter soi même ses égaux en se susurrant : je suis un héro. Cela doit être absolument merveilleux…

Je me mis à rire faiblement, je n’étais vraiment pas en posture de supériorité et la règle de la nature humaine nous dit : Quand tu es en phase d’infériorité ; écrase. Mais moi, je ne suivais pas vraiment ses règles, ses réactions et comportement humain dit de reflex, non, moi j’avais ce petit grain de folie qui me poussait constamment à reculer les limites de l’impossible, j’étais parmi ceux, dont la vie n’avait pas de sens particulier : pourquoi une vie vaudrait plus qu’une autre ? Je n’avais jamais, abattu lâchement quelqu’un, je lui avais toujours donné sa chance, et ce n’étais pas de ma faute tout de même, si j’étais le plus fort ? Lorsque sa vie est en danger, les animaux ont l’instinct de survis, et moi j’avais cet instinct, au point que parfois je me croyais le tout puissant, immortel. Mais au fond de moi, je savais que bientôt, j’allais finir comme mes parents… *Ils sont… Mort… Je suis désolé Rowann… Nous n’avions pas voulus ça…* Voice les doux mots d’un auror, celui qui avait tuer mes parents, le premier auror auxquels j’ai casser le nez âpres ces mots avec lequel il croyait réparer ma douleur, on voulait me faire suivre, pour voir si je ne tournai pas mauvais garçon, et quand il ont vu ma vocation de guérisseur, ils ont décrété que j’étais un bon petit gars et qui avait compris que si je faisait le mal je finirai comme mes parents. Je l’avais compris, mais c’était ce que j’avais toujours voulu, je n’avais qu’onze ans, et je voulais rejoindre mes parents, et ça je le pensais toujours, jusqu'à ce que ma vie rencontra : elle.

Il était clair que je les détester ceux qui se proclamai des héros, tout ça pourquoi ? Pour avoir sauver une paire de moldu ? Pour avoir tué deux mangemorts et par la même occasion détruit la vie de leurs fils unique ? Ils avaient fier allures, je les détestai, je les haïssais, je voulais qu’ils meurent tous ! Tous ses gens heureux ! Ils allaient le payer ! *-Un jour, mon fils… Tu sera comme nous, et tu continueras à servir le maitre… -Oui papa…* Ils avaient tellement voulu que je devienne qui je suis aujourd’hui, je n’aurai jamais voulu les décevoir, est ce que j’n’étais encore qu’un enfant au fond ? *Papa… J’ai peur de tuer un jour… -Tu le devras mon fils, c’est ton destin… -Ça fait quoi de tuer ? –Au début, ça fais peur, mais à force… Tu ne ressentiras plus rien… Ni chaud… Ni froid… -Je le ferai. Et il avait raison… J’avais tellement peur, la première fois que j’ai ôté la vie d’un homme, j’ai tremblé, et je me sentais affreusement mal… Mais maintenant, cela me faisait… Ni chaud… Ni froid… Mon père, il avait été mon idole, heureux, marié, un enfant, une fierté, la force, le courage… Pourquoi je n’avais pas ton bonheur ? J’avais tout fais comme lui, mais je n’arrivai pas être heureux, et j’étais pourtant bien plus fort, bien plus courageux même parfois c’était de la folie, mais le bonheur ça, il n’est jamais venu…

Je perdais à nouveau l’équilibre, ma vision c’était complètement troublée, et je reprenais mes esprits en pleine chute, je songeai seulement à protéger ma tête de mes bras et je tombais… Il fallait que je dégrise, j’n’avais pas le temps pour ça, j’la détestai déjà… Cette inconnue. Je n’y pouvais rien en fait, je la haïssait sans même la connaitre, c’était simple et clair dans mon esprit, ces gens là,., m’ont toujours voulu du mal, et j’allais pas ma laisser faire même si de tout évidence, pour le moment j’étais en état assez critique, ivrogne à 19 ans, ma vie n’allait pas être bien longue…
Revenir en haut Aller en bas
Lyrrha Nipheleim
◊ Sorcier de Premier Cycle ◊
avatar

☞ Dispo pour rp : Nop

Féminin Messages : 638
Date d'inscription : 17/01/2011
Gallions : -219274

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Quels sont vos autres comptes ?

MessageSujet: Re: Deux mondes qui se rencontrent (pv)   Mar 25 Jan - 15:27

    Lorsqu'elle avait vu la marque sur le bras de l'inconnu, Lyrrha avait ressentit un profond sentiment de haine et de dégoût mais en faite elle n'arrivait pas réellement à le considérer comme un danger bien qu'il le soit certainement. A vrai dire la belle ressentait un sentiment plutôt comparable à de la pitié qu'a de la haine. Elle n'avait jamais pu voir un mangemort si mal en point, à la base les mangemorts l'attaquaient même avant qu'elle ne leur adresse le moindre mot. Lyrrha n'aimait pas tuer, même des mangemorts, elle aimait se battre mais pas ôter la vie, elle adorait la provocation, le défis, lorsqu'elle tuait un mangemort elle ne ressentait pas vraiment le sentiment d'avoir fait quelque chose d'honorable digne d'un héro, en faite elle préférait voir ses vermines croupir dans une cellule que mort, la mort c'est bien trop facile. Lorsqu'il s'adressa à elle lui deballant son barratin sur les personnes de bien elle ne pu s'empêcher de sourire en coin. Lyrrha voulait juste rendre le monde un peu plus sûre et aussi assouvir sa vengeance personnelle en combattant des mangemorts, il n'y a riend e mal à ça non ? Elle n'attendait pas récompenses, aucun gloire...De plus elle était persuadé que même si les forces du mal cessaient d'exister elle sentirait toujours ce vide en elle. Un vide qui était dû à la perte de ses parents et aussi de son frère...

    La belle blonde se rapelle de l'instant où elle a commencé à hair les mangemorts comme si c'était hier. Elle venait d'avoir son examen de fin d'année à Poudlard et la belle rentrait tranquillement dans la demeure familiale pour annoncer à ses parents son projet de devenir aurore tout comme eux, mais tout ne se passa pas comme elle l'escomptait. En arrivant chez elle, ce fut deux cadavres inertes sur le tapis du salon qu'elle trouva à la place de ses parents, il n'y a aucun mot qui pourrait décrire la douleur qu'a cette instant elle ressentit, comme si tout s'écroulait et encore elle n'avait pas connaissance du pire: le meurtrier c'était son frère, la personne en qui elle avait le plus confiance quand elle était jeune, a qui elle disait tout...Il les avait tuer pour prouver qu'il était capable de tout pour le seigneur des ténèbres. Aprés ça la gentille fille fit place à une femme remplit de haine et n'ayant pour projet que de ce venger de son frère qui d'ailleurs à présent pour elle ne représentait que l'ennemi. Les années passèrent et la douleur dans son coeur s'apaisa, mais jamais elle ne disparu réellement, encore maintenant la belle est hanté par de terribles cauchemars. Souffrir autant laisse des séquelles, la souffrance à fait de Lyrrha quelqu'un de prudent qui n'accorde plus sa confiance à n'importe qui, quelqu'un qui se cache derrière une carapace, qui evite de laisser quelqu'un s'introduire trop dans sa vie( sauf quelques personnes bien sur mais c'est très selectif). Les souffrances, la douleur, les pertes, sont censées rendre plus fort, pour Lyrrha ça l'avait aussi considérablement affaiblit et sans ses amis elle ne serait certainement plus là.

    Tout ses souvenirs enfouis reffirent surface quelques minutes, Lyrrha serrait les poing alors que des tas d'images ce bousculaient dans sa tête. Elle passe une main sur sa nuque et chassa tous ses souvenirs, lorsqu'elle y parvint, elle reprit son calme et fixa de nouveau le mangemort qui venait de s'effondrer à terre. Elle adressa alors quelques mots à l'inconnu :

    - Des héros ? Ca fait bien longtemps que j'ai accepté le fait qu'on ne vivait pas dans le monde des bisounours alors tes histoires de héros tu peux te les garder. Je ne me bat pas pour la gloire, je ne me bats pas pour mon plaisir personnel, je me bats pour que personne ne souffre quand j'ai eu à souffrir à cause de gens comme toi, celà ne fait pas moi quelqu'un de gentil, ni une héroine !

    Celà faisait bien longtemps que Lyrrha avait abandonné l'idée de se battre pour elle, elle savait que rien ne changerait pour elle, la solitude et la souffrance font parti de son quotidien. Le jeune homme n'avait pas bougé durant ses paroles et elle n'allait pas l'aider ça allait trop à l'encontre de ses principes pour l'instant, et même si une petite voix lui disait de le relever, de ne pas le juger sans le connaître, une autre bien plus forte l'obligait à rester là, à la regarder se battre pour se relever avec un sourire en coin, cruel non ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7145-lyrrha-nipheleim-100#42 http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7304-rps-of-lyrrha#43993 http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7450-lyrrha-nipheleim-feat-scarlett-johansson#46232
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Deux mondes qui se rencontrent (pv)   Mar 25 Jan - 18:21

Elle était marante cette petite là… Très marante, si j’avais eus la force de rire, probablement je l’aurai fait. Je tentais de me relever, et quand j’aperçus dans le coin de mon œil son sourire en coin, c’était un plaisir fou de me voir galérer… Je fini par réussir à tenir sur mes jambes, l’équilibre ce n’était pas trop mon truc, j’avais la folle impression que le sol défilait sous mes pieds, je sentis une légère douleur à l’estomac et ce fut tout mon diner qui ressortit, je me penchais en avant, au dessus de ce qui avait l’air d’un trottoir… *Ah non… C’est un sac en plastique en décomposition…* quand j’eus fini de vomir toute mes trippes, je me sentais tout à coup, vraiment mal, et vide… Pourtant j’étais plein d’alcool, je devais être à un peu plus d’un gramme dans le sang. C’était lamentable c’était clair… Je n’avais pas pour habitude de me donner en spectacle, mais la solitude m’avais empêché de rentrer chez moi, au milieu de nulle part, trop seul, qu’est-ce qu’il m’arrivait ? Avant j’adorai cette maison… Je marchais un peu, de direction de la jeune femme, j’étais complètement désarmé, et je doutais qu’elle ait la cruauté de me tuer, car même si je ne la connaissais pas vraiment, j’avais vu en elle, ce qu’on appelle la bonté humaine. Une fille, aidante… Je tombé sur elle, mais j’entourai mes bras autour d’elle, puis je posai ma tête sur son épaule, je murmurai à son oreille :

-Tu as dus vraiment souffrir pour en être arrivé là… On n’arrive jamais là par hasard… Les gens comme moi, sont vraiment… Des monstres… Et les gens comme toi ? C’est eux qu’on fait les montres… Tu sais… Tu es très belle c’est dommage…

Je me reculer alors, manquant de tomber la tête la première, je transpirai follement, pourtant la pluie était glaciale sur ma peau… Je l’avais complimenté ? Ce n’était pas mon genre envers les gens de son genre, c’était l’ivresse probablement. *Papa… Ferme la fenêtre il neige dans la maison… - Tais toi un peu Rowann… J’ai chaud…*[/b] Je fermais mes yeux bleus quelque instants, pourquoi t’as fait ça, pourquoi il fallait que mon père, me montre avant que je la connaisse la douleur d’être un alcoolique… Mais il n’étais pas à plaindre, pourquoi étaient-ils morts ? Moi j’les avais perdus, j’étais seul… Pourquoi m’avaient-ils laissé ? J’aurai du mourir avec eux… [i]*Rowann… Un jour, tout aussi tu auras cette marque… - Est-ce que ça fais mal ? –Non… Ne t’inquiètes pas…* Il m’avait menti. Je n’avais jamais ressentis une telle douleur dans ma vie, cette marque, ma peau c’était mise à brulé, et je résister, je n’avais pas hurlé comme la plupart, j’avais tenu bon, et après j’avais dormi trois jours évidement avec de la fièvre, mais qu’est-ce que j’avais souffert… Mais ce n’était plus rien à présent… Elle avait le regard vif, une lueur de vengeance, mais j’avais bien vu qu’elle avait l’air d’une fille ‘gentille’, oui parce que moi, la gentillesse, ce n’était pas mon fort, et que j’essayer de m’efforcer à montrer de la gentillesse, c’était un peu le carnage… Je baissais la tête, puis je lui disais d’un ton calme…

-Je pense que… Je suis complètement bourré…

C’était la chose la plus sensé, la plus réaliste que j’avais dit de toute la soirée. J’étais vraiment bien bourré, il avait tout de même un moment, malgré ma continuelle consommation excessive en alcool, cela faisait un bail que je ne m’étais pas prit une telle cuite, au point d’en vomir en particulier. Je regardais à nouveau la jeune femme, décidément, je la trouvais bien patiente avec moi, à sa place j’aurai tué ce pauvre ivrogne, ou j’aurai transplanai, et peut-être qu’avec un peu de chance il crèverait dans un caniveau, ça aurait été mon plan… Surtout que je m’étais montrer asse z grossier en faisant des allusions à sa plastique de rêve, je dois avouer que le naturel revenait rapidement, et même si au fond de moi, je m’étais jurer de na jamais faire de mal à Katherine, ce n’était pas aussi évident que cela le paraissait. Mais je pouvais encore lutter, à la tentation. Ce n’était pas parce que j’avais déboutonné ma chemise, et faire entrevoir mes abdominaux à cette jeune femme que j’allais flancher, surtout avec une fille qui était la cause de tout mes soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Lyrrha Nipheleim
◊ Sorcier de Premier Cycle ◊
avatar

☞ Dispo pour rp : Nop

Féminin Messages : 638
Date d'inscription : 17/01/2011
Gallions : -219274

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Quels sont vos autres comptes ?

MessageSujet: Re: Deux mondes qui se rencontrent (pv)   Mer 26 Jan - 15:31

    Miracle, il avait réussit à se relever, Lyrrha souriait, elle l’applaudit lorsqu’il se retrouva de nouveau sur ses deux jambes, bah oui écoutez elle trouvait ça drôle en faite. C’était amusant pour elle mais moins pour lui c’est sûre. Il semblait déterminé à vouloir rester debout alors qu’en fait s’il restait assis par terre ça lui éviterait de tomber non ? En faite la jeune auror se demandait bien pourquoi elle restait là à observer ce qui est certainement le plus pitoyable mangemort qu’elle ait connu de toute son existence, en faite quelque chose lui disait de rester . Mais elle allait vite déchanter, une fois debout il avait l’air encore plus pâle qu’avant et elle eut tout juste le temps de le voir se tenir le ventre qu’il vomit tout son dîner, la belle se recula d’un pas, histoire de ne pas recevoir un morceau perdu (beurk). Elle ne put s’empêcher de sortir un truc du genre : « Charmant… ». Puis après avoir complètement déballé tout son repas sur un coin de la rue (bonjour celui qui va marcher dessus sans faire exprès) il sembla avancer vers elle, Lyrrha elle, elle n’avait pas forcément envie qu’il avance vers elle, elle voulu faire un pas en arrière mais le lampadaire l’empêchait de le faire et du coup vu que le mangemort ne tenait pas debout ce qui devait arriver arriva : l’ivrogne tomba sur la belle.
    Elle aurait pu le tuer juste pour ça, là elle était vraiment mais vraiment en rogne, il se jette sur elle comme ça ? Sérieusement c’est une blague ? En plus il s’agrippait à elle. Elle serra les poings tentant de garder son calme alors que lui il s’amusait à lui murmurer encore des trucs débiles à son oreille. Lyrrha est patiente et très très tolérante mais là faut pas pousser le bouchon, elle s’apprêtait à le faire voler mais le jeune homme se détacha d’elle. Ouf ! Elle lui jeta un regard noir, les poings toujours serrés : « Il y a franchement un truc qui cloche chez toi, approche toi encore une fois de moi et je t’assure que je te le ferais amèrement regretter… tu m’as compris ? ».

    Là en plus de la haine et de la colère elle avait des envies de meurtre. Elle l’observa avec son regard noir encore quelques seconde puis elle soupira, elle était désespéré en faite et le meilleur ce fut la phrase qu’il dit ensuite : « Je pense que… Je suis complètement bourré… ». Là contrairement à ce qu’on pourrait croire la blonde partit dans un fou rire terrible, décidément cette soirée était spéciale. Le fou rire durant bien une minute, pourquoi elle avait rit comme ça, c’est un mystère. Elle essaya de se calmer puis elle reprit une expression sérieuse, elle s’adressa alors à son ennemi : « T’es du genre perspicace toi ! ».

    Ensuite elle disparût, en faite elle avait transplané chez elle et lorsqu’elle revint auprès du mangemort elle lui lança une fiole qu’il ne rattrapa évidement pas, il n’arrivait déjà pas à tenir debout c’était pas pour rattraper au vol quelque chose. « Je suis dans un bon jour t'as de la chance, et puis tu me fais pitié alors... T'auras jamais désaoulé aussi vite qu'aprés avoir bu ça ». Manquerait plus qu’il pense qu’elle fait ça par gentillesse.



Dernière édition par Lyrrha Nipheleim le Lun 31 Jan - 8:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7145-lyrrha-nipheleim-100#42 http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7304-rps-of-lyrrha#43993 http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7450-lyrrha-nipheleim-feat-scarlett-johansson#46232
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Deux mondes qui se rencontrent (pv)   Jeu 27 Jan - 16:55

Elle me faisait des menaces *wahhhh la folle !, en même temps, ça ne serai pas trop difficile de mettre la raclé de sa vie à un type complètement HS, en même temps… Qui n’avait pas envie de foutre son poing dans la tronche de Rowann Gahleris, ce type un peu énervant, qui à l’air trop parfait, trop sur de lui, qui à un culot incroyable et qui a une chance phénoménale, et oui, de la chance dans son malheur, c’était beau ça… Je me serai bien passé de cette chance, si ma vie en échange n’avais pas été le trou noir complet, j’ignorai tout, mais je savais tellement de chose… Elle fit une petite plaisanterie sur ma phrase et s’en alla… *Mouhaha j’lui ai fait trop peur !!. J’n’étais vraiment pas net dans ma tête tout de meme… Je marchais un peu, je n’allais pas rester là, attendre le degel, ou tout simplement que la jeune femme me ramène du renfort pour me coffrer, je tombai à nouveau, et j’abandonnai là… Au pire, la prison, c’était un peu comme la vie, ça n’allais pas me changer de beaucoup, et puis, il y avait toujours le jugement… Non, le jugement, ce n’étais pas un atout pour moi, ils me prendraient pour un cinglé, d’ailleurs, je pensais bien l'etre à moitié cinglé…

Elle réapparut devant moi alors que je venais à peine de me relever, songeant que Katherine m’en voudrais à mort si j’allais en prison, alors autant éviter sa haine, elle était la et me jeta quelque chose… Et moi… L’abruti de service… Je me jetai pour attraper la fiole, comme si ma vie en dépendais, et je tombai à la renverse évidement, j’étais tout content de moi qui avait rattrapé ce flacon ridicule, alors que je venais de m’ensanglanté les coudes… C’était vraiment un spectacle désolant que j’offert là, un peu plus et je passai au zapping des moldu…. Elle me déclara que c’était une potion pour dégrisé, elle était bonne celle là franchement… Pitié ? Elle avait pitié de moi ? Alors ça, je ne l’avais encore jamais entendu de toute ma vie, mais parait-il, il faut un début à tout. Je m’asseyais, la pluie avait cessé de tombé, et je percevais alors ses yeux, soudain, je fus prit d’un violent fou rire et je lui déclarai

- Tu croyais sincèrement ! Que j’allais boire une fiole que tu me rapporte de je ne sais où, alors que tu pourrais y avoir m’y n’importe quoi dedans ? Je n’ai aucune raison de te faire confiance… Mais… Je prends le risque !!!

J’éclatai de rire, un rire sadique et avec un coté diabolique, un peu comme un possédé en réalité, une monté d’adrénaline, j’avais chaud, je mourrai de chaud, j’arrachai complètement ma chemise, libérant ainsi mon abdomen à l’air pur de dehors, j’ouvrai le flacon, j’aurai pu l’analyser, le sentir, car en temps que guérisseur je savais parfaitement bien à quoi ressemblait une telle potion, mais à vrai dire, cette idée d’y aller à l’aveugle ça me plaisais bien, il faut dire que je croyais les aurors capable de bien pire horreur et de lâcheté que les Mangemorts… Peut-être quelque goutes de veritaserum dans le flacon, du poison tout simplement… Je savais qu’un jour, ma bonne étoile allait m’abandonner et que je payerai mes imprudences, mais j’étais trop intrépide et la vie me paraissait trop futile…. Alors j’ouvrai ce flacon et je vidais son contenu dans mon gossier, cela avait un gout particulier, comme du rhum… Ah l’alcool… Tu ne me quitteras donc jamais…

Je restais immobile, attendant des effets secondaires possible, et si c’était bien la potion qu’elle avait prétendue de donner, d’ici à 10 minute j’aurai déjà récupéré une bonne partie de mes facultés, je me relevais à nouveau, je n’avais pas confiance, et j’étais inconsient d’avoir bu ça, le danger, j’en avait pas peur parce que tout simplement, la mort ne me faisait pas peur… *Papa tu as peur de mourir ? –Un peu… -Pas moi… -Tu as de la chance…
Revenir en haut Aller en bas
Lyrrha Nipheleim
◊ Sorcier de Premier Cycle ◊
avatar

☞ Dispo pour rp : Nop

Féminin Messages : 638
Date d'inscription : 17/01/2011
Gallions : -219274

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Quels sont vos autres comptes ?

MessageSujet: Re: Deux mondes qui se rencontrent (pv)   Lun 31 Jan - 15:43

    Décidément il n’avait peur de rien ce petit mangemort, Lyrrha le regardait boire d’une traite la fiole qu’elle lui avait ramené. A sa place la belle n’aurait jamais bu quelque chose qui venait d’un mangemort et de plus qui venait d’une personne qu’elle ne connaissait pas. Il est vrai que sur ce coup là, ça valait le coup de prendre le risque car Lyrrha n’avait rien ajouté à la potion originale mais dans d’autres cas peut être que l’inconnu aurait pu perdre la vie. Ce jeune homme était soit suicidaire et plutôt du genre à avoir peur de rien ou peut être qu'il jugeait simplement qu’il pouvait faire confiance à notre jolie blonde. Il est vrai que la belle était une personne en qui on pouvait faire confiance, qui, en principe, jouait réglo, mais ça l’inconnu ne pouvait pas vraiment le savoir en ayant passé que quelques minutes avec elle alors il devait plutôt être du genre imprudent à ne pas avoir peur de la mort en même temps la mort c’est si facile, vivre c’est bien plus dur.

    Lyrrha aurait pu agir lâchement et, à la perte de ses parents, se morfondre et s’ôter la vie mais Lyrrha n’était pas une lâche et elle est surtout de ceux qui pensent que la souffrance peut rendre plus fort en certains points. Il est vrai que certaine fois Lyrrha y avait pensé, elle avait pensé à faire s’arrêter net cette vie qui n’était pas vraiment celle dont elle avait rêvé mais même si son existence était loin d’être rose il y a certain moments qui méritent d’être vécu : les fois où des visages s’illuminent en vous voyant, des fois où on aide quelqu’un et qu’on sait que grâce à ce qu’on à fait il va mieux, tout les moments que l’on passe avec les gens que l’on apprécie et qui vous apprécie aussi, et rien que pour ça, même si vous souffrez, hey bien rien que pour voir leurs sourires, entendre leur rires, la vie mérite d’être vécut.

    Lyrrha observait toujours le jeune mangemort qui semblait comme attendre quelque chose, avait-il en faite des doutes sur ce que la jolie blonde lui avait donné ? Enfin une réaction digne d’une personne qui a un peu de jugeote. La belle sourit alors, puis elle lui adressa quelques mots : « C’était avant de boire ce que je t‘ai donné qu’il fallait douter maintenant c’est un peu tard . » Elle attendit un instant avant de continuer « Tu es inconscient mais rassure toi je n’avais rien mit de dangereux dans cette fiole ! ».
    La belle leva ensuite son regard vers le ciel, la nuit était magnifique : une nuit de pleine lune, la pluie avait cessé et l'on apercevait des tas d'étoiles dans le ciel cela rappelait à Lyrrha son père. Son père et elle passaient des nuits à observer les étoiles enfin ça c'était avant qu'il ne meure. Il avait un jour montré un endroit à Lyrrha, un endroit magnifique,la belle se rappelle de la vue comme si c'était hier : l'endroit se trouvait en hauteur, au bord d'une immense falaise et lorsque l'on s'asseyait au bord de celle-ci, les pieds dans le vide, la vue était juste sublime et ce surtout les soir de pleine lune. La belle avait des tas d'images qui revenaient dans sa tête, d'ailleurs son sourire s'accentua alors qu'elle fixait toujours le ciel, elle finit par soupirer et tourner de nouveau son regard vers le mangemort, il n'avait pas broncher alors que maintenant il devait se sentir mieux. Lyrrha venait d'aider un mangemort, alors qu'elles les détestaient plus que tout, elle avait aidé un de ses ennemies décidément c'est vraiment une drôle de nuit faut dire aussi que c'est un drôle de mangemort celui là !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7145-lyrrha-nipheleim-100#42 http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7304-rps-of-lyrrha#43993 http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7450-lyrrha-nipheleim-feat-scarlett-johansson#46232
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Deux mondes qui se rencontrent (pv)   Mar 1 Fév - 19:09

Elle fut toute étonné de me voir avaler tout rond le contenu de mon flacon, probablement aurait-elle parié que je l’aurai forcé à en boire un peu avant moi, ou l’aurai-je jeté sans même réfléchir, et bien non. Tout rond dans le gossier. J’imaginai d’avance ce qu’elle pouvait bien songer : C’est quoi ce mangemort ? Il s’en fou de vivre ou quoi ? Il me fait confiance ? Il a craqué son slip ou quoi ?
Non… La dernière question, j’oubliais, ça c’était une réflexion de type bourré, du genre : moi.
Je voulais bien croire que je devais sérieusement faire pitié, j’étais dans un état des plus lamentables, je me sentais mal, j’avais un sérieux mal être de vivre, et j’aurai voulu mettre un terme à cette existence ; je me trainais sur le chemin de la vie, me prenant tout les arbres, toute les flaques de boue, et au milieu de toute cette pagaille, un ange, bruns, magnifique était venu éclairai d’un coté ma route : Katherine. Alors que certains me jetais à la figure des pelleté de cailloux pour me faire encore plus souffrir : Sélène et Stella. M’aider ? Qui a dit que j’avais besoin d’aide ? Ils feraient mieux de s’occuper de la protection de leur propre vie, moi, de ma vie, je m’en foutais pas mal de ce qu’il pouvait m’arriver.

J’écoutai la jeune femme, me déclarer n’avoir rien mis dans ce flacon, c’était quoi ça ? Une œuvre de charité entre auror et mangemort ? J’avais envie de lui demander sur quelle planète elle vivait pour agir comme ça... Elle leva les yeux vers le ciel, comme si soudain, elle rêvait d’être emporter sur la lune, pour comprendre un peu mieux ce qu’il se passait sur terre. Je n’étais pas si méfiant que cela, je prenais des risques, et je misais sur ma propre vie, et je savais bien qu’un jour où l’autre, on m’offrirait la joie, le bonheur de mettre fin à mes jours. Je voulais m’éteindre, comme une bougie qu’on a consumée au carbone, moi on me consumait en me faisant semer la mort partout où je vais. Pourquoi m’avait-elle aider ? Je ne supporter pas qu’on m’aide. Je ne perdais pas le nord, dans mon monde à moi, il n’y avait pas de geste désintéressé, il n’y avait que du chantage, et je savais qu’on ne faisait jamais rien sans attendre un retour. J’étais là, la chemise complètement ouverte, mon torse ruisselait d’eau de pluie, j’avais froid et pourtant je restais là, je sentais comme du feu dans mes veines, saleté d’alcool, mais il n’était pas le seul à vouloir ma mort. La liste d’attente était longue, mais je savais que tout allait me conduire à ma destruction. Qu’est ce qui avait pu pousser cette jeune femme, vraisemblablement anti-mangemort, à m’aider moi ? Je n’avais jamais été très clair dans mes intentions, est-ce qu’elle aussi était perturbée ? Je rêvais qu’un jour, quelqu’un me dise, moi aussi, on ma élevé pour tuer, moi aussi je me suis sentis seul mais j’ai toujours fait croire le contraire, moi aussi mes parents m’on abandonner, moi aussi, j’ai cette folle impression que tout le monde meure autours de moi, moi aussi j’ai peur de pleurer et de ressentir des sentiments d’humanité… Mais ce genre de personne n’exister pas… Il n’y avait que moi, et cette situation, me rendais encore plus seul, pourquoi avais-je l’air si heureux alors que je ne ressentais rien. Katherine, tu es un ange tombé dans les mains d’un homme qui vivait dans le néant. Pourquoi moi ? Pourquoi des gens, se mettent tout à coup à m’aimer ? Moi le délaisser, pourquoi voulait-on m’apporter ce que je fuyais : l’amour.

Je m’approchais à nouveau d’elle, mes pas étaient maladroits, j’arrivais à sa hauteur et je m’arrêtais proche d’elle, vraiment trop proche, son visage me disait quelque chose, mais je n’arrivais pas à l’identifié, je réfléchissais un instant, j’étais sur de ne l’avoir jamais vu, mais quelqu’un de ressemblant à elle était dans mes connaissance, je ne mettais pas le doigt dessus… Je plongeai mes yeux bleus dans ses pupilles, elle avait souffert, je voyais ça en elle. Je détournais mes yeux, sentant la tendance s’inverser et je sentais qu’elle lisait en mes yeux, moi qui dégager rarement des sentiments, je me sentais épris de douces émotions telles que : le doute et la solitude… Stella… Sélène… Elles voulaient toute que je change, que je devienne quelqu’un de ‘bien’, comme si elles croyaient en moi, mais j’avais perdu toute notion d’espoir d’avenir, et je me voyais mourir. Mourir, c’était comme une berceuse, le plaisir de dire adieux à toutes ses douleurs cachées…

–Je ne comprends pas… Pourquoi ? Ton devoir est de me tuer. Les gens comme vous… Doivent me tuer. Arrêtez de m’aider ! Vous… Me rendais complètement dingue. Avec vos… Vos valeurs !

Voila qui était dit, je levais mon poing pour frapper la jeune femme, puis finalement je laissais retomber lourdement mon bras le long de mon corps… Mourir ou changer ? Mourir ou ne pas changer ? Je me voyais mal faire l’espion double, je détestais ses gens là, j’aurai voulu, ne jamais naitre, ne jamais connaitre à quel point la vie ce n’était que de la souffrance. J’avais mal au ventre, une douleur de la potion, je restais cependant droit, comme si rien ne chamboulé mon organisme, je restais calme et je respirai normalement. Je fixais le bel inconnu, troublée par mes paroles. Il était clair que ce n’était pas commun de voir un mangemort au bout du rouleau. J’imaginais son incompréhension et son étonnement, mon refus de la frapper et mon refus de sortir ma baguette pour me battre. Le manque de défiance face à une fiole qui venait de nulle part, et une mine qui inspirait la sympathie et l’adouciement de l’âme. J’avais l’air d’un petit loup perdu, qui cherchais à ce qu’on l’Abbate avant de crever de solitude. Je me sentais fatigué… Les valeurs comme la famille, ne jamais tuer un homme si ce n’est qu’en légitime défense, pourquoi ? Pourquoi ne pas tout simplement assouvir son destins, la création des hommes fut pour que nous nous détruisions… Je fermais mes yeux bleus, j’avais mal en moi, et pourtant je ne m’en rendais même pas compte… Pourquoi les gens pleuraient et pas moi ? Je n’étais qu’une machine ! Soudain, je lui disais toujours en fixant le sol…

–Je voudrais… Que ce soit la fin pour tout le monde…

Je levais subitement mon regard vers la jeune femme, décidément, ça n’allait plus ce soir… Je faisais un peu ce qu’on pouvait banaliser en déprime, mais pourtant, je n’avais pas l’intention de me suicider, je ne voyais pas dans le sucide une solution, en fait, je ne voulais pas mourir par moi-même, c’était bien trop simple autrement, je n’étais pas un lâche contrairement à la majorité des personnes de mon rang, j’avais le courage, je courage de vivre. Mais ce soir, j’étais vraiment épuisé, l’alcool, des incompréhensions, je ne me rendais même pas compte que je nageai en plein doute du but de ma propre existence... Je me sentais seul, et je ne me sentais plus la force d’affronter le regard de ceux qui sont mes amis, parce que je savais qu’ils ne comprendraient… J’avais besoin, qu’un jour, je puisse dire enfin tout ce que je ressens, qu’un je comprenne pourquoi c’est mal, qu’un jour quelqu’un soit avec moi, jusqu'à la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Lyrrha Nipheleim
◊ Sorcier de Premier Cycle ◊
avatar

☞ Dispo pour rp : Nop

Féminin Messages : 638
Date d'inscription : 17/01/2011
Gallions : -219274

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Quels sont vos autres comptes ?

MessageSujet: Re: Deux mondes qui se rencontrent (pv)   Jeu 17 Fév - 10:24

    Il était fou et complètement perdu celui-là, un coup il disait quelque chose de censé, la seconde d'aprés une connerie. Lyrrha avait du mal à comprendre, si ça continu il allait reussir à lui faire avoir un sacré mal de tête. Elle ne bronchait pas alors qu'il lui parlait, qu'il s'approchait d'elle, soudain il eut le malheur de faire un geste qui ne plût vraiment pas à la belle : il leva sa main comme pour la frapper pour ensuite rabaisser sa cette dernière l'air de rien. Du coup elle ne prit même pas la peine d'écouter toutes les paroles qui suivirent ce geste, elle s'approcha de lui et serrant son poing, lui envoya directe dans la machoire. Un peu excessif comme réaction n'est-ce pas ? Disons simplement qu'elle ne supportait pas ce genre de comportement, il croyait quoi ? Qu'en levant son poing elle allait fuir, le supplier de ne pas la frapper, il était vraiment pas tombé sur la bonne personne le pauvre.

    Lorsqu'elle lui assaina le coup, elle sentit en elle comme un sentiment de délivrance, ça lui faisait du bien, et c'est pas l'envie qui manquait, toutefois elle observa son poing aprés le coup, celui-ci était légèrement rouge et pour dire vrai il lui faisait un peu mal mais tant pis ça valait le coup. Elle fixa ensuite l'inconnu qui tenait sa machoire en soupirant une nouvelle fois, elle arborait tout de même un léger sourire. Elle attendit qu'il se redresse et enlève sa main de sa machoîre avant d'annoncer :

    « Tu l'as cherché !»

    C'était pas faux aprés tout c'était lui qui avait commencé et pas le contraire, bon certes, lui ne l'avait pas frappé, mais c'était tout comme pour la jolie blonde. Elle attendit encore quelques secondes aprés ses paroles puis elle rabattit sa capuche sur sa tête, elle en avait assez, assez de tout ses enfantillages, de ses discussions sans interêt et surtout de ce mangemort . Elle s'adressa donc une dernière fois à lui :

    « Tu m'as fait perdre assez de temps....»


    Il ne méritait pas qu'elle perde son temps, ni qu'elle gaspille de l'énergie à le tuer, il n'était pas une menace mais plutôt un fardeau pour le camps adverse, du moins c'est ce qu'elle pensait. Elle se tourna et commença donc à marcher vers le bout de la ruelle afin de quitter cet endroit, laissant ce mangemort perturbé, seul. Comment pouvait-on en arriver à devenir comme celui là ? Il avait pas vraiment dû être gâté par la vie lui,
    mais Lyrrha s'en foutait, aprés tout c'était son ennemi et elle lui avait déjà accordé assez de temps comme ça. Les mains dans les poches, elle marchait calmement, ne se retournant pas, et la pluie recommença de nouveau à tomber...Quelle soirée pourri décidement, que de soupirs, que de temps perdu, au moins ça lui apprendra à vouloir errer le soir au chemin de traverse, la prochaine fois elle restera bien au chaud chez elle à siroter un verre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7145-lyrrha-nipheleim-100#42 http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7304-rps-of-lyrrha#43993 http://www.deathly-hallows-rpg.com/t7450-lyrrha-nipheleim-feat-scarlett-johansson#46232
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Deux mondes qui se rencontrent (pv)   Ven 25 Fév - 14:01

Soudain je sentais une légère douleur claque mon mandibule inférieur, son poing en pleine face, je portais ma main sur ma mâchoire, en réalité, je n’avais pas vraiment eut mal, mais je m’étais sentis assez mal en moi-même, je me demandais ce que j’étais en train de faire, je parlais avec elle, je devais me battre, si elle refusait de me tuer j’allais le faire pour elle. Je retirais ma main de mon visage et elle me lançait que je l’avais mérité, je songeai quelque instant… Peut-être l’avais-je mérité après tout, enfin, en ce moment je m’en prenais plein la tête, sinon je n’aurai pas été rendu à boire autant ce soir là ! J’en avais assez, qui j’étais au final ? J’avais l’impression ne plus être ce mangemort, je n’étais plus personne, je n’avais plus ma place parmi ses gens là. Alors que je me décidais à réagir, elle déclara que je lui avais fait perdre son temps, je le vis alors s’éloigner, je m’approchais auprès d’une vitre brisé du bâtiment d’a coté, je voyais mon reflet, j’étais complètement trempé de pluie, je fixais ce reflet brisé, je repensais soudain à Sélène… *Pourquoi regardes-tu nos reflets brisés ?* J’étais brisé… Mon âme était en morceau, je tournais la tête vers la jeune femme qui marchait en tournant des talons je lui disais d’une voix forte pour qu’elle m’entende

-Tu n’as donc jamais appris à ne jamais tourner le dos !!!

J’aurai pu la tuer sans problème, elle était à ma porté, mais je n’étais pas un lâche, je tuais ceux qui l’étaient, beaucoup voulaient m’avoir dans le dos, probablement par peur, je n’avais pas peur de mourir, pourtant j’allais me marier… Elle devait me faire vivre, ma Katherine, je me devais de la protéger, comment je pourrais l’abandonné maintenant ? Elle avait volé mon cœur, et ce n’était pas sans douleur pour moi. Pourquoi je l’aimais ? Pourquoi elle m’aimait ? Pourquoi tant d’amour au point que je le demandais pour femme ? Est-ce que nos destins étroitement liées le seront toujours ? Et si tout cela n’avait été qu’un leurre ? Et si elle… Je ne pouvais imaginer qu’elle abusait de mes sentiments, c’était une femme sincère, et douce, vraiment très douce, je n’avais jamais eu autant d’amour que part elle… Quand je songeais que durant 8 ans, je ne n’avais voulu que mourir, et que désormais, j’avais un but à ma vie : la protéger et la rendre heureuse… C’était dur, tellement dur de rendre heureuse une femme après tout ce que j’avais fait, comment me faisait-elle confiance après toute ses femmes dans mon lit ? Je l’admirai, je rêvais d’être heureux, mais j’étais perdus, je ne savais plus où j’en étais avec moi-même…

Je m’approchais de la jeune femme qui c’était alors retourné à ma remarque, j’étais à nouveau à quelque mètre à peine d’elle, je distingué une beautée fragile sur son visage, une tristesse sans fins, pourquoi des gens souffrent t’ils un peu partout ? Je l’observais calmement, qui était-elle ? Je ne l’avais jamais vu, ou bien n’avais-je pas fait attention, je sentais cette sensation d’ivresse partir lentement, je reprenais doucement mes esprits, je reprenais mes souvenirs, mes douleurs, mes raisons de vivre, mes raisons de mourir. Je m’approchais encore à pas lents vers elle au point que je pouvais distinguer chaque trait de son visage, jamais je n’oublierai cette femme… Je me postais devant elle, sans bouger, elle pourrait me frapper à nouveau, mais je m’en fichais, je continuais à regarder cette beauté… J’étais fatigué, mais qu’es ce que j’y pouvais ? Je songeai alors à ce que j’avais fait aujourd’hui, j’avais sauvé sept vies en une journée de travail, ensuite, j’avais retiré la vie d’un couple le soir, et ensuite je m’étais vidé dans le gossier des litres entiers d’alcool au point que j’en vomisse de la sorte… Je la fixais de mes yeux bleus, j’étais fait de sang et de chair comme tous les autres, mais pourtant, c’était toujours la solitude qui me torturait. Je lui demandais d’un ton calme

- Dis-moi qui tu es…

Je me doutais bien qu’elle ne répondrait surement pas, elle aurait trop peur que je la dénonce à mes troupes et que se soit fini d’elle, mais ce n’était pas mon intentions. Mes intentions étaient souvent les mêmes, quand l’on m’offre quelque chose, je le rends… Elle m’avait épargné et elle m’avait même soigné, alors je lui devais quelque chose. Je n’avais beau qu’être un mangemort et avoir peu de valeur, mais j’avais toujours payer mes dettes, et j’en devais quelques une au camp adverse… Sélène, Stella, maintenant cette belle inconnue… Je me demandais pourquoi elle me ‘sauvait’ pour partir sans rien demander en retour… Je me le demandais sincèrement…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux mondes qui se rencontrent (pv)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux mondes qui se rencontrent (pv)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ϞϞ RPG : Le Monde Magique de Harry Potter ϞϞ :: ϞϞ Le Chemin de Traverse ϞϞ-
Sauter vers: