Don't Forget... (OS Remadora)
    Cher visiteur,

    Tu viens de pénétrer dans une zone de quarantaine!! Tout le monde peut entrer, mais sortir d'ici est impossible. Ainsi, tu n'as plus d'autre choix que de t'inscrire mais attention !! Les membres de ce forum sont fou, psychopathe et complètement atteint de la cervelle, fan de ship, bizarre... Le staff de ce forum aime le sang, les morts et le sadisme... Cher visiteur, si tu es un minimum drôle et déluré, alors les personnes composant Deathly Hallows sont tes amis!!

    De toute façon tu n'as plus le choix, tu es contaminé, tu es perdu... Tu vas bientôt devenir toi aussi un ADC (Atteint De la Cervelle) et ça ne se guérit pas alors n'attend plus, et inscris-toi."


    On est pas obligé d'être fan d'Harry Potter pour s'inscrire sur ce forum. :-) Laissez nous notre chance, vous verrez qu'on est pas méchant. ̿ ̿̿'̿'̵͇̿̿з=(•̪●)=ε/̵͇̿̿/'̿'̿̿̿ ̿ ̿ ̿



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't Forget... (OS Remadora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Natalia S. Greenwood
◊ Escuyer de messire Potter ◊
avatar

☞ Copyright : (c) Shadow / Shocking Princess.
☞ Dispo pour rp : Oui...Sur demande. ^^

Féminin Age : 29
Messages : 550
Date d'inscription : 16/06/2011
Gallions : 3823

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Nymphadora Tonks

MessageSujet: Don't Forget... (OS Remadora)   Jeu 18 Aoû - 11:57




Don't forget...


Citation :
Contexte : Le tome 7. La bataille approche. Et si Tonks avait écouté Remus ? Et si elle était restée à la maison avec son fils, avec leur fils ?
En tous les cas, Remus ne veut pas que Tonks vienne se battre ; pour lui, elle doit rester avec Teddy. Leur fils a besoin d'elle, bien plus même encore qu'elle n'a besoin de lui. Rien ne remplacera jamais une mère. Il veut la sauver. La fin est proche, il le sent ; il ne veut pas prendre le risque de la laisser tuer. Cet OS pro Tonks/Remus raconte leurs derniers instants passés ensembles ♥ Juste parce que j'adore ce couplce, juste parce qu'ils sont trop mignons tous les deux <3

    Ça y était. On venait de leur envoyer le signal. C'était maintenant. Aucun n'avait parlé. Personne n'osait, mais la peur les environnait. Pour lui cependant, il n'y avait qu'une seule chose qui importait vraiment et il ne serait pas tranquille tant qu'il ne la saurait pas en sécurité. C'est pour cette raison qu'il venait de le lui redire, encore... « Reste là, je t'en prie... Fais-le pour Teddy » Il n'avait pas osé dire de le faire pour lui aussi ; il avait préféré dire le nom de leur fils qui n'avait pas besoin, dans le pire des cas, de perdre ses deux parents. Car ils pouvaient mourir tous les deux... Et Teddy resterait seul. Il avait besoin de sa mère. Il la pria, lui fit promettre, une nouvelle fois que lorsqu'il sera l'heure de combattre une dernière fois, elle en resterait loin. Il s'était ensuite avancé et l'avait prise un instant dans ses bras, profitant au mieux de cet instant qu'il savait le dernier, puis il l'avait relâchée...

    « Fais-le pour lui. » murmura-t-il, la gorge serrée.

    Elle tourna la tête vers lui ; elle avait compris, mais quelque chose au fond d'elle ne le voulait. Tandis que son regard brillait de cette façon qui laissa entendre qu'elle le suppliait silencieusement, ses lèvres tremblèrent légèrement. Elle ne voulait pas comprendre. Elle ne voulait pas.... Ses épaules furent secouées d'un soubresaut, les larmes se mirent à dévaler sur ses joues, et elle se précipita au creux de ses bras. Il la serra une dernière fois dans ses bras, le plus fort qu'il put. Il avait peur, mais aurait bien plus peur encore de la voir partir avec lui. Il la voulait sauve. Il savait que ce vers quoi ils se dirigeaient tous, c'était une peine perdue. Il y aurait des morts, et il le sentait au fond de lui... Il n'y survivrait pas. Il le sentait aussi ; si elle venait, elle risquait de mourir, et cela, il ne le voulait pas. Pour rien au monde. Il avait mis du temps à le voir, mais il l'aimait. Et puis... Que deviendrait Teddy ? Que deviendrait leur fils qui, pour le moment, dormait dans le berceau posé à côté d'eux ? Il se souvint...

    C'était cette nuit, cette nuit qu'il avait lâché comme cela dans le silence... « Tu ne peux pas venir. » La lumière s'était rallumée d'un seul coup et la jeune femme l'avait regardé, interloquée, se demandant de quoi il parlait. Il avait réitéré ses mots. Il avait tenté de garder la voix ferme bien qu'une incommensurable douleur le tenaillait. Mais ce n'était rien en comparaison de celle qu'il ressentirait si elle venait se battre... La bataille. Il le sentait proche. Il savait le moment proche. Il souhaitait qu'elle reste sauf, avec leur fils, avec son fils. Elle méritait de vivre. Lui, il ne pouvait de toutes façons ne pas y aller ; c'était ce pour quoi il s'était battu toute sa vie, ce pour quoi il avait survécu jusque là. Il le sentait. Il avait vécu pour la rencontrer aussi, il avait vécu pour goûter quelques temps au bonheur dont tout le monde avait droit, et jamais il ne la remercierait assez. C'était elle qui lui avait montré ce qu'était le vrai amour. En silence, la veille, il avait répété de nouveau ces mots. Il savait qu'elle avait compris. Il savait qu'elle savait ce à quoi il faisait allusion. Elle était venue se loger contre lui et il l'avait refermé ses bras autour d'elle, s'imprégnant pour une dernière de tout ce qu'il aimait d'elle, comme pour s'en souvenir lorsque tout ne tiendrait plus que sur un fil. Presque instinctivement, ses lèvres vinrent chercher les siennes, il la serra plus étroitement entre ses bras et une dernière fois, ils s'unirent...

    C'était aujourd'hui. Il le savait. Ils n'avaient guère échangé de mots. Aucun ne voulait penser à ce qui pouvait arriver. Aucun ne voulait gâcher les dernières minutes qu'ils avaient à profiter ensembles. Après un temps infiniment long, il la relâcha enfin. Alors doucement, il enleva l'alliance qu'il portait à son doigt et qui ne l'avait quitté depuis leur mariage. Il avait le cœur gros mais il tenait à le faire... Il ne tint pas compte de son regard qui protestait. Il lui prit la main, l'ouvrit et y déposa doucement son alliance. Il referma ensuite ses doigts, gardant quelques secondes sa main enfermée dans la sienne. Puis il se rapprocha jusqu'à venir prendre son visage entre ses mains et poser son front contre le sien. Il ferma les yeux quelques instants, comme pour mieux contrôler son émotions et il lâcha d'entre ses lèvres...

    « S'il te plaît, garde-la... Pour moi. »

    Il ne voulait pas la salir, il ne voulait pas la perdre dans la bataille ; il ne voulait qu'elle reste sur le champ de bataille. Serrée comme elle l'était, encore faudrait-il qu'elle parvienne à tomber de son doigt, mais c'était par principe. C'était significatif pour lui. Il ne voulait pas la prendre avec lui... Il voulait que Tonks la garde. Il avait l'impression de lui laisser un peu de lui avant de partir, de l'abandonner... Comme si cela pouvait suffire à la rassurer. Il voulait qu'elle la garde ; elle serait en sécurité. Elle en prendrait soin. C'était un geste significatif dans le sens où... C'était en quelques sortes son cœur qu'il lui confiait. Il savait qu'elle en prendrait soin...

    « … Je reviendrai. », ajouta-t-il en un murmure. « Je te promets ». Y croyait-il vraiment ? Il n'en savait rien. En vérité, pas vraiment. Il avait juste voulu essayer de la rassurer. Parce que non, il n'avait pas réellement cru à ses propres mots. Il l'aurait voulu... Mais il ne le cachait pas. Il le sentait jusqu'au fond de lui-même... Puis il s'était éloigné, ne voulant pas accroître davantage la douleur d'une séparation surtout en ne sachant pas s'ils se reverraient. Mieux vaudrait-il qu'il parte au plus vite. Une dernière fois, il se rapprocha du berceau où dormait son fils, comme s'il voulait s'imprégner une dernier fois du visage du petit garçon qui dormait comme un ange. Il s'approcha et se tint debout devant. Il n'osa pas le toucher de peur de le réveiller, mais un sourire s'esquissa sur son visage. Un sourire attendri. Deux secondes. Deux, peut-être trois. Il se tourna ensuite, échangeant un regard avec la jeune femme... Il ne savait pas quoi dire alors il ne dit rien d'autres. Il lui adressa un bref sourire avant de tourner les talons, l'angoisse lui serrant le ventre. Il était partit...

    Au moins, elle serait sauve... Et trouverait vraisemblablement comme il l'avait prévu, la lettre qu'il lui avait laissé. Sans doute ne lira-t-elle que bien des heures après que tout soit fini, mais au moins elle la trouverait. Sur un parchemin entier recto verso, il avait laissé parler sa plume et avait fait l'étalage de ses sentiments sans doute comme il ne l'avait jamais fait. Il avait voulu le faire pour au cas où que tout cela finirait mal... Au moins, elle saurait.


[ A la suite, voici la lettre qu'il lui a laissé...]




Remember. I will always love you... Protect him, protect you. Be safe. Be strong.



    Ma tendre Dora,

    Si tu lis cette lettre, c'est que ce sera fini pour moi. Si tu lis cette lettre, cela signifie que tu auras écouté ma prière et que tu seras restée avec notre fils. Il n'y a rien d'autres qui puisse me faire plus plaisir. Cette lettre n'est utile que s'il m'arrivait quelque chose ; elle est porteuse de ma voix qui ne pourra plus dire tout cela. Ces derniers mois ont été pour moi ce que je n'aurai jamais pu imaginer... Je le regretterai amèrement je crois et j'aurai voulu pouvoir rester, mais ce sera la fatalité qui m'aura rappelé et nous n'y pouvons rien... Je serai simplement heureux car je ne partirai pas sans rien avec tout ce que tu m'as donné. En te priant de rester loin, je pense à toi, je pense à Teddy... Je ne veux pas que tu meures, je ne tiens même pas à prendre ce risque. Teddy a besoin de sa mère, même plus que son père... Parce que rien ne peut remplacer une mère. Je me souviens encore de la mienne, et toute ma vie elle m'a manquée... J'aurai tellement aimé lui dire pour Teddy, et pour toi. Je ne puis toléré prendre le risque que tu meures. J'ai toujours voulu protéger ceux que j'aimais. Même si cela a parfois manqué, je continuerai de le faire, jusqu'à la fin.

    Dora je te prie de me croire, vous êtes – ou dirais-je plutôt avez été – ce qu'il y a de plus cher pour moi et personne n'a été plus chanceux que moi d'un jour te connaître. Parfois je me demande si je te méritais... Tu as été d'un plus grand soutien, plus que personne ne l'a jamais été. Tu es ce qui, même dans les nuits les plus obscures, a éclairé le chemin dans mon cœur et c'est pour vous avant tout que je me battrais une dernière fois, pour vous également que je mourrais si je le devais vraiment. Pour que vous puissiez vivre dans un monde meilleur. Je ne veux pas que tu viennes parce que j'ai peur, en effet, je dois l'avouer ; peur de vous perdre. Je veux que tu continues à vivre, même après moi, que tu puisses prendre soin de notre fils même quand je ne serai plus. Prends-en soin pour moi, prends-en soin pour deux, je sais que tu en seras capable, que ton cœur sera assez grand... Il l'a tellement été pour moi déjà. Dis-lui que je l'ai aimé, que vous êtes les deux meilleurs choses qui me soient arrivés dans ma misérable vie, montre-lui cette lettre si tu veux, lorsqu'il pourra comprendre ; En attendant je te fais confiance pour lui parler de moi, ou tout simplement pour en prendre soin comme ce ce que tu as de plus précieux. Dis-lui pourquoi j'ai été me battre, pourquoi je n'ai pas voulu que tu viennes... Je suis sûr qu'il comprendra, je suis sûr qu'au fond tu comprends également.

    J'ai pensé à vous deux. Sache que j'aurai pensé à vous deux jusqu'à la dernière seconde et que rien ni personne ne vous enlèveront de ma tête, même si tu seras loin. Parce que vous êtes et resterez dans mon cœur... A jamais. Vis pour lui, vis pour toi, vis pour moi. Chaque fois que tu penseras à moi, je vivrai ; chaque fois que tu en parlera, je vivrais à travers tes mots et tout simplement, je serai là, dans ton cœur. Dans votre cœur. Cela, personne ne pourra jamais l'enlever. Lorsque ma mère a quitté ce monde, j'ai toujours cru qu'elle ne m'avait pas vraiment quitté, qu'elle était restée autour de moi, en n'importe quel moment, même si je ne la voyais ; et je me suis toujours dit qu'elle avait suivi tout ce qui m'était arrivé. Je pensais sentir sa présence... C'est stupide, je sais, mais je ne pouvais m'en empêcher. Les êtres aimés ne nous quittent réellement jamais. Alors si telle chose est possible, si elle était vraiment là, même si vous ne pouvez plus me voir, vous pourrez peut-être me sentir... En tous les cas, je serai toujours là, quoiqu'il arrive. Vivez pour moi, vivez pour vous. Soyez heureux et cela me suffit à penser que je n'ai pas voulu vous protéger en vain ce jour où il faudra se battre... Même si je ne sais quand cela aura lieu. En tous cas, je le sens... Il est proche.

    Je crois ne l'avoir jamais dit suffisamment, et autant de fois que je le pensais, mais je t'aime. Tu as été ma force durant tous ces mois de même que mon fils, de même que celui que je n'aurai sans doute le loisir de connaître. Je l'aurai aimé. Même quand je ne voulais encore le reconnaître, je t'aimais et maintenant vous êtes deux à partager mon cœur. Même si je pars me battre, sache que je le laisse le plus important derrière moi. Je n'emporte pas mon cœur avec moi sur la bataille ; je le laisse avec vous. Ainsi, si je devais mourir pendant la bataille ultime, je vivrai toujours ainsi et personne ne m'enlèvera ce que j'ai de plus cher. Ces derniers mois, je ne t'aurai jamais remerciée assez d'avoir permis que je les connaisse. Si je n'ai été aussi enthousiaste que toi au début en apprenant que j'aurai un fils, sache que je ne l'en aime pas moins au contraire et le bonheur vécu à vos côtés ces mois-ci reste au-delà de tous mots. Tu m'as permis de connaître ce que la vie avait de plus doux et de plus beau. Rien que pour cela, mes sentiments survivront après moi ; rien que pour cela, je continuerai de vivre bien après que je ne sois plus. Le bonheur doit se goûter à petites doses, mais depuis que je te connais j'ai l'impression que l'on a versé un seau entier sur moi pendant la nuit... Je n'en suis que plus reconnaissant. Je serai heureux de partir car je t'aurai connue, et je sais que je ne te laisse pas seule. Je te laisse toi et Teddy... Teddy Remus Lupin. Vois, je survis même en son nom. Je survivrai. Je serai toujours là. Il te suffira de tendre ton oreille, de vouloir entendre, et alors un autre monde s'ouvrira à toi. Il suffit de me dire que je ne pars pas sans rien et que je laisse beaucoup plus derrière moi pour que je puisse partir avec dignité.

    Je ne vous dis pas adieu, simplement au revoir parce que je ne peux écrire l'autre, parce qu'il me sonne plus comme un abandon … Non, je ne vous ais pas abandonnés. J'ai juste voulu vous sauver. Est-ce mal ? J'ai juste voulu que vous puissiez vivre, est-ce mal ? Si le pire devait arriver, sachez que je serai toujours là et qu'il vous suffit de savoir écouter. Je suis en chacun d'entre vous. L'on se retrouvera un jour, c'est pour cela que je ne dis pas adieu, même si j'espère le plus tard possible...

    Je vous aime,

    Remus John Lupin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10003-natalia-s-greenwood-qu http://www.deathly-hallows-rpg.com/t11198-bible-rps-de-nat http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10031-natalia-sally-greenwood-carnet-d-adresses-parce-que-tout-le-monde-a-des-amis-des-ennemis-et-tout-le-tralala
 
Don't Forget... (OS Remadora)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ϞϞ Les Dessous de DH ! Par la Barbe de Merlin ! ϞϞ :: ♥ Ecrivains en Herbe ♥ :: Créations sur Harry Potter-
Sauter vers: