Kick ass girls are in • APPOLINE
    Cher visiteur,

    Tu viens de pénétrer dans une zone de quarantaine!! Tout le monde peut entrer, mais sortir d'ici est impossible. Ainsi, tu n'as plus d'autre choix que de t'inscrire mais attention !! Les membres de ce forum sont fou, psychopathe et complètement atteint de la cervelle, fan de ship, bizarre... Le staff de ce forum aime le sang, les morts et le sadisme... Cher visiteur, si tu es un minimum drôle et déluré, alors les personnes composant Deathly Hallows sont tes amis!!

    De toute façon tu n'as plus le choix, tu es contaminé, tu es perdu... Tu vas bientôt devenir toi aussi un ADC (Atteint De la Cervelle) et ça ne se guérit pas alors n'attend plus, et inscris-toi."


    On est pas obligé d'être fan d'Harry Potter pour s'inscrire sur ce forum. :-) Laissez nous notre chance, vous verrez qu'on est pas méchant. ̿ ̿̿'̿'̵͇̿̿з=(•̪●)=ε/̵͇̿̿/'̿'̿̿̿ ̿ ̿ ̿



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kick ass girls are in • APPOLINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rebecca Weaving
BLAME IT ON THE GIRL
who know what to do.
avatar

☞ Copyright : tasty.paprika & shocking princess
☞ Dispo pour rp : houboueboue ?

Féminin Age : 22
Messages : 385
Date d'inscription : 12/06/2011
Gallions : 821

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Sullivan-Walker.

MessageSujet: Kick ass girls are in • APPOLINE   Ven 12 Aoû - 12:23


ELLE EST MAUDITE ! Qu'avait-elle fait au monde pour mériter pareil traitement ? C'était d'une injustice. Elle en pleurerait presque si elle n'était pas à ce point énervée. Quittant la Grande Salle à grand pas en criant sur au passage, elle renversa plusieurs de ses camarades tentant de l'arrêter pour l'aider à se calmer. Dans ce genre de situation, mieux valait qu'elle se débrouille elle même pour calmer ses nerfs. Elle pouvait se montrer violente et exaspérante - encore plus que d'habitude, il va s'en dire. Abandonnant le petit-déjeuner du samedi matin, elle s'engagea telle un furie dans les escaliers, intriguant ainsi les fantômes qui passaient mais qui savaient maintenant depuis le temps que ce n'était pas le moment de venir la chercher. C'est vrai quoi.. Y'AVAIT PLUS DE CONFITURE DE FRAISE. On lui avait aussi enlevé toutes les biscottes. C'était pas comme si elle en faisait exprès d'être longue dans la salle de bain le matin. Elle arrivait toujours dans les derniers... okay, elle arrivait toujours LA dernière à la table de sa maison. Mais d'habitude on lui laissait quelques petits trucs, ce qu'elle préférait, histoire de ne pas la froisser de bon matin. Les bonnes habitudes s'oubliaient vite chez ces tarés de jaunes et noirs ! Elle n'avait pas sa place parmi eux, c'est ce qu'elle se disait parfois. Ils ne la méritaient tout simplement pas. Ils ne la traitaient pas avec assez de classe et de prestige. Ils ne lui laissaient pas SA confiture et SES biscottes. Sacrilège.

Mains dans les poches de son jean, bottes remontées, elle tapait fortement du pied à chaque marche, grommelant, balançant ses cheveux d'un côté et de l'autre de sa tête. Elle vous aurait étranglé un troll. Si elle ne mangeait rien au lever, elle ne mangeait rien jusqu'au coucher, mais quand elle ne mange pas elle est pire qu'un chien enragé. Autrement dit : mauvaise journée en perspective. Elle se décida à s'enfermer dans une pièce quelconque, espérant choisir un endroit désert plutôt qu'une salle bondée - ce qui était difficilement trouvée à cette heure de la matinée, elle avait de la chance là au moins. Lorsque la porte se referma dans son dos, elle poussa un cri monstre suivit d'un soupir beaucoup plus soft et soulagé. Se lâcher, ça ne pouvait pas faire de mal, de temps à autre - souvent, pour elle, elle ne supportait pas de canaliser. Replaçant une mèche d'une de ses mains, elle jeta un coup d'œil circulaire à la pièce, nez plissé et sourcils froncés. Elle ne se souvenait pas avoir déjà pénétré à l'intérieur de celle-ci, pourtant, elle en avait vu des choses dans ce château. De nombreuses vitrines, quelques boucliers accrochés au mur, des tonnes de noms décorant le vaste plafond. D'énormes fenêtres donnant sur le lac, aucun fauteuils, uniquement les étagères abritant tous ces objets brillant. Des coupes, des sortes d'assiettes, de simples médailles parfois. A chaque recoin, on pouvait tomber sur un buste à l'effigie de telle ou telle personne, un vif d'or inutilisé caché derrière un diplôme vieilli. La totale. C'était trop fan-tas-tique.

Rapidement, Rebecca comprit dans quelle pièce elle se trouvait. Une sorte de salle des trophées où était regroupés les identités de chaque personne reconnue du monde de la magie ayant logée à Poudlard. Elle ne put retenir une exclamation mêlant excitation et curiosité. Elle avait trouvé son passe-temps de la journée. Depuis qu'elle avait intégré la famille Weaving, son ego avait prit une taille sur-dimensionnée, reflétant alors l'image d'une peste capricieuse que rien ne peut atteindre. C'était davantage pour évincer les critiques et ne pas avoir à souffrir du rejet qu'elle se la jouait Princesse du Nouveau Monde, à vrai dire. Si son père l'avait rejeté à sa naissance, elle ne laisserait pas les autres se comporter de la même manière envers elle. Néanmoins, ce n'était pas qu'une facette toute construite, elle était vraiment plus... narcissique. Elle le méritait, quoi, c'était pas de sa faute. Évidemment, il est donc aisé de deviner quelle tâche elle s'attitra dans ce lieu rempli de merveille : la recherche de ses origines. Forcément, il ne pouvait pas ne pas y avoir de WEAVING dans le coin. Max était directeur de la Gazette, ça comptait pas pour des prunes. Puis, savoir que quelqu'un d'autre que lui ait pu réussir dans la famille, ça lui donnerait du courage et ça la conforterait dans l'idée de diriger la pays.

C'était plus difficile qu'elle ne se l'imaginait, quand même... C'est vrai, y'avait tellement de personnes.. Certaines qu'elles reconnaissaient pour les avoir lu dans les journaux, en avoir entendu parler en cours d'Histoire de la Magie, etc. C'était relativement impressionnant, toutes ces personnalités ayant réussi à se faire une place aussi importante et aussi prestigi... ATTENDEZ. Elle venait de tomber sur une coupe de taille acceptable, posée sur un piédestal miniature entre une statue de gobelin et un masque... vaudou ? Il faisait peur en tout cas. Se penchant vers elle, elle crût s'étouffer en lisant les inscriptions s'y trouvant. Tout le monde se liguait contre elle ou quoi ? PAS JUSTE je vous dis. S'emparant de l'objet, en espérant qu'aucune défense magique ne soit de mise, elle fixa de longues secondes ce nom à la fois apprécié et détesté avant de se mettre à gémir en guise de protestation. Vexée, jalouse et surtout toujours un peu haineuse, elle sortit sa baguette et tenta tous les sorts permettant d'effacer, de retirer, d'atténuer qu'elle connaissait, en vain. Le nom restait toujours lisible, plus qu'avant si c'était possible, lui arrachant les yeux : Blackwood.

Elle appréciait cette famille, faut bien, nouveau Ministre après tout. Elle connaissait même la dernière de la famille, pour être en même année qu'elle et même avoir développer une... amitié. C'était un bien grand mot aux yeux de jeune brune mais elle devait bien l'avouer, leur ressemblance les rapprochait. Elle n'aimait pas trop que cette dernière lui tienne tête, mais parfois... Elle en avait bien besoin. Et elle évitait de le prendre mal, elles étaient du même niveau, après tout. Sauf en taille, Rebecca la dépassait, je crois. Cela ne l'écarta pourtant pas de son but : à la guerre, comme à la guerre. « Mais merdeeeee, tu vas t'enlever saloperie ! Si j'y ai pas le droit, elle non plus ! » Il lui arrivait souvent de parler à des objets inanimés en effet. Exténuée de voir ses tentatives vaines, elle lâcha ce bidule tout moche et le jeta contre le sol un peu plus fort que nécessaire. La coupe se mit à rouler par terre dans un bruit métallique insupportable, s'arrêtant aux pieds d'un(e) nouveau(elle) venu(e). Ah, oups ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10650-rebecca-a-mi-me-gusta-
Appoline Blackwood
KICK ASS GIRL
So when do we destroy
the world, already?
avatar

☞ Copyright : Gipsy Love and Tumblr
☞ Dispo pour rp : Non

Féminin Messages : 31
Date d'inscription : 31/07/2011
Gallions : 0

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Aliénor de Maurpassant ♦ Ondine Akeller

MessageSujet: Re: Kick ass girls are in • APPOLINE   Dim 14 Aoû - 14:09


KICK ASS GIRLS ARE IN!
    LA SOLITUDE. Appoline y était habituée. Depuis son entrée à Poudlard, elle s'était démarquée des autres à cause de sa passion démesurée pour le professeur Rogue, alors que les autres enfants de son âge le craignaient ou préféraient rester à une distance raisonnable de lui. Il inspirait la crainte même chez les Serpentard, alors que Appoline l'idôlatrait à tel point qu'elle aurait accroché des affiches de lui dans sa chambre si elle en avait eu. Elle avait d'ailleurs glissé un appareil photo dans le cachot du professeur lorsqu'elle était en deuxième année, mais avait retrouvé l'appareil la fois suivante en train de macérer dans du jus de punaise. A son humble avis, Rogue n'avait pas apprécié son geste. Il était si sensible...

    Appoline n'avait pas d'amis. A son arrivée à Poudlard, quelques enfants de son âge l'avaient abordée, puisqu'elle était issue d'une noble et longue lignée de sorciers, et ils avaient voulu la faire rejoindre le club des "héritiers au sang pur", mais la fillette avait décliné l'offre. Elle n'aimait pas les gens qui avaient des idées trop arrêtées et qui ne savaient pas s'amuser. Au fil des années, elle avait établi tout au plus quelques connaissances, mais depuis que son père était devenu Ministre de la Magie, tout le monde avait subitement changé de comportement : des élèves lui proposaient de recopier leurs notes de Métamorphose, d'autres lui faisaient des cadeaux pour ensuite lui demander quelque service, d'autres encore s'enfuyaient à son arrivée, comme s'ils craignaient qu'elle ne rapporte certaines choses à son père. Les idiots... Pensaient-ils vraiment qu'elle parlait avec lui, qu'il avait du temps à lui consacrer ? Tout d'abord, ce retournement de situation lui avait plu. Elle était soudainement devenue le centre de l'attention. La petite princesse de Poudlard. Puis, elle s'était rendue compte de leurs motivations réelles : la peur, l'appât du gain. Depuis ce jour-là, elle s'était encore plus isolée, cherchant la quiétude dans des endroits déserts du château.

    Ce jour-là, elle engloutit rapidement son petit-déjeuner, ignorant les énièmes compliments ou demandes de service de ses camarades, et sortit de la Grande Salle. Elle traversa rapidement le hall, monta plusieurs escaliers et déboucha dans un couloir désert, seulement traversé par quelques courants d'air. Appoline laissa échapper un petit soupir de soulagement et arpenta rapidement le corridor. Soudain, elle se retrouva nez à nez avec Peeves, l'esprit frappeur.

    Oh non. C'était parti pour un tour.

    "Oh mais tiens ! C'est l'héritière Blackwood !" caqueta Peeves en lui bloquant le passage, sa masse transparente flottant entre le sol et le plafond.

    "Dégage, Peeves !"
    s'écria-t-elle en faisant semblant de l'attraper.

    L'esprit frappeur eut un rire goguenard, et se déplaça de quelques millimètres, rien que pour l'énerver.

    "Appoline fait grise mine ! Elle n'a pas d'ami ! Elle se cache comme une lâche ! Elle n'a pas d'ami !"

    En plus de trouver des paroles désagréables, Peeves ne savait pas chanter. Sa voix haut perchée écorchait les oreilles. Appoline pencha la tête, front en avant comme pour cogner, ses joues devenant rouges. Elle serra les poings et lança un regard noir à l'esprit frappeur, et il continua à se moquer jusqu'à ce qu'elle dise d'une voix étonnamment calme :

    "Peeves, si j'étais toi, je partirais très vite. Très très vite. Le Baron Sanglant ne va pas tarder à arriver. Tu sais très bien que je peux l'invoquer."

    L'esprit frappeur perdit aussitôt tout couleur, si la chose était possible, et fila comme une flèche pour passer au travers du mur. Appoline resta immobile quelques secondes et secoua la tête devant la stupidité de ce fantôme. S'il y avait une chose que Peeves craignait, c'était le Baron Sanglant, et la jeune fille avait une certaine emprise sur lui depuis qu'elle lui avait fait croire qu'elle pouvait l'invoquer comme bon lui semblait. Il faut dire que la fois où elle avait dit cette baliverne, le Baron avait surgi de nulle part, pile au bon moment. C'était une hasard qui avait très bien fait les choses.

    Elle poursuivit donc son chemin, ouvrant la porte de la salle des trophées. Un objet roula alors jusqu'à elle. Baissant les yeux, elle reconnut la coupe que son grand-oncle avait reçu pour service rendu à l'école. Il avait débarassé Poudlard d'une Tentacula Vénéneuse qui avait pris des proportions tellement énormes qu'elle avait condamné une tour. Appoline ignorait comment il s'y était pris pour la déloger, mais cet exploit avait fait le tour de la famille. Avec un haussement d'épaules, elle se pencha pour la ramasser, et s'avança vers la jeune fille qui l'avait fait tomber. Elle lui adressa un sourire en voyant qu'il s'agissait de Rebecca.

    "Tiens, je crois que tu as fait tomber ça." dit-elle en lui tendant la coupe.

    Elle ne se demanda pas une seconde comment il était possible qu'une coupe poussièreuse tombe de son piédestal. Peut-être que Becca s'entraînait à jeter des sortilèges ? Peu importe, de toutes façons, ce n'était que des vieux trucs.

    "Je viens souvent ici pour décompresser. C'est comme un musée, personne ne vient ici."

    Elle se tut, observant quelques secondes la salle dans son intégralité, puis posant les yeux sur Rebecca, elle demanda avec un sérieux étonnant :

    "Tu n'as pas l'impression que les gens sont des poissons rouges ? Ils me regardent tous avec des yeux ronds comme des billes. C'est assez énervant, je n'ai pas envie qu'ils attrapent une conjonctivite par ma faute..."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10779-appoline-on-devrait-to
Rebecca Weaving
BLAME IT ON THE GIRL
who know what to do.
avatar

☞ Copyright : tasty.paprika & shocking princess
☞ Dispo pour rp : houboueboue ?

Féminin Age : 22
Messages : 385
Date d'inscription : 12/06/2011
Gallions : 821

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Sullivan-Walker.

MessageSujet: Re: Kick ass girls are in • APPOLINE   Sam 20 Aoû - 13:58

Lorsqu’elle vit que le « tape l’incruste » était de sexe féminin, blonde, pas si grande que ça également et qu’elle répondait au nom d’Appoline, la jeune Poufsouffle eut du mal à contenir un grognement frustré. Elle a le don pour arriver au bon moment, celle-là. Toute innocente en plus de ça. Comme si elle ne remarquait pas encore la ride furieuse trônant sur le front de la jaune et noire, dévoilant à elle seule l’agacement la rongeant avant son intervention. Tentant de se calmer, Rebecca croisa les bras sur sa poitrine en prenant soin de glisser sa baguette dans la poche de son jean en toute discrétion. Il n’y avait pas de quoi perdre son calme voyons ! Ce n’était qu’une stupide coupe comme une autre ! Elle aurait la sienne aussi, un jour. Comme… une récompense pour avoir réussi à rendre la garde robe du professeur de sortilèges totalement incontournable, quelque chose dans ce genre. Elle ne prit pas la peine de récupérer l’objet, à quoi bon, elle n’en voulait pas. Qu’il pourrisse dans son coin, tout seul, ça lui conviendrait parfaitement.

Mieux valait dissimuler son agacement, se contenter d’hocher la tête en réponse à ses paroles. Comme si Rebecca n’avait que ça à faire, traîner dans cet endroit poussiéreux. Elle préférait se balader dans la salle sur demande, où elle pouvait refaire le stock niveau vêtements et accessoires – chacun ses priorités, après tout. Elle ne dénigrait pas ceux qui préféraient passer du temps à observer des vieilleries sans intérêt, c’était dans leur droit… Sans intérêt ? Sérieusement ? Alors qu’elle était en totale extase en arrivant dans la pièce ? Et bien quoi… La jeune Weaving était du genre à changer d’avis comme de chaussures, ce n’était pas de sa faute. Elle ne supportait surtout pas d’être en position d’infériorité, ce qui serait le cas si elle avouait accorder une importance à un nom sur une médaille. Cela signifierait qu’elle était moins importante que tous ces gens récompensés, ce qu’elle n’était psychologiquement pas prête à accepter. C’était ça aussi, le problème avec Blackwood. Oh, elle l’aimait bien, mais sa notoriété soudaine avait… modifié ses plans. Plutôt que de la voir comme une hystérique au goût trop prononcé pour les coupes de cheveux étranges de Rogue, à qui elle devrait tout apprendre sur l’importance de l’apparence dans cette société, et bien elle devait se la visualiser comme une potentielle rivale future. Pas des moindres, en plus.

C’est encore pire lorsque l’on doit se confronter à une personne que l’on apprécie, parce qu’au fond, on ne veut pas vraiment entrer dans le conflit, créer des tensions inutiles. C’était exactement le cas de Rebecca, ce pourquoi elle préférait le silence à des attaques vexantes qu’elle pourrait regretter plus tard. Elle savait très bien, en plus de cela, qu’Appoline ne se laisserait pas faire et que cela pourrait durer longtemps. Autre problème : elle était l’une des rares à oser la remettre à sa place de… petite fille tout à fait banale. C’est vrai, après tout, même si son père était influent, il ne voulait même pas d’elle. Claquant la langue à cette simple pensée, la Poufsouffle adressa un regard interrogateur tandis que son interlocutrice commençait à parler de.. poissons ? Oh, elle aimait bien les poissons, oui. Ce n’était pas ça la question ? Penchant la tête sur le côté, le temps de capter l’information correcte après cet instant de transe, elle eut un léger bug cérébral alors que les paroles de la verte et argent commençaient à reprendre tout leur sens.

Elle en faisait exprès, il n’y avait pas d’autres explications. Cette coupe ne suffisait pas, elle avait besoin de la descendre indirectement pour se sentir bien, c’était dans les gènes de ces vipères de Serpentard de toute manière. Elle insinuait que tout le monde lui bavait dessus, la vénérait et ferait n’importe quel sacrifice en son nom – pas comme ça, en effet, mais c’était le sens caché que Becca y lisait. D’abord vexée d’un tel affront, elle passa rapidement à l’amusement. Comme quoi, elle le remarquait quand même, qu’on l’observait de tous les côtés à cause de son père Ministre – dur de le louper, faut dire. Elle prétendait y être indifférente… mais tout le monde finit par prendre goût au succès, elle était bien passée pour le dire. « Les élèves de cet école sont tous bizarres. Tellement bêtes qu’ils s’extasient dès qu’ils voient quelqu’un d’un peu particulier, comme nous, tu vois. C’est comme les moldus avec les X-men. » Une référence assez étrange venant d’une sang pur, c’est vrai. Mais elle avait passé de longues journées VHS, lorsque sa mère était en plein examen, ou encore quand elle n’avait rien d’autre à faire chez elle pendant les vacances de Noël – elle n’avait jamais vraiment aimé les fêtes de famille.

Se comparer à un être humain génétiquement modifié capable d’actes plus ou moins extraordinaires, c’était quand même osé. Becca avait une grande estime d’elle-même, on y était habitué, après tout elle n’était pas loin de la vérité : en tant que sorcière, elle pouvait contrôler, modifier, prédire certaines choses, non ? S’adossant à un mur, prenant un air compréhensif et tout à fait innocent, elle continua. « Certains vont te prendre comme modèle, comme ces folles qui commencent déjà à s’habiller comme toi, d’autres vont avoir envie de se rapprocher pour s’assurer un job futur bien payé, et les autres… » Son ton sérieux faisait peur à entendre, carrément. Déjà que sa voix montrait un certain ennui alors qu’elle avouait qu’une TRES GRANDE minorité de midinettes était déjà adeptes de la tendance Blackwood… Elle s’en fichait, elle, elle était vénérée par les jeunes de Serdaigle ! « Les autres vont vouloir se débarasser de toi. » Vraiment, elle faisait peur. « Faut faire très attention, y’a des dingues sadiques partout ici. Surveille tes arrières. » Elle n’essayait pas du tout de la rendre parano, pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10650-rebecca-a-mi-me-gusta-
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kick ass girls are in • APPOLINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Kick ass girls are in • APPOLINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ϞϞ RPG : La Prestigieuse Ecole de Magie, Poudlard ϞϞ :: ϞϞ Intérieur de Poudlard ϞϞ-
Sauter vers: