Les reflets sur les bulles de savon sont le monde dans lequel nous vivons.
    Cher visiteur,

    Tu viens de pénétrer dans une zone de quarantaine!! Tout le monde peut entrer, mais sortir d'ici est impossible. Ainsi, tu n'as plus d'autre choix que de t'inscrire mais attention !! Les membres de ce forum sont fou, psychopathe et complètement atteint de la cervelle, fan de ship, bizarre... Le staff de ce forum aime le sang, les morts et le sadisme... Cher visiteur, si tu es un minimum drôle et déluré, alors les personnes composant Deathly Hallows sont tes amis!!

    De toute façon tu n'as plus le choix, tu es contaminé, tu es perdu... Tu vas bientôt devenir toi aussi un ADC (Atteint De la Cervelle) et ça ne se guérit pas alors n'attend plus, et inscris-toi."


    On est pas obligé d'être fan d'Harry Potter pour s'inscrire sur ce forum. :-) Laissez nous notre chance, vous verrez qu'on est pas méchant. ̿ ̿̿'̿'̵͇̿̿з=(•̪●)=ε/̵͇̿̿/'̿'̿̿̿ ̿ ̿ ̿



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les reflets sur les bulles de savon sont le monde dans lequel nous vivons.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Konrad I. Detweiler
Chapelièrement vôtre !
avatar

☞ Copyright : Melina, Bazzart et Tumblr, ça change souvent.
☞ Dispo pour rp : Ouaip' :)

Féminin Age : 22
Messages : 95
Date d'inscription : 28/06/2011
Gallions : -219907

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Stella, Nathan et Connor

MessageSujet: Les reflets sur les bulles de savon sont le monde dans lequel nous vivons.   Lun 25 Juil - 12:51


Kaylee Carter et Konrad I. Detweiler




      Suite du bord du lac.

      Disons que ce fameux calamar n’y avait pas été de main morte. Konrad préférait mille fois la viande rouge, saignante, à un crustacé étrange, en surpoids, régnant dans le lac de Poudlard. Kid et son amie de Gryffondor se précipitèrent à l’intérieur du château, en commençant à grelotter. La jeune fille aux cheveux de feu avait prit ça à la plaisanterie, serrant sa main dans celle de nôtre jeune Serdaigle, en proclamant ce début de mâtiné comme un « rendez-vous ». Peut être pas bien organisé, mais on peut dire qu’il rendait heureux nôtre chapelier. Dans le hall, ils restèrent quelques instants à profiter de la chaleur bienvenue des torches et du calme qui faisait encore rage dans l’enceinte du château. Il était encore tôt et les élèves dormaient en ce dimanche bien mérité. Konrad se dirigea en clapotant jusqu’à l’entrée de la Grande Salle, presque vide, sous quelques rires de premiers année, venue prendre un chocolat chaud avant de retourner jouer dans leurs chambres. Konrad eu un sourire et attrapa une tartine qu’il avala en quelques bouchées.

      « On ferait mieux d’aller ce changer… Je crois qu’on laisse des traces. » En effet, de nombreuses tâches d’encres précédaient leurs pas. Kid voulut remettre son chapeau sur la tête, par habitude, quand ce dernier, apparemment rempli d’eau noircie, lui tomba sur sa tignasse brune. Il avait lâché la main de Kaylee, et heureusement, sans ça il l’aurait éjectée de quelques mètres. Il avait levé les deux bras, arqués, par surprise. La bouche ouverte, il toussota avant de retirer le couvre chef dégoulinant, complètement trempé. On eu à peine le temps de se mettre à rire dans l’assemblé, Kid y comprit, quand le concierge de l’école, Mr Rusard, arriva, accompagné de sa fidèle chatte Miss Teigne, ses grands yeux de félins vous perçant du premier regard, pire qu’un basilic. On crut entendre un « Oups. » de la bouche de Konrad avant que le vieil homme sénile se mette à hurler, son balai à la main. Pour quelques traces de pas encrés… Vraiment rabat joie. Kid lui sourit de toutes ses dents en se grattant la tête et prit la main de Kaylee avant de se diriger vers lui. Allaient-ils se livrer ? Bien sûr que non jeune lecteur ! Jamais de la vie.

      « La forme monsieur ? » Articula Kid en souriant, se passant l’autre main derrière la tête. Le vieil homme se mit à hurler de nombreuses menaces de mort. Pendant ce temps, Kid susurra un excellent conseil à l’oreille de sa petite amie. « Si tu veux mon avis… Ce n’est que le mien hein mais… COURS ! » Sans attendre, ils passaient devant le vieux Cracmol avant de grimper quatre à quatre les escaliers, en glissant par moment, à cause de l’eau logée dans leurs chaussures.

      Kid freine à un virage avant d’atteindre une pièce, fermée par un mot de passe. Ils avaient prit de l’avance sur le concierge, qui risquait cependant d’arriver à tout moment. Konrad s’agrippa les cheveux et jura devant la porte. Le mot de passe ? Ah oui c’est vrai y a un mot de passe. Konrad réfléchit en entendant Rusard arriver.

      « Euh… Rouget… Corbeau… Bureau… Pif paf pouf ! J’en sais rien moi ! » Kid se tourna vers son ami au cheveux rouge. « Ça sent le sapin tout ça… »

      On entendu un clic sonore, puis la porte s’ouvrit. Sapin… Ok. Les dirigeants de cette école devraient faire plus attention avec leur mot de passe étrange. Il laissa Kaylee refermer la porte en avançant à petits pas dans la pièce. C’était la première fois qu’il la voyait. Quelque chose de sublime. Des dizaines de robinets, de la couleur, des tableaux magnifiques et une ambiance partiellement réconfortante. Kid posa son chapeau sur un guéridon et n’osa plus rien dire. C’était vraiment une pièce fascinante. Il était comme ça, nôtre Serdaigle. Il aimait regarder de belles choses. Cette pièce était vraiment unique. Konrad se tourna vers Kaylee en souriant.

      « T’as vu ça !? C’est génial ici ! » S’exclama-t-il en désignant de la main l’ensemble de l’endroit savonneux. D’ailleurs, il se dirigea vers les robinets et en actionna un, pour voir ce que ça faisait. Puis deux, puis trois. Enfin, tous les robinets versaient de l’eau colorée, de la mousse et des bulles. Assit sur le rebord, il stoppa les chutes d’eau, une fois la baignoire, de la taille d’une piscine pratiquement, fut remplie comme il fallait. S’y baigner, pourquoi pas ? Kid eu les joues enflammées parce que l’espace d’un instant, il avait complètement oublié qu’il était en compagnie d’une fille. Cet instinct de pudeur le bloquerait-il ? Non, pas à ce point, disons simplement qu’il était intimidé. Il retira pour le moment juste sa veste humide et la posa sur le guéridon, ainsi que sa baguette qui se trouvait dans la poche de son pantalon, intacte. Rabattant ses cheveux en arrière, complètement trempée eux aussi, il se tourna vers Kaylee et sourit.

      « Une chance d’être entré ici. » Réussit-il à articuler, un sourire gêné sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10139-konrad-i-detweiler http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10443-les-rp-s-de-konrad#114830 http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10144-kid-not-mad-oh-just-maybe-a-bit
Kaylee Carter
Little Red Mushroom ! ◊
avatar

☞ Copyright : Colorblind
☞ Dispo pour rp : Nope. ^^

Féminin Age : 26
Messages : 476
Date d'inscription : 14/06/2011
Gallions : -219562

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Lelandra B. Sandman

MessageSujet: Re: Les reflets sur les bulles de savon sont le monde dans lequel nous vivons.   Lun 25 Juil - 16:30

Kaylee & Konrad
« Les Reflets sur les Bulles de savon sont le Monde dans lequel nous vivons. »


Dégoulinante. C’était le mot le plus approprié pour décrire la rouquine a cet instant précis. Konrad la traîna vers la grande salle et elle réalisa qu’elle n’avait pas pris de petit déjeuner. Elle, la gourmande invétérée, avait oublié, toute perturbée qu’elle l’était. C’était une bonne occasion de se rattraper. Sans prêter attention aux rires qui secouaient les autres élèves présents en les voyant, elle scruta la table à la recherche de… Muffins ! Ah, elle devait venir plus tôt, il y en avait beaucoup plus que d’habitude. Un plat entier remplit de toutes les saveurs possibles. ♦ - Venez là mes jolis… Elle se posa sur le bord d’une chaise et tendit le bras, en attrapant un au chocolat dans lequel elle mordit à pleine dent.

« On ferait mieux d’aller se changer… Je crois qu’on laisse des traces. » Certes, mais elle n’avait pas envie de se séparer de lui si vite. Elle n’était pas au mieux mais quelle importance, elle était avec lui et mangeait des muffins. Que demander de plus... Il voulu remettre machinalement son chapeau sur sa tête, malheureusement toute l’eau qu’il contenait encore se déversa sur le pauvre Serdaigle. Kaylee s’étouffa de rire avec son gâteau, et du se précipiter sur son verre de jus de citrouille pour faire passer le morceau assassin. C’est à ce moment que Rusard fit son apparition. La Gryffondor connaissant l’animal, remit la douceur sucrée dans sa bouche, et prit tranquillement trois muffins de plus entre ses bras : myrtille, pépite de chocolat et banane. Bah quoi, on peut pas savoir à l’avance de quoi on va avoir envie. Elle se leva et se posta juste à côté de Konrad, ce dernier lui saisit la main qui n’était pas occupée par les sucrerie, elle savait parfaitement ce que cela impliquait. Sans écouter le vieux concierge, elle se tourna vers les autres élèves présents et s’inclina légèrement. Comme un salut de théâtre avant le grand départ. Au signal, elle bondit à la suite du brun vers les escaliers, laissant un homme et un chat face au vide.

Elle n’avait pas la moindre idée de l’endroit où il l’emmenait, mais ça n’avait pas grande importance pour elle. Jusqu’à ce qu’il s’arrête devant une porte qu’elle connaissait bien. La salle de bain des Préfets ?! Mais à quoi est-ce qu’il pense, sérieusement ! Pas le temps de s’en préoccuper, leur poursuivant serait bientôt sur eux et apparemment il ne connaissait pas le mot de passe. ♦ - Fapin’ ! Bien sûr avec le gâteau dans la bouche c’était moins clair de suite. Elle le connaissait par Lizzie, qui le connaissait de… Dieu sait qui ! Heureusement il trouva la solution tout seul, un peu, beaucoup par accident. Ils entrèrent tout deux rapidement au moment où la porte daigna s’ouvrir, et la jeune fille la referma d’un coup sec. En se retournant, elle en aurait laissé tomber son précieux chargement, elle ne s’attendait pas… à ça. Avisant une table basse près d’elle, elle y déposa le tout pour pouvoir faire le tour des lieux tranquillement.

Konrad avait eu la même idée qu’elle parce qu’il s’extasiait sur la décoration et se dirigeait vers les nombreux robinets. Elle-même était sous le charme de l’endroit. Elle s’approcha d’une armoire et en ouvrit les battants, à l’intérieur des serviettes qui paraissaient tellement moelleuses qu’on aurait pu perdre un teckel à l’intérieur. Près de la baignoire, des sels de bains de toutes les couleurs dans des bocaux éparpillés un peu partout. Elle en attrapa quelques uns qu’elle ouvrit délicatement avant de les reposer. Elle n’était jamais venue avant, comme quoi elle avait vraiment manqué un truc pendant toutes ses années. Se tournant vers son petit ami pour lui faire la remarque, elle se figea légèrement. Elle venait de se rappeler ce détail stupide mais ô combien important à l’heure actuelle : c’était une salle de bain. Ok… Pas la peine de commencer à avoir des idées perverses à peine arrivée. Il avait posé sa veste avec sa baguette avant d’aller s’asseoir sur le bord de la baignoire. Elle voulait bien faire des efforts pour ne pas se jeter sur lui, mais il ne lui facilitait pas vraiment les choses. La jeune fille suivit son exemple se dirigeant vers le guéridon, sortit la baguette qu’elle avait dans sa poche et la mis à côté de la sienne. Tant qu’à y être, elle posa ses baskets qui étaient complètement imbibés d’eau et fuyaient depuis le bord du lac.

« Une chance d’être entrés ici. » A l’entendre, lui aussi semblait un peu nerveux. Bien, ils étaient tous les deux dans le même bateau maintenant. ♦ - Ouais… Elle n’en menait pas large non plus, mais faire illusion, ça elle sait bien faire. Pieds nus, elle s’approcha et s’assit à côté de lui. En voyant la baignoire pleine mousse, elle se pencha et retourna le bas de son pantalon jusqu’à ses genoux avant de tremper ses orteils dans l’eau. ♦ - Mais un tantinet gênant quand même. Autant être sincère, elle aurait difficilement pu le cacher de toute manière. Le silence commençait à s’installer. Aaaaah décidément elle ne supporte pas ça. Elle eu une idée stupide tout à coup (en a-t-elle jamais eu une intelligente…). Elle hésita un quart de seconde à peine avant de se jeter à l’eau. Toute habillée, elle alla se poster tranquillement contre un bord. ♦ - De toute manière mes fringues étaient foutues alors... Se déshabiller l’un devant l’autre pouvait être problématique, dans l’eau, cachés par la mousse, plus de problèmes.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t9996-kaylee-carter-keep-calm http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10198-kaylee-carter-little-red-mushroom http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10014-kaylee-carter-everything-s-shiny
Konrad I. Detweiler
Chapelièrement vôtre !
avatar

☞ Copyright : Melina, Bazzart et Tumblr, ça change souvent.
☞ Dispo pour rp : Ouaip' :)

Féminin Age : 22
Messages : 95
Date d'inscription : 28/06/2011
Gallions : -219907

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Stella, Nathan et Connor

MessageSujet: Re: Les reflets sur les bulles de savon sont le monde dans lequel nous vivons.   Lun 25 Juil - 20:02


Kaylee Carter et Konrad I. Detweiler





      Situation gênante : Perdre son pantalon en cours de gym, dégringoler les escaliers la tête la première, appeler McGonnagall mamie. Mais là, cette situation presque amusante était un tantinet inappropriée. Bien sûr, Konrad aurait pu agir de manière plutôt macho, en lui proposant de se déshabiller et d’aller dans l’eau pour se câliner, mais Kid n’était pas comme ça. Ce n’était pas son truc, déjà d’une. Il n’avait jamais eu de petites amies et ne voulait pas profiter d’elle de cette manière. Pas pour le moment. Ça aurait pu paraître hypocrite, tout ça parce que c’est un garçon, mais c’était pourtant le cas. Il n’était ni un gougeât, ni un gros porc assoiffé de filles et de sexe. En aucune façon. Il aurait aimé resté là, tranquillement assit. Mais un éternuement lui échappa. Aurait-il attrapé froid le pauvre chou ? Kid sourit pendant que Kaylee s’approchait, s’asseoir à côté de lui sur le rebord de la piscine. Seulement, jamais de la vie il n’aurait pensé à cet agissement de sa part.

      Alors qu’il la regardait remontrer le bas dégoulinant de son pantalon, avec un léger sourire aux lèvres, Konrad cligna des yeux plusieurs fois par surprise. Kaylee s’était littéralement jetée à l’eau. Il la regardait avec des yeux grands ouverts. Elle était comme ça. Imprévisible. Le jeune Serdaigle se mit à rire. « Ah bah là pour le coup… » Murmura-t-il, surtout pour lui. On pouvait voir les bretelles de son soutient gorge à travers le tissus trempé.

      Konrad retira ses rangers qu’il déposa près du guéridon. Il aurait tout le temps de sécher le tout d’un coup de baguette plus tard. Il retira son pantalon en prenant soin de défaire la boucle de sa ceinture en cuir. Le tout tomba à ses pieds, en forme de baiser. Il plongea le bas de son corps dans l’eau, aillant gardé son caleçon à rayure bleu sur fond blanc, puis déboutonna sa chemise. Elle lui collait au corps, marquant chaque détails de son corps. Il la jeta par-dessus bord. Cette dernière tomba en un slash mou, sans sentiment. Konrad grelotta par la différence de température. Peut être à cause du stresse aussi. Le jeune Serdaigle sourit à son amie avant de s’enfoncer un peu plus dans l’eau savonneuse.

      « Bon bah finalement ça va. » Déclara-t-il comme s’il venait d’accomplir quelque chose d’exceptionnel. Il se trouvait dans une situation délicate. Parce qu’il ne savait pas comment se comporter avec Kaylee. Dans l’idéal, et sans cérémonie, il l’aurait serré dans ses bras, lui parler d’eux, de tout l’amour qu’il lui portait. Mais non. Ça ne se passait pas comme ça. Ce n’était pas dans son caractère. Kid était en face d’elle. On pouvait sentir le parfum pêche de ses cheveux, mis en évidence par les vapeurs d’eau chaude. Leur souffle s’entremêlaient de loin, sans pour autant qu’ils ne s’embrassent. C’était une situation très intense. Un peu plus et il l’aurait attrapé et embrassé avec fougue. Non. Il se contenta de lui tenir la main dans l’eau.

      « Je peux ? » Demanda-t-il avant de l’embrasser du bout des lèvres. Une des mèches de cheveux de la belle Gryffondor lui caressait la tempe. Un frisson s’empara de Konrad jusqu’à qu’il relâche le menton de Kaylee, qu’il tenait d’une main. Peut être que l’affection tactile était la chose la plus évidente pour prouver toute l’affection qu’il lui portait. De toute manière, les mots étaient trop difficiles à prononcer et restaient en travers de sa gorge, comme un jus de citrouille qu’on aurait avalé de travers. Il n’y arriverait pas. Pourtant, il avait déjà fait des efforts. Il était venu vers elle, démontrait son amour d’une manière ou d’une autre.

      De plus, il était rare que le Serdaigle se montre ainsi devant qui que ce soit. Même ses camarades de Quidditch ne l’avaient jamais vu sous la douche. On pouvait voir quelques marques sur son torse, à peine visible, comme un bronzage qui aurait laissé de vilaines marques. Le pire était dans son dos. De grandes cicatrices blanches, comme des traces d’un glaive qu’on aurait un jour passé à ras de sa chair, luisaient d’avantage que sa peau sous l’eau claire et chaude. La musculature de son dos était plutôt agréable. Etant batteur, il avait le haut du corps bien sculpté. Mais les traces et cicatrices gâchaient un peu le tout, ou lui donnait un côté mélancolique, suivant les goûts. Elles étaient nettes, même belles, et surtout, témoignaient d’un lourd passé. Konrad avait rouvert les yeux et souriait à sa rouquine. Leurs yeux ne pouvaient s’empêcher de se plonger l’un dans l’autre. Pénétration visuelle d’un échange fougueux, sans geste déplacés. Peut être une caresse qu’il lui adressait avant de cesser complètement de la toucher, de sa joue jusqu’à son épaule, en passant par les ligaments de son cou. Tout restait très doux, très poli et très Konrad.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10139-konrad-i-detweiler http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10443-les-rp-s-de-konrad#114830 http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10144-kid-not-mad-oh-just-maybe-a-bit
Kaylee Carter
Little Red Mushroom ! ◊
avatar

☞ Copyright : Colorblind
☞ Dispo pour rp : Nope. ^^

Féminin Age : 26
Messages : 476
Date d'inscription : 14/06/2011
Gallions : -219562

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Lelandra B. Sandman

MessageSujet: Re: Les reflets sur les bulles de savon sont le monde dans lequel nous vivons.   Mar 26 Juil - 22:17

Kaylee & Konrad
« Les Reflets sur les Bulles de savon sont le Monde dans lequel nous vivons. »


Parfois certaines impulsions sont les bonnes. Sauter à l’eau s’avérait être sans doute la meilleure chose qu’elle aurait pu faire en la circonstance. Elle était toute fière. Et à ceux qui auraient pu la trouver idiote elle aurait simplement répondu que faire les choses dans le désordre, c’est toujours mieux que de ne rien faire du tout. Et toc ! Maintenant, il n’avait plus qu’à la rejoindre au milieu des bulles. Elle avait dépassé le stade où elle aurait pu s’offusquer pour des broutilles, maintenant sa timidité des premiers instants s’effaçait doucement pour laisser place au simple plaisir de sa compagnie et à l’excitation dans lequel la plongeait de manière inexorable la situation. Quand il commença à défaire sa ceinture, elle posa sa main pudiquement devant ses yeux observant à travers ses doigts sans la moindre discrétion, un sourire mutin aux lèvres. Finalement dans l’eau il aurait du se détendre, au lieu de quoi il sembla indécis. C’était une torture d’être indécis précisément à ce moment là. Au milieu des vapeurs d’eau chaude, leurs corps à quelques centimètres l’un de l’autre, les mains s’entrelaçant doucement.

« Je peux ? »

♦ - Quand tu veux…

C’était sortit tout seul. En même temps, c’était tellement mignon qu’il lui pose la question comme ça, qu’est ce qu’elle aurait pu lui répondre d’autre... Un baiser léger, elle l’apprécia et le regretta : elle en voulait plus, mais elle saurait se retenir. La douceur d’un détail est plus importante pour elle qu’un millier de gestes osés. Son cœur battait encore à tout rompre quand il détacha ses lèvres des siennes. Elle aurait été incapable de détacher ses yeux de lui, même si sa vie en dépendait. Quoique… elle les ferma pour profiter de sa caresse le long de son cou. Il avait un sens aiguisé de la torture, ou pas la moindre idée de l’effet qu’il lui faisait. Elle frissonna légèrement. Si elle restait là sans bouger, elle allait devenir folle. La rouquine attrapa la main de son vis-à-vis maintenant sur son épaule et la dégagea doucement.

♦ - Si tu continues, je ne te garantie pas de pouvoir rester tranquille…

Elle voulait atténuer son geste pour qu’il ne pense pas qu’elle n’appréciait pas, c’était plutôt le contraire en fait. Elle appréciait trop, et elle ne voulait pas aller trop vite. Profiter de sa présence au calme avec elle, sans se soucier du reste, pas la peine de se presser. Son regard tomba sur les marques sur son torse et son sourire s’affaissa. Elle tendit la main et en effleura une du bout des doigts. Délicatement, comme si la chair était encore à vif et qu’elle craignait d’empirer la blessure alors qu’elle était cicatrisée depuis bien longtemps. Elle jeta un coup d’œil à Konrad, entre la panique et l’indignation. Elle n’arrivais pas à savoir si elle devait être triste pour lui ou en colère contre celui, celle, qui lui avait fait ça. Son expression devait correspondre à ce qu’elle ressentait, passant d’une émotion à l’autre sans arriver à se décider. Avisant une coupure sur son flanc, elle avança et passa derrière lui, la suivant du doigt jusque dans son dos. Elle passa sa main pour enlever la mousse qui en recouvrait une partie. C’est pas vrai… Elle savait… elle avait compris que sa mère le maltraitait, mais… Elle était juste derrière lui, il ne pouvait donc pas la voir, elle aurait voulu dire quelque chose… Son silence avait quelque chose de choquant qu’elle ne s’expliquait pas. Et parler pour dire quoi, quels mots auraient pu traduire le maelstrom de sensations et de pensées qui s’agitaient dans sa tête.

Ses mains étaient toujours posées sur le bas de son dos, tremblantes. Elle se décida à les bouger pour passer ses bras autour de lui, le serrant fort contre elle. Ne pas le lâcher, sous aucun prétexte. Elle eu l’impression de pleurer, mais n’en était pas vraiment certaine.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t9996-kaylee-carter-keep-calm http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10198-kaylee-carter-little-red-mushroom http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10014-kaylee-carter-everything-s-shiny
Konrad I. Detweiler
Chapelièrement vôtre !
avatar

☞ Copyright : Melina, Bazzart et Tumblr, ça change souvent.
☞ Dispo pour rp : Ouaip' :)

Féminin Age : 22
Messages : 95
Date d'inscription : 28/06/2011
Gallions : -219907

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Stella, Nathan et Connor

MessageSujet: Re: Les reflets sur les bulles de savon sont le monde dans lequel nous vivons.   Mar 26 Juil - 23:08


Kaylee Carter et Konrad I. Detweiler





      Elle avait le don aiguisé pour mettre Konrad sur un petit nuage. Un nuage de guimauve sur lequel il resterait pendant des heures. Plus elle lui laissait le champ libre, plus il en profitait, pour lui démontrer son affection, en lui accordant de légères caresses qui se voulaient pleine de sentiments. Kaylee repoussa le geste de Kid d’un léger mouvement. Une parole qui résonnait dans la tête du Serdaigle. Apparemment, la passion était si intense qu’il valait mieux se retenir, avant de faire quelque chose de regrettable par la suite. Elle avait entièrement raison, mais l’envie était partiellement tentante. Acquiesçant d’un signe de tête, Konrad lui sourit.

      « C’est plutôt tentant mais ce n’est pas bien. » Murmura-t-il avec douceur. Pas bien ? Dans le sens « trop excitant pour oser » sans doute. Il se tût pendant quelques minutes. Peut être n’aurait pas t’il dû. Kaylee posa une main sur son torse. Malgré l’eau qui leur apportait une tiédeur très agréable, Konrad fut parcourut d’un frisson. Ce contact avec ses doigts, était plaisant, mais très étrange. Il en avait presque peur. Et on avait vite comprit pourquoi. Kaylee découvrit une ligne blanche qui suivait le tracé de son flanc jusqu’à son dos. Nôtre protagoniste voulut reculer, fuir, mais il ne fit rien. Il restât là, la totalité de ses muscles crispés sous l’effet du contact avec la belle Gryffondor.

      « Non mais c’est… » Mais non. Il n’arrivait à rien dire de plus. Il la laissa se placer derrière lui, en touchant ces marques de tortures sur son corps. Il soupira légèrement, parce qu’il était sincèrement désolé qu’elle voie ça. La musculature de son dos était, comme elle pouvait le voir, constellée de traces diverses. Kid avait prit l’habitude de les avoir sur lui, mais il n’appréciait pas les dévoiler comme ça. Et il fallait qu’elle les voie. Il n’y avait même pas pensé, alors qu’il s’était dénudé partiellement devant elle.

      Ces traces, elles avaient bien des raisons de rendre triste. Parce que quand on les voyait, on savait parfaitement qu’elle avait été affligée assez violemment, entre les coups physiques et magiques, sous les pleures d’un enfant. Quoi qu’à la fin, avant cet incident, lorsque la mère de Konrad était prise de crise de panique, de pleure, son fils venait devant elle, pour qu’elle passe ses nerfs sur lui. Elle y allait parfois fort. Mais personne, ni lui ni son père, n’avaient osé la laisser. Jusqu’au jour où ce fut le coup de trop, où Kid voulut fuir et qu’il passa devant elle pour descendre les escaliers, qu’il l’a poussa pour se défendre, et qu’elle se brisa le cou en dégringolant les marches. Ça avait été un jour horrible, mais à côté, quand on voit les séquelles physiques (et morales par la même occasion) que portait en lui Kid, chaque jour, ce n’était que justice. Une justice indirectement exécutée par un enfant de huit ans qui voulait simplement fuir une mère violente.

      Kaylee le serra fort, ses deux bras l’entourant. Konrad ferma les yeux étroitement, pour rassembler ses esprits, jusqu’à ce qu’il les rouvre brutalement. Elle pleurait ? Konrad se retourna doucement et lui souleva le menton, pour la forcer à le regarder.

      « Hey… Non, ne pleure pas s’il te plaît. » Dit-il, le cœur plein de regret en la serrant contre lui. « Non s’il te plaît ne pleure pas, c’est finit. » Il avait dit ça comme cet après midi là, où son père l’avait retrouvé, recroquevillé dans sa chambre, lui répétant ces mots. Il ne fallait pas qu’elle soit triste. Au final, il en était sorti vivant. C’était elle qui avait périt de sa propre folie. Konrad la serra contre lui, son propre menton au sommet du crâne de la jeune fille. Ce contact intense, qui aurait pu être plaisant, avait quelque chose de mélancolique vraiment pas agréable. Konrad refusa de la lâcher et prit la parole, toujours en la serrant contre lui, pour qu’elle arrête de pleurer.

      « C’était il y a longtemps. Je n’ai simplement pas eu de chance. Elle n’était plus elle-même depuis longtemps. » Sa voix s’enroua, sa gorge se noua, comme quand on se retient de pleurer. Il ne voulait pas, alors qu’il essayait de calmer sa jolie petite lionne. « Ce n’est de la faute de personne. Enfin si… » Il se stoppa, les yeux brillants de larmes, sans qu’elles ne coulent. « C’est de ma faute si elle est morte. » Ces mots étaient tombés comme des galets dans l’eau du lac. Lourd, chargé d’un passé peu avantageux.

      Konrad relâcha son étreinte de moitié et embrassa Kaylee avec fougue, à pleine bouche, en lui tenant avec amour la silhouette de sa mâchoire. Un peu plus et il la collait contre l’une des parois de la baignoire gargantuesque. Lui caressant de l’autre main ses cheveux rouges, il passa celle de droite dans le creux du dos de la Gryffondor. Les larmes avaient finis par couler. Relâchant ainsi brutalement son étreinte, il s’essuya les yeux d’un revers de poing, d’un geste de rage. Serrant les dents, il avait une douleur en travers de la gorge, nouveau signe de retient des larmes encore une fois. Il osa à peine regarder Kaylee mais se rapprocha tout de même, certaines mèches de ses cheveux revenant sur son visage, alourdies par l’eau qui les gorgeaient.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10139-konrad-i-detweiler http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10443-les-rp-s-de-konrad#114830 http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10144-kid-not-mad-oh-just-maybe-a-bit
Kaylee Carter
Little Red Mushroom ! ◊
avatar

☞ Copyright : Colorblind
☞ Dispo pour rp : Nope. ^^

Féminin Age : 26
Messages : 476
Date d'inscription : 14/06/2011
Gallions : -219562

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Lelandra B. Sandman

MessageSujet: Re: Les reflets sur les bulles de savon sont le monde dans lequel nous vivons.   Dim 31 Juil - 21:06

Kaylee & Konrad
« Les Reflets sur les Bulles de savon sont le Monde dans lequel nous vivons. »


« Hey… Non, ne pleure pas s’il te plaît. »

Donc elle pleurait bien en fin de compte. Elle sentait à peine les larmes avec les gouttes d’eau ruisselant des ses cheveux humides. Elle avait tellement peu l’habitude de pleurer qu’elle avait du mal à s’y faire. La rouge et or était quelqu’un de positif, souriant. Si quelque chose de triste lui arrivait, elle trouvait ça moche et puis passait à autre chose. Si quelque chose de tragique lui arrivait, alors là elle pleurait. Sauf que rien de tragique ne lui arrivait jamais. Non, elle n’avait décidemment pas l’habitude. Konrad s’était retourné et l’avait prise dans ses bras. Elle était bien là, au chaud, s’emboîtant parfaitement dans le creux de ses bras, comme dans un cocon. Il tentait de la calmer, alors que ça aurait du être l’inverse. Seulement c’était tellement triste, tellement rageant pour elle. Elle ne supporte pas l’injustice, la douleur de l’innocence, c’est frustrant et douloureux pour elle. Expliquant tant bien que mal d’une voix qui ne devait pas être plus assurée que la sienne.

« C’est de ma faute si elle est morte. »

Quoi ? Qu’est ce qu’il racontait. Elle voulu s’éloigner de lui pour le regarder, son ton tremblant d’une façon si désespérée. Comme s’il aurait tout donné pour éviter prononcer ces mots à voix haute. Elle voulait… Elle ne savait plus ce qu’elle voulait. Il venait de l’embrasser si passionnément qu’elle n’arrivait plus à réfléchir correctement. La jeune fille en perdait le souffle. Ce baiser avait quelque chose de désespéré… et de salé. Les larmes originaires de l’un ou de l’autre, ou des deux, avaient teinté d’une tristesse infinie ce geste d’affection. Il s’éloigna d’elle, la laissant pantelante et un peu perdue. Il était complètement retourné, et elle ne supportait pas de la voir ainsi. Il ne pouvait même pas la regarder. Elle s’approcha doucement de lui, et posa ses mains sur son visage, chassant les gouttelettes traîtresses encore présentes. Orientant son visage vers le sien, elle le força à la regarder.

♦ - Même si c’est une bonne idée de m’embrasser pour me déconcentrer…

Elle l’avait dit d’un ton taquin, mais la voix encore légèrement rauque du baiser échangé. Elle savait qu’il avait juste eu besoin de l’embrasser, que ce n’était pas pour l’empêcher de poser une question. Enfin, c’était ce qu’elle pensait du moins.

♦ - …ça ne va pas m’empêcher de rester à t’écouter. Et si tu n’as pas envie de me parler, je resterais quand même…

Ce n’était pas une critique, juste un simple fait. Elle ne l’obligerait à rien s’il préférait se taire et enfouir tout ça profondément en lui. Mais elle se sentait dans l’incapacité totale de le laisser seul à ressasser le passé en se rongeant et culpabilisant. Si la seule chose qu’elle pouvait faire c’était le prendre dans ses bras en le laissant déverser toute sa tristesse, elle le ferait. Sans la moindre hésitation. Elle lui sourit. Il n’était pas seul ici. Elle attrapa sa main sans le quitter des yeux et l’amena vers un coin de l’immense baignoire qui possédait un bord immergé pour pouvoir s’asseoir tout en restant dans l’eau. En bougeant, son pantalon l’alourdissait considérablement, elle lâcha Konrad un instant avant de l’enlever sans plus de cérémonie et de le jeter hors de l’eau. Son tee-shirt suivit bientôt le même chemin. En sous vêtements, elle s’assit sur le bord. L’eau lui arrivait presque au milieu du cou. En temps normal elle aurait peut-être été gênée de se déshabiller comme ça, mais là c’était juste une question de confort et en plus c’est comme si elle avait été en maillot de bain alors pourquoi se prendre la tête. Ce n’était même pas le plus important ici, elle voulait simplement pouvoir avoir une discussion avec lui tout en restant à l’aise.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t9996-kaylee-carter-keep-calm http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10198-kaylee-carter-little-red-mushroom http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10014-kaylee-carter-everything-s-shiny
Konrad I. Detweiler
Chapelièrement vôtre !
avatar

☞ Copyright : Melina, Bazzart et Tumblr, ça change souvent.
☞ Dispo pour rp : Ouaip' :)

Féminin Age : 22
Messages : 95
Date d'inscription : 28/06/2011
Gallions : -219907

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Stella, Nathan et Connor

MessageSujet: Re: Les reflets sur les bulles de savon sont le monde dans lequel nous vivons.   Dim 31 Juil - 21:46


Kaylee Carter et Konrad I. Detweiler




      Konrad se laissa guider par elle. Il avait confiance en elle. Elle agissait d’une telle douceur. Etait-ce peut être par instinct, sur le moment. Tout allait si bien, et il avait fallut qu’elle remarque ces marques. Tournant la tête pour regarder ses omoplates, Kid se contorsionna assez pour apercevoir l’une de ses marques blanches, qu’il regarda, prit d’un profond dégoût. Elles étaient belles ces marques. Blanches, luisantes aux faibles rayons de lumières présents dans la pièce. Le Serdaigle fit volte-face vers son amie puis eu presque un sourire en la regardant se déshabiller. C’est vrai qu’elle s’était déplacée lentement et avec difficulté avec son pantalon alourdie par l’eau. En s’asseyant sur le rebord sous marin, Konrad eu une gène à la poitrine. La pression hydraulique mêlée à ses sentiments chamboulés lui contractait le cœur. En étirant les muscles de ses bras, Kid s’extirpa de l’eau et s’assit sur le rebord. L’eau lui arrivait tout de même à mi cuisse, ses jambes pendantes mollement dans l’eau. Il tendit sa main pour attraper celle de Kaylee pour y enlacer ses doigts.

      « Il ne faut pas être triste, après tout, c’est finit tout ça. » Essaya-t-il de déclarer, l’air détaché. Une nouvelle mèche tomba devant son regard sombre, perlée d’eau qui s’égouttait jusqu’à la surface de la baignoire, provoquant de petites vaguelettes inoffensives. Kid se racla la gorge, essayant d’expulser de lui l’envie de fuir cette pièce. Sa main serra d’autant plus celle de cette fille qu’il aimait tant. « Quand j’avais huit ans… » Il marqua une pause, à peine après avoir commencé. Le brun ferma les yeux, comme pour se concentrer, puis les rouvrit en regardant le fond de la baignoire. « Quand j’avais huit ans, ma mère s’est une nouvelle fois jetée sur moi. Sauf que ce jour là, rien ne s’est passé comme d’habitude. Je ne voulais plus me retrouver en sang, comme d’habitude… Alors j’ai voulut m’enfuir pour prévenir mon père. Mais il était au travail. » Il croisa alors le regard de Kaylee en ajoutant précipitamment « Je ne voulais pas qu’elle meurt ! Je voulais juste m’en aller ! »

      Oui, il avait raison. Ce jour là, Kid n’avait voulut qu’une seule chose. Fuir cette enfance affreuse et malheureuse. Il voulait supplier un père impuissant pour partir de cette maison. Il se serait agenouillé devant le Ministère de la magie pour qu’on le laisse entrer s’il avait fallut. Mais sa mère lui avait barré la route, à l’étage. Elle voulait qu’il remonte dans sa chambre et qu’il ne gémisse pas comme un enfant, mais d’affronter les coups comme un homme, chose qu’il n’était pas. Un petit garçon n’est pas un homme à huit ans et demi.

      « Elle me barrait la route. Je voulais descendre pour sortir de la maison, mais elle m’avait barré la route. Elle m’avait juste barré la route. Mais quand elle m’a attrapé par l’épaule, j’ai voulus m’enfuir. Alors je l’ai poussé dans les escaliers. » Déclara-t-il enfin, d’un seule traite. Cette fois ci, il baissa la tête, honteux. « Elle était malade. Elle n’était pas entièrement responsable. Elle m’a suppliée d’aller chercher de l’aide, mais je l’ai regardé et je suis monté m’enfermer dans le placard de ma chambre. Quand papa est rentré du Ministère, elle était déjà morte. »

      « J’aurais pu l’aider », ce disait-il au fond de lui. Mais en réalité, il n’avait rien fait de mal. Il n’avait fait qu’agir en petit garçon, chose qu’il était. Seulement, depuis peu, surtout depuis la naissance de sa petite sœur, qu’il voyait s’épanouir autour d’une famille aimante, ce lourd passé lui était revenu en tête. Konrad restait bien sûr le garçon joyeux et un tantinet insouciant que tout le monde connaissait, mais au fond, ce n’était pas le même état d’esprit. Les traces, visibles sur son corps, témoignaient de ce passé qu’il aurait préféré cacher à tous ; oublier. Un frisson lui parcourut, la chair de poule se diffusant sur l’intégralité de son corps. Le duvet de ses bras et de ses jambes semblaient se raidir. Ça faisait mal.

      « Tu n’as rien à dire là-dessus. Le passé c’est le passé. » Sa main libre caressait la surface de l’eau en spirales douces. « J’aimerais juste que personne ne l’ai jamais su. Mais toutes ces… Ces traces me le rappellent. C’est laid et honteux. » Son expression changea. Il jetait des coups d’yeux furtifs à son corps, prit d’un dégoût passager.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10139-konrad-i-detweiler http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10443-les-rp-s-de-konrad#114830 http://www.deathly-hallows-rpg.com/t10144-kid-not-mad-oh-just-maybe-a-bit
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les reflets sur les bulles de savon sont le monde dans lequel nous vivons.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les reflets sur les bulles de savon sont le monde dans lequel nous vivons.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ϞϞ RPG : La Prestigieuse Ecole de Magie, Poudlard ϞϞ :: ϞϞ Elèves et Professeurs ϞϞ :: La salle de bain des Préfets-
Sauter vers: