ASTORIA & CALVIN ❧ I need to find you, I gotta find you..
    Cher visiteur,

    Tu viens de pénétrer dans une zone de quarantaine!! Tout le monde peut entrer, mais sortir d'ici est impossible. Ainsi, tu n'as plus d'autre choix que de t'inscrire mais attention !! Les membres de ce forum sont fou, psychopathe et complètement atteint de la cervelle, fan de ship, bizarre... Le staff de ce forum aime le sang, les morts et le sadisme... Cher visiteur, si tu es un minimum drôle et déluré, alors les personnes composant Deathly Hallows sont tes amis!!

    De toute façon tu n'as plus le choix, tu es contaminé, tu es perdu... Tu vas bientôt devenir toi aussi un ADC (Atteint De la Cervelle) et ça ne se guérit pas alors n'attend plus, et inscris-toi."


    On est pas obligé d'être fan d'Harry Potter pour s'inscrire sur ce forum. :-) Laissez nous notre chance, vous verrez qu'on est pas méchant. ̿ ̿̿'̿'̵͇̿̿з=(•̪●)=ε/̵͇̿̿/'̿'̿̿̿ ̿ ̿ ̿



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ASTORIA & CALVIN ❧ I need to find you, I gotta find you..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caleb H. Fitzpatrick
CHF
Rising from the ground like a Skyscraper ♪.
avatar

☞ Copyright : Aeronplane, June & Tumblr
☞ Dispo pour rp : MP (a)

Féminin Messages : 2154
Date d'inscription : 03/04/2011
Gallions : 688

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Kelvin ♥

MessageSujet: ASTORIA & CALVIN ❧ I need to find you, I gotta find you..   Lun 27 Juin - 20:38

I need to find you, I gotta find you.



Je suis ta passion, ton obsession...
Oui, c'était un peu ça. De quoi est-ce que je parle ? Oh trois fois rien. Enfin pas pour Calvin, notre Serpentard tourmenté depuis un certains temps. Mais bon, qui est-ce que ça intéresse vraiment ? Personne. Tout le monde a ses petites affaires à régler, ses propres vies à gérer. Alors comme d'habitude il ne montre rien, personne ne saura pourquoi il était de si mauvaise humeur en ce moment. Puisque de toute façon, tout le monde s'en fichait. Voilà à quoi il s'adonnait une fois tout seule, ayant pour seule compagnie son chat noir. Se morfondre, encore et toujours. Ça faisait très cliché en plus, le genre de personne qui reste seul avec son chat, dégouté de la vie, et des autres. La seule chose qui parvenait à lui remonter le moral, c'était lorsque venait le soir et qu'une fois les élèves endormis, il sortait se promener dans Poudlard. Jamais il ne s'était fait prendre, car quand il le fallait le jeune homme pouvait se montrer assez discret. Et puis, tant qu'il ne se faisait pas voir, il continuait, faisant de ces petites sorties une habitude. Avant, Calvin se rendait automatiquement près de la forêt interdite. Sûrement le côté "interdit" qui motivait le jeune homme. Comme si inconsciemment, il ne pouvait s'empêcher de braver les interdits. Mais depuis qu'un soir, il était passé à côté de la salle sur demande, il ne cessait d'y revenir tous les soirs. Tentant à chaque fois de s'y faire, le plus discret possible pour ne pas qu'elle l'entende. Elle ? Mais qui ça ? Il n'en avait aucune idée à vrai dire. Le jeune homme voulait savoir, à telle point que la journée il ne cessait de faire le tour des filles de Poudlard, essayant discrètement de découvrir son identité. Est-ce qu'elle savait qu'elle avait un grand fan qui venait chaque soir l'écouter ? Il l'ignorait, il l'espérait néanmoins. Histoire qu'un jour, elle viendrai vers elle et lui dirai tout simplement : "La fille que tu cherches, c'est moi." Un peu comme s'il s'agissait de son âme soeur. Mais détrompez vous, le jeune homme n'était pas tombé amoureux. Il ne la connaissait pas après tout. Mais était-il possible de tomber amoureux d'une voix ? Je veux dire, l'apprécier au point de revenir chaque soir en redemander en secret ? C'était une question assez complexe, tout comme la situation dans laquelle il se retrouvait.

Je te cherche quand tu n'es pas là...
Il cherchait, peut-être trop loin, ou pas assez. Après tout, il y avait tellement de têtes à Poudlard comment savoir ? Il ne l'avait jamais vu. Il était mal parti pour la retrouver en tout cas. Même pas une petite piste, rien. Et pourtant, il lui suffisait d'ouvrir cette porte, et d'entrer. Mais jamais il n'oserai. La peur d'être déçu en apprenant que ce n'était en fait que Rusard, ou bien encore la peur qu'elle ne décide de ne plus jamais revenir. De la peur en tout cas. En fait Calvin, c'était à peu près ça : un trouillard. Peur de s'engager, de faire confiance, de se révéler, d'ouvrir cette putain de porte. Après tout, il était à Serpentard, pas à Gryffondor. Au bout de souffle, le brun commençait sérieusement à laisser tomber les recherches. Il faut dire qu'il n'était pas totalement impliqué non plus. Le jeune homme avait tellement à faire et à penser en ce moment, il sentait qu'il n'allait pas tenir le coup. Qu'il allait forcément exploser à un moment donné. Ce dont il avait le plus besoin : des vacances. Ce qui tombait bien vu qu'elles n'allaient pas tarder à arriver. Il allait enfin pouvoir s'éloigner pendant un temps de tout ses foutus problèmes, les laisser bien loin avec son livre de potion. Pourquoi est-ce que je parle de potion ? Aucune idée. Juste qu'il en avait marre de tous ces cours. Mais bon, ça ne changeait pas trop de l'ordinaire. Heureusement, la journée était finie, le soleil avait laissé place à la nuit finalement. Le moment qu'il avait attendu avec une impatience presque obsessionnelle. Enfin, quand je dis soleil, c'était plutôt façon de parler. Il avait plu, il n'arrête pas de pleuvoir en ce moment. Peut-être que c'était le temps qui mettait Calvin dans cet état. La pluie à quelque chose de déprimant vous ne trouvez pas ? Alors il déprimait. Voilà, c'était la faute à la pluie, pas la sienne. Bon, il n'était pas non plus dépressif hein. Quoique impossible de le savoir vraiment, vu qu'heureux ou non, Calvin est le même. Il ne change jamais ses expressions, sa façon d'agir. Tout est si factice chez lui. Le Serpentard avait toujours l'air si insensible, genre "je m'en fous de tout, fichez moi la paix". Si bien qu'on avait finit par le prendre au mot, plus personne ne lui adressait la parole.

Et j'attends ton retour, je compte les heures et je perds le sommeil...
Voilà, il n'avait plus personne alors il passait ses soirées à écouter une simple inconnue chanter. Non ça ne s'était passé comme ça. Calvin était passé à côté de la salle sur demande totalement par hasard. Il n'avait même pas fait gaffe, il voulait juste se rendre dans les cuisines, profitant du temps qu'il lui restait pour flâner dans l'école sans être vu. Puis le jeune homme aux cheveux bouclés avait entendu cette voix, raisonnant à travers les murs fins de la pièce. Heureux hasard ou triste infortune ? Il ne savait plus, vu dans l'état dans lequel il s'était lui-même mis par la suite. La première fois avait été la meilleure selon lui. Le moment de la découverte. Puis, il était revenu, plusieurs fois. Pas tout le temps car il ne voulait pas prendre le risque de se faire prendre. Que ce soit par Rusard, ses camarades ou la jeune femme qu'il avait finalement baptisé "la mystérieuse voix". Intriguant, passionnant et flippant à la fois, cela résumait bien l'idée, en effet. Assis dans l'un des canapés de la salle commune, bercé par le "tic, tac" de l'horloge situé non loin de lui, Calvin s'impatientait. Dans quelques minutes, elle allait entrer dans la salle et elle commencerai à chanter. Et lui, une fois encore, collera son oreille contre la porte, se faisait le plus petit possible afin de satisfaire ce qu'il qualifie maintenant de besoin. Il avait besoin de l'entendre, pour mieux la reconnaître par la suite. Et puis parce-qu'il aimait sa façon de tenir la dernière note.. Là, ça atteignait des sommets, il était presque en train de la vénérer sans savoir de qui il s'agissait. Tic, tac, tic, tac. Voilà, c'était le bon. Il pouvait partir. Ne me demandez pas comment il sait que c'est le bon tac, il le sait c'est tout. Direction la salle sur demande maintenant.
▬ Tu vas où Calvin ? ▬ Nul part. Juste besoin de prendre l'air. Vous voyez alors ? Cette façon de fuir les conversations, de ne rien révéler le concernant. Cet air, si démotivé qu'il prenait à chaque fois, comme s'il allait partir se pendre au saule cogneur.. Arrivé finalement au niveau de la salle sur demande, Calvin, doué comme il était ne trouva rien de mieux que de trébucher juste au niveau de la porte. P**** DE C****** DE PORTE DE M**** ! :panique: J'imagine qu'il n'avait pas été discret sur le coup, même en contenant le fond de sa penser et en s'empêchant d'hurler. Il ne lui restait plus que deux solutions : partir en courant ou rester là en priant pour que personne, surtout pas elle n'ait entendu cette chute digne de Vidéo Gag.
Revenir en haut Aller en bas
Astoria Greengrass
◊ Scroutt à Pétard explosif ◊
avatar

☞ Copyright : © Novacaine_Dream (me)
☞ Dispo pour rp : Sur demande (a)

Féminin Messages : 434
Date d'inscription : 12/12/2010
Gallions : 207

Qui suis je ?
☞ SPA : Pikachu
☞ Doubles Comptes : Jack C. Armstrong ♦ Aaron D. McCartney

MessageSujet: Re: ASTORIA & CALVIN ❧ I need to find you, I gotta find you..   Dim 3 Juil - 19:34




Let It Be




    " Imagine all the people, sharing all the world. You may say that I'm a dreamer but I'm no't the only one; I hope someday you'll join us and the world will live as one "

    La salle sur demande était déserte. Évidemment, sinon je ne serais pas venue chanter ici. L'avantage de ce coin de tranquillité est qu'il n'est connu par seulement peu d’élève et donc relativement ... vide. Et franchement, heureusement qu'il en existe des lieux comme ça, sinon j'exploserais. Assise sur un vieux carton, contenant surement quelques objets abandonnés par les génération d’élevés de Poudlard, je me remémorais mon enfance. Chanter, je faisais ça avant même de savoir parler. Sans rire. Je me rappelle encore de ma "première fois", c'est pour dire. Mes parents étaient dans le salon; pour une fois qu'ils étaient à la maison ils ne prenaient même pas la peine de partager ces moments avec leurs filles. Mon père avait ramené un vieil objet du boulot, un objet moldu. Pourquoi il avait ramené ça alors qu'il détestait tout ce qui n'appartenait pas au monde magique ? Je n'en savais fichtrement rien ! Mais peu importe, cet objet avait forcement attiré la curiosité d'une petite fille qui n'avait jamais eu le droit de mettre le nez dehors. Dérobant l'objet furtivement, je remontais à toute vitesse dans ma chambre pour l'inspecter. Et en appuyant au hasard sur les multiples boutons qui composaient cette étrange boite..

    " HELP! I need somebody HELP! Not just anybody help, you know I need someone, HEEELP! "

    J'entendis mon père monter les marches quatre à quatre, surement furieux. Paniquée, j'écrasais les boutons pour tenter d'éteindre cette machine effrayante et bruyante. Mon paternel rentra en trombe; - Donne moi cette radio ! Et j’écopais d'une belle paire de claque. Mais j'avais gagné bien plus : l'objet s’appelait une radio et le son des Beatles resterait désormais gravé à jamais dans ma mémoire. Dès que je m'engueulais avec Daphné, dès que je me faisais punir par mon précepteur; je me retirais, seule dans ma chambre et je chantais, cet air de musique, volé à l’insu de mes parents, volé au monde extérieur. Et, à chaque fois que l'occasion se présentait à moi, j’apprenais une nouvelle chanson. Je pouvais retenir le rythme et les paroles au bout de seulement deux écoutes. La musique me permettait de ne pas me sentir si coupée de la réalité, la musique mettait de notes sur ma solitude. Bien sur, tout ce "ramdam" ne plaisait pas énormément à mes parents et à mon précepteur; mais je m'en foutais totalement et je le leur faisait savoir. Je pouvais chanter pendant des heures et des heures, à m'en rompre la voix. Je me rappelle aussi d'un jour où, par défi j'avais amplifié ma voix magiquement et je m'étais mise à beugler

    " Unesourieverte, quicourraitdansl'herbe, jel'atrappeparlequeue, jelamontreàcesmessieurs.."

    Oui oui, une chanson en français, dont je ne comprenais pas un mot, les parents non plus pour le coup; mais je récupérais quand même une belle giffle !

    Quelques années plus tard, libéré du joug parental, j'ai pu laisser libre court à ma folie musicale. Ma passion pour les Beatles était la seule faiblesse que je m'accordais : vénérer des Moldus était bien la dernière des choses que je m'aurais crue capable de faire ! Mais cet accès au monde extérieur, à l'information pure entraina un choc inattendu, moi qui croyait que la "vie sauvage" était forcement synonyme de bonheur. John Lennon était mort. L'homme dont la voix me hantait depuis ma tendre enfance, celui qui me sauvait chaque soir, avec son HELP! entêtant; n'était plus ce monde. Nous n'avions même jamais respiré le même air, vécu sur la même planète. J'étais née le 16 mai 1982, il était mort le 8 décembre 1980. Des Beatles, ils ne restaient plus que Paul, Ringo et George, vivant leur vie chacun de leurs côtés; séparés, déchirés par des disputes. Cette découverte fut un choc incroyable pour moi. Je ne pouvais concevoir que ce groupe qui était symbole pour moi de délivrance, d'espoir, ce soit éteins comme ça, brisé à jamais par la mort de Lennon. Au bout de quelques mois, je réalisais quelque chose qui allait s’avérer salvateur. Peut-être que le Beatles n'existait plus; mais leur musique, elle, était immortelle. Peut-être que John n'était plus de ce monde, mais moi, je vivais pour lui rendre hommage. J'entrepris donc d'apprendre, une à une, toutes leurs chansons par cœur. Je commençais par les grands classiques, puis petit à petit, je me dirigeais vers les raretés, ainsi que les titres de leurs carrières solo.

    Un bruit sourd interrompit ma pensée. BOUUM! Byebye memories world, bonjour triste réalité, terrée dans un coin miteux d'une salle secrète. Je retins ma respiration... Qui était là ? Je savais que quelqu'un m'écoutait chanter. Ou du moins, j'avais des doutes. Même si la pièce était remplie d'objets farfelus en tous genres, le bruit était humain. Je le sentais.

    Quand je me décidais à quitter la salle commune des Serpentards à 21h30 précise, j'avais l'habitude de faire une petit tour dans les couloirs, puis je sortais furtivement dans le parc, prendre un grand bol d'air. Cela me permettait d'oxygéner mes poumons, mon chant en était plus clair un fois ce petit rituel accomplit. Quelques fois, je croisais des professeurs, des mangemorts; mais la place de mes parents au Ministère suffisait à leur faire passer l'envie de me punir. Celui qui me terrifiait vraiment c'était Rusard. Lui, il serait capable de me tuer si il me croisait. Puis je me dirigeais vers la salle sur demande. Plus je m'en approchais, plus la tension montait. J'avais peur; peur de croiser un élève, qui se demanderait ce que je faisais là, mais surtout peur de LE croiser, cet admirateur secret qui ne manquait aucunes de mes représentations. Enfin, dans un sens, j'aimerai tellement connaitre son identité... Il est quand même assez flattant de savoir que quelqu'un est prés à braver les interdits pour vous écoutez. Mais je redoutais tout autant de découvrir son visage.. Et si c'était un de ces sales bouffondors romantiques qui viendrait s'extasier sur des chansons qu'il percevrait comme mielleuse à souhait, répondant à ses pauvres petits rêves de frustré; alors que ces chansons je les chantais pour moi, que j'étais la seule et unique à en connaitre la signification profonde ? Où alors un Sang-De-Bourbe ? Ou même, encore pire, Rusard ? Harry Potter RPG Vous imaginez l'horreur quoi ! Bref, je restais donc immobile, à ne pas savoir quelle attitude adopter. Après quelques secondes, qui me parurent des heures, je me décidais à bouger. Je me ruai sur la porte, déboulai dans le couloir et grognai, avec une voix qui ne ressemblait pas à la mienne; - Qui va là ? Pas de réponse. Le couloir était désert et totalement noir, impossible de voir si quelqu'un était toujours là. Je me sentais terriblement conne. Mais au moment où j'allais allumer ma baguette, je perçu une respiration rauque, venant du coin du corridor. - Y'a...y'a quelqu'un ? Harry Potter RPG

Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t704-astoria-greengrass-finie http://www.deathly-hallows-rpg.com/t5872-chacun-son-rp-chacun-son-chemin-astoria-greengrass http://www.deathly-hallows-rpg.com/t5162-astoria-greengrass-relation
Caleb H. Fitzpatrick
CHF
Rising from the ground like a Skyscraper ♪.
avatar

☞ Copyright : Aeronplane, June & Tumblr
☞ Dispo pour rp : MP (a)

Féminin Messages : 2154
Date d'inscription : 03/04/2011
Gallions : 688

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Kelvin ♥

MessageSujet: Re: ASTORIA & CALVIN ❧ I need to find you, I gotta find you..   Lun 4 Juil - 14:14

I need to find you, I gotta find you.



Il y était enfin. Calvin poussa un léger soupir de soulagement, comme s'il avait eu peur que cette fois-ci elle ne vienne pas. Après tout, elle pouvait très bien tomber malade, avoir d'autres projets ou alors elle pouvait tout simplement avoir compris qu'elle n'était pas la seule à traîner près de la salle sur demande le soir. C'était pour cette dernière raison qu'il se faisait toujours le plus discret possible lorsqu'il venait l'entendre. Mais vous savez bien que Calvin et discrétion sont des mots incompatibles. Même lorsqu'il restait seul dans son coin, il arrivait quand même à se faire remarquer. Allez comprendre. En tout cas, cette fois-ci encore, la jeune femme était là. Même heure, même endroit. Ils partageaient cette même habitude sans même le savoir. Lorsque Calvin l'écoutait chanter, il avait l'impression d'être à ses neuf ans, lorsque son grand-père jouait et chantait pour lui. C'était un peu le même genre de musique en plus, sauf qu'il y a bien longtemps que le Serpentard avait abandonné la musique moldue à son plus grand regret. Chez les parents de Calvin, hors de question d'y trouver des disques moldus, des objets moldus ou quoique ce soit n'ayant pas d'origine magique. Après la mort de Paul Walker, tout ceci avait disparu de la vie de Calvin. Peut-être pour ça qu'il était aussi replié sur lui-même depuis. En tout cas, jamais il n'avait abandonné sa passion. La musique, c'était un peu toute sa vie. Lorsqu'il en jouait, lorsqu'il en écoutait. Ce soir, il ne faisait qu'écouter, mais qu'est-ce que ça le rendait heureux. Il lui arrivait parfois de sourire lorsqu'elle entamait un refrain entrainant, ou de devenir d'un seul coup mélancolique quand elle entamait un couplet un peu plus triste. Elle arrivait presque à contrôler ses émotions, peu de gens y parvenait.. personne pour ainsi dire. Celui que se cachait sous cette carapace d'être insensible, était finalement capable d'être quelqu'un de sensible mais cela le tuerai de l'avouer. C'était pour cette raison qu'il n'avait rien dit à personne sur les raisons de ses sorties nocturnes. Ni à son meilleur ami, ni à sa cousine avec laquelle il était très proche. Personne n'était au courant et personne ne le saurai. Mais pour que cela reste un secret, peut-être fallait-il que le brun fasse un peu plus attention.

Comment avait-il fait pour trébucher à seulement quelques pas d'une porte ? Non mais vraiment, il fallait le faire quoi. Et pourtant, Calvin n'avait jamais été quelqu'un de très maladroit, les gaffes c'est plus en parlant qu'il les faisait. Mais celle-ci, elle était mémorable tant il s'était automatiquement projeté vers l'avant, manquant de s'échouer lamentablement sur le sol. Heureusement qu'il avait eu le reflex de placer ses mains sur... la porte, de la salle sur demande. Bravo Calvin, inégalable. C'était peut-être la fin, sa fin. Jamais plus il ne pourrai revenir maintenant, ce serai bien trop dangereux. D'ailleurs, encore plus dangereux, Calvin avait mis un temps fou à se décider à partir tant il menait un combat acharné contre sa conscience. Conscience qu'il n'avait encore une fois pas écouter. Fuis, cours vite dans te cacher dans ton lit et fait semblant d'y dormir avant que Rusard ne te voit, pire qu'ELLE ne te voit ! lui marmonnait-elle. Mais allez comprendre, le serpentard avait toujours cette manie de faire le contraire de ce qu'elle lui disait. Peut-être qu'il aimait se retrouver dans des situations comme celle là, sentir l'adrénaline lui monter. Après tout, s'il restait au niveau du corridor, peut-être la verrait il sans être vu. Il saurai enfin qui était cette voix qui berçait ses nuits depuis quelques temps déjà. En tout cas, la musique avait cessé. Cal' en était maintenant sûr, elle l'avait entendu. Pour une fois que ce n'était plus lui qui l'écoutait mais l'inverse. Il se serai bien passé de cet inversement de rôle, la place du spectateur lui convenait très bien. Trop même, il n'avait pas envie de l'abandonner. ▬ Qui va là ? Le Serpentard était maintenant figé, tellement qu'on aurai pu pensé que quelqu'un l'avait pétrifié. Il bougeait ne serai-ce qu'un orteil, il savait qu'elle le repérerai. Il osait à peine respirer maintenant, d'ailleurs il avait bloqué sur cette voix qui cette fois ci ne chantait pas. C'est drôle, il avait l'impression de l'avoir toujours connu. Enfin, elle ne lui était pas complétement inconnue au final, mais impossible dans un tel état émotionnel de réfléchir correctement et réussir à mettre un nom, le nom dessus. Tant pis. Surtout qu'il n'allait pas pouvoir s'attarder dans le coin, des bruits de pas en sa direction se faisait entendre. Non non, ce n'était pas Rusard. C'était elle, elle qu'il avait toujours voulu connaître. Mais là encore, il voulait se défiler. Incapable du moindre mouvement de fuite, le jeune homme se maudissait finalement en constatant que son corps était en total contradiction avec ses pensées. Cela le rendait plus que nerveux, tellement qu'il en avait presque du mal à respirer correctement. On aurai presque cru que sa vie était en ce moment même en jeu, alors que ce n'était pas réellement le cas. Elle n'aillait pas le tuer hein ? Si ça se trouve, elle ignorait complétement la présence de Calvin pendant tout ce temps. Oui voilà, pas de soucis à se faire. Il fallait juste qu'il reste calme. Plus facile à dire qu'à faire. Elle était toute proche, Cal' pouvait le sentir. ▬ Y'a...y'a quelqu'un ? Oh non, elle était juste à côté. C'était encore pire que ce qu'il pensait. La seule chose qu'il voyait à travers l'obscurité, c'était cette baguette située juste devant lui. Un coup de lumos et il était grillé. Elle aussi d'ailleurs. Était-il prêt à ça ? ▬ N'allume pas cette baguette. avait lâché le jeune serpentard d'un ton presque suppliant. Si elle s'osait quand même à le faire, elle allait être bien surprise.

D'un bond, Calvin avait finalement réussit à faire un pas en arrière, il en essaya un autre, puis un autre. Jusqu'à finalement s'éloigner progressivement de cette ombre. Puis finalement le jeune homme commença à courir, sans vraiment savoir où il allait. La seule chose que le bouclé savait, c'est qu'il était en train de fuir, comme toujours. Ça et qu'encore une fois, il venait de louper une marche. ▬ Deux fois dans la même soirée... Se trouvant à la fois pathétique et désespéré tellement qu'il en était venu à se parler tout seul, le jeune homme stoppa sa course. Voyant qu'il s'était finalement fait rattrapé, le jeune homme sortit finalement sa baguette -sait-on jamais. Il aurai essayé au moins... Mais cette fois-ci, il savait que ce serai ce moment. Ce moment où ils allaient enfin se reconnaître l'un et l'autre. Est-ce qu'ils se connaissaient ?
Revenir en haut Aller en bas
Astoria Greengrass
◊ Scroutt à Pétard explosif ◊
avatar

☞ Copyright : © Novacaine_Dream (me)
☞ Dispo pour rp : Sur demande (a)

Féminin Messages : 434
Date d'inscription : 12/12/2010
Gallions : 207

Qui suis je ?
☞ SPA : Pikachu
☞ Doubles Comptes : Jack C. Armstrong ♦ Aaron D. McCartney

MessageSujet: Re: ASTORIA & CALVIN ❧ I need to find you, I gotta find you..   Jeu 28 Juil - 22:24




Let It Be




    "Is there anybody going to listen to my story"

    Pour faciliter les choses appelons le X. X n'était donc pas loin, là, tout près. Mon dieu qu'est-ce que je redoutais de découvrir son identité. Pourtant je ne demandais qu'une chose : le connaitre. Et oui, une fille c'est compliqué; surtout une Serpentard de 16 ans qui a l'impression d'avoir tout vécu sans pourtant ne rien savoir de la vie. Je suis une pauvre gamine capricieuse qui ne sait pas ce qu'elle veut. Je bois, beaucoup; je fume, un peu (c'est mauvais pour la voix, je ne peux pas prendre de risque à ce niveau là); il m'arrive même de me prostituer. Oué, à 16 ans, je n'ai déjà plus aucune estime de mon corps. Je demande rarement de l'argent en échange, je ne considère pas ça comme du commerce; par contre, je réclame un sac, une fringue ou un truc du genre. Et puis je ne coucherais pas avec n'importe qui non plus, faut que le type soit relativement potable et friqué pour que je lui propose mes services. Puis pas un moldu non plus, faut pas déconner. Le problème si je découvre qui m'écoute chaque soir c'est que j'aurais besoin d'une contrepartie. Je suis comme ça moi; je monnaye tout. Mais, si je n'ai aucune scrupule à vendre mon corps, il est hors de question de prostituer ma voix. Il vaut mieux donc que l'identité de X reste secrète; dans son intérêt, et dans le mien.

    Tout à coup, une idée étrange naquis dans mon esprit. Et si X était une fille ? Ce qui est absurde dans l'histoire, c'est que je n'avais jamais envisagé cette possibilité. Sans compter mon histoire avec Drago, c'était la première fois que j'éprouvais un sentiment pareil. Non, ce n'est pas de l'amour que je ressens pour X; c'est un truc encore plus compliqué. Comme ce que je ressentais pour September, avant qu'elle ne disparaisse de la circulation. C'est pour ça que j'ai pensé que X pouvait être une fille. C'est bête mais je crois que je serais déçue si cette pensée s’avérait juste. C'est pas que je suis hétéro, même si mon histoire avec la minette citée ci-dessus m'a un peu refroidie, mais je trouve ça plus excitant d'imaginer un homme entrain de m'écouter. Parce que ça voudrait dire qu'il n'y a pas que du mauvais dans le sexe masculin, ça voudrait dire que, quelque part dans ce château, il existe un homme sensible, pas comme ces mecs en rut qui baisent avec moi contre une paire de godasse. Nothing personal.

    C’était donc toujours avec ma baguette bien serrée dans mes mains, qui commençaient à devenir moites, que je m’avançais à tâtons. - N'allume pas cette baguette. L'ordre avait fusé dans l'air. Car oui, il n'y avait pas de doute possible c'était un ordre. Maintenant que je savais que X était réellement là, qu'il existait vraiment et surtout, que c'était un homme, il n'était même plus question d'allumer ma baguette. Ni de bouger le moindre de mes membres. Mais mon cerveau tournait à plein régime. Mon dieu, c'était un mec. Avec une voix charmante qui plus est, même si on sentait percer une petite appréhension. Je ne savais vraiment, mais alors vraiment pas quoi faire. Putain, ce type avec qui je rêvais de parler depuis des mois était à quelques centimètres et je n'osais pas ouvrir le bec. Où était passé la petite Astoria, provocante et qui n'a pas la langue dans sa poche ? Disparue à vrai dire, parce que ce type, là, et bah il connaissait mon secret, il savait ce que je ne voulais que personne sache. Et ça me foutais drôlement la trouille. De plus, je savais qu'il était hors de question de mentir, de jouer avec lui. Ce n'était pas n'importe qui.

    Chanter à toujours été mon point faible. Personne ne pouvait dire "Astoria, je te connais par cœur" si il ne m'avait pas entendu chanter. La musique, c'est mon côté sensible, la partie de moi que je ne montre jamais et qui ne transparait que dans les moments où je me laisse entrainer par la mélodie. C'est pour ça que je n'ai jamais chanté en public. Ça me fait bien trop peur ! Je ne veux pas que n'importe qui me découvre. Enfin si, je l'ai fait, une fois, parce que j'avais besoin de fric. Mais jamais je ne le referais, c'est surement l'un des pires souvenir de mon existence.

    Un mouvement brusque à côté de moi me fit sursauter. Le coco détallait comme un lapin. ! Et bah dit donc, encore plus farouche que moi ! Mais cela me fendait le cœur. Je ne sais pas pourquoi. Il me fuyait... Un - Attends... s'étrangla dans ma bouche. Et sans même comprendre le pourquoi du comment, je me mis moi aussi à partir en courant derrière lui... QUOI ? J'étais entrain de courir après un type ? En plus, un type qui m'écoutait chanter ? Un voyeur en quelques sorte... Héhoo, Asty, fait demi-tour, c'est dans l'autre sens que tu dois partir, vers le dortoir ! Mais ma conscience avait beau me torturer, mon corps faisait le contraire. Je sentais qu'il n'était plus très loin devant moi. Puis j'entendis un choc et je m’arrêtai net. - Deux fois dans la même soirée... C'est une blague ? Il venait encore de se gameler ? (Parce que je crois bien que le BOUM! qui m'a tiré de ma torpeur dans la salle sur demande était déjà une belle chute de la part de ce jeune homme!). Je ne pus réprimer un sourire. Heureusement qu'il faisait noir et qu'il ne me voyait pas, il aurait pu mal le prendre... Mais qu'est-ce que j'en avais à faire qu'il le prenne bien ou mal ? Décidément, je ne me reconnais plus, je suis horriblement... attendrie. Berk.

    En position d’infériorité, assez désœuvré, le garçon sortit sa baguette. Enfin, je crois. Il n'allait pas oser quand même ? Il venait de me demander de ranger ma baguette pour mieux la dégainer à son tour !! Puis, si j'avais bien compris il n'avait pas très envi de me montrer sa bobine donc quel était l’intérêt ? Si il envoyait le moindre sort, la lumière des étincelles nous trahirait. Je pense qu'il l'avait compris lui aussi parce qu'il ne disait plus rien, à tel point que je me demandais si il n'avait pas disparu. Mais quitte à passer pour une folle qui parle toute seule dans le noir des couloirs de Poudlard, je déclarais sur un ton qui se voulait léger (ce qui n'était pas le cas du tout !!!!! ) - Tu peux ranger ta baguette hein. Je pense que, comme moi, tu n'as pas le courage de découvrir qui tu as en face de toi. Soupir. - Pourtant je suppose que, toujours comme moi, tu en meurs d'envie. Les humains sont compliqués n'est-ce pas ? Moi, je veux juste savoir deux choses. Depuis combien de temps et pourquoi.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.deathly-hallows-rpg.com/t704-astoria-greengrass-finie http://www.deathly-hallows-rpg.com/t5872-chacun-son-rp-chacun-son-chemin-astoria-greengrass http://www.deathly-hallows-rpg.com/t5162-astoria-greengrass-relation
Caleb H. Fitzpatrick
CHF
Rising from the ground like a Skyscraper ♪.
avatar

☞ Copyright : Aeronplane, June & Tumblr
☞ Dispo pour rp : MP (a)

Féminin Messages : 2154
Date d'inscription : 03/04/2011
Gallions : 688

Qui suis je ?
☞ SPA : Aucun animal
☞ Doubles Comptes : Kelvin ♥

MessageSujet: Re: ASTORIA & CALVIN ❧ I need to find you, I gotta find you..   Dim 31 Juil - 20:29

I need to find you, I gotta find you.



Pour qui se prenait-il à lui donner des ordres comme ça alors qu'il ne la connaissait même pas ? Enfin qu'il ignorait de qui il s'agissait. En réalité, c'était plus une grande faveur qu'il lui demandait. Calvin n'était pas encore tout à fait sûr si oui ou non il voulait enfin savoir à qui appartenait cette voix qu'il considérait juste comme magnifique. Imaginez qu'il se retrouve face à quelqu'un qu'il déteste ou pire, l'une de ses groupies qui s'empresserait de raconter cette anecdote à tout va. Ouais, Calvin était capable de se montrer autrement que froid et distant, il pouvait en réalité apprécier quelque chose au point d'en devenir limite accro. Et à vrai dire, cela l'effrayait que quelqu'un puisse l'en penser capable. Et en même temps il était rongé par la curiosité, mais il savait qu'il n'aurai pas sa réponse tant que lui non plus n'aurai pas révélé qui il était. Voilà pourquoi il ne voulait pas qu'elle n'éclaire son visage, lui demandant en quelque sorte de ranger sa baguette. Il s'était déjà en quelque sorte trahi en ouvrant la bouche pour la première devant elle, il se demandait encore comment elle avait pour ne pas le reconnaître encore. Enfin rien ne disait qu'elle ignorait encore son identité, et puis la voix de Calvin n'était peut-être pas aussi marquante qu'il le pensait. Il ne chantait jamais en public et parlait peu aux gens. Comme quoi cela pouvait s'avérer utile d'être solitaire. Tout les deux avaient quelque chose à perdre si une confrontation devait effectivement avoir lui, du moins il s'en doutait. Si elle chantait dans la salle sur demande à une heure tardive, c'était que forcément elle ne voulait pas que tout le monde sache. C'était en quelque sorte son petit secret et seul le Serpentard semblait en être au courant car jamais il n'avait vu quelqu'un d'autre que lui l'écouter chanter. Et heureusement d'ailleurs. C'était un peu comme si il voulait garder cette voix rien que pour lui, que cela reste son petit échappatoire secret après une dure journée à faire le Serpentard pur et dur. À faire semblant quoi. En même temps il ne pouvait que comprendre cette jeune femme, si elle préférait chanter en cachette c'était son droit après tout, lui-même se retenait de chanter alors qu'il adorait ça uniquement dans le but de ne pas faire s'effondrer ce qu'il avait mis des années à bâtir. Comme quoi sans même se connaître, ils avaient déjà des points communs. Pour lui, l'éventualité de connaître cette personne, de lui avoir déjà parlé était tout bonnement impossible, il s'en souviendrai autrement non ? Peut-être que le bouclé l 'avait déjà croisé dans les couloirs, peut-être même qu'il s'était échangé quelques mots dans un contexte particulier, mais il ne s'agissait pas de l'une de ses connaissances, ni d'aucune personne de son "cercle" de fréquentations. Il en était intimement persuadé.

La suite des événements n'était guère valorisante pour Walker. Partir en courant, cela lui ressemblait bien, tomber encore une fois lamentablement cela lui ressemblait moins. À vrai dire à ce moment précis il se sentait aussi charismatique que l'un de ces charmants Poufsouffles qui avaient le don de faire rire Calvin par leur simple attitude. Ils étaient niais, inintéressants et maladroits comme on en voyait rarement. Il avait le don pour ne pas se mettre en valeur ce soir le jeune homme, qui sait ce qu'elle était déjà en train de s'imaginer à son sujet.. De toute manière cela n'avait aucune importance non ? Il allait partir et ne plus jamais revenir car de toute manière c'était mort, plus jamais il n'oserai revenir l'entendre. Il s'était déjà assez grillé pour ce soir. Mais le fait qu'il soit tombé, et qu'il n'ait en aucun cas tenté de se relever préférant à nouveau se morfondre et se moquer de lui-même comme il aimait le faire secrètement, cela avait eu pour conséquence de se faire rattraper par la jeune femme. Elle avait voulu qu'il l'attende, il avait préféré s'enfuir, comme d'habitude. Le destin en décida finalement autrement, puisqu'elle était maintenant tout prêt et que Calvin n'avait encore fait aucune autre tentative de fuite, préférant voir quelle forme les prochains événements allaient prendre. Elle devait sûrement être en train de se foutre de sa gueule, à vrai dire il ne l'aurai pas volé il était pathétique. Tomber deux fois dans la même soirée, alors qu'en temps normal il n'avait jamais eu de mal à se diriger dans Poudlard lors de ses dernières promenades nocturnes c'était... il n'y avait pas de mots. Sauf que cette fois-ci Cal' était comme dire, préoccupé. Il n'en avait limite plus rien à faire de savoir si oui ou non Rusard était dans les parages, pourtant il devrai. Le vert et argent restait gros à rester ici, totalement insouciant de ce qu'il pouvait lui arriver s'il ne faisait pas plus attention. Surtout qu'il en avait fait du bruit en tombant ce qui lui valu de se faire repérer par son inconnue qui s'était mise à lui courir après.

Allez savoir pourquoi le premier réflex de Calvin fut à ce moment là de sortir sa baguette magique. C'était assez ironique vu qu'il avait en quelque sorte demander tout à l'heure à ce que la jeune femme range sa baguette et surtout qu'elle ne tente rien qui pourrai les trahir tout les deux. Ce n'était en fait qu'une tentative desespéré, de toute manière il savait très bien qu'au moindre sort ce serai foutu. Elle le reconnaîtrai et le jugerai probablement. Il n'avait guère foi en l'espèce humaine à vrai dire, tous pareil selon lui. Surtout les élèves de Poudlard d'ailleurs. Il n'en connaissait pas un seul qui ne faisait pas attention à toutes ces histoires de réputations, de rivalités etc. Lui même était comme ça, peut-être même le pire d'entre eux. En tout cas, Cal' n'osait plus faire le moindre mouvement pensant qu'il pourrai trahir son identité au moindre soupir, à la moindre expression qu'il ferai. Ce serai vous mentir de dire qu'il n'était pas terrorisé à l'idée de se faire découvrir. Pourtant ce n'était pas la mort, il y avait bien pire dans ce bas monde. Pourquoi attacher autant d'importance à de telles futilités ? L'adolescence, un vrai cauchemar.. - Tu peux ranger ta baguette hein. Je pense que, comme moi, tu n'as pas le courage de découvrir qui tu as en face de toi. avait-elle déclaré tout prêt de lui, d'un ton qui avait l'air détendu. Comme si en réalité, toute cette histoire la dépassait. Mais Calvin savait que ce n'était pas vraiment le cas. Espérant secrètement ne pas être le seul à qui toute cette histoire prenait la tête. La seule réaction de sa part fut qu'il rangea sa baguette comme elle lui avait demandé. C'était une idée tout à fait stupide qu'il avait eu de toute manière. Mais en même temps, il se sentait rassuré par ses paroles. Si elle non plus n 'avait pas le courage de découvrir le visage de la personne en face, alors il n'y avait aucune raison que ce moment arrive. Ils étaient tout les deux aussi lâche l'un que l'autre, ok donc pourquoi ne pas en rester là et oublier toute cette histoire ? Ce serai plus simple non, vu qu'ils avaient tendance à ne pas vouloir se compliquer la vie. - Pourtant je suppose que, toujours comme moi, tu en meurs d'envie. Les humains sont compliqués n'est-ce pas ? Moi, je veux juste savoir deux choses. Depuis combien de temps et pourquoi. Calvin entendit la jeune femme soupirer. Il n'y avait tellement pas de bruits qu'il était capable d'entendre chacune de ses respirations, et surtout l'entendre soupirer comme elle venait de le faire. Sûrement l'absence de réaction de la part du Serpentard qui lui arracha cette réaction. En tout cas les paroles qu'elle venait d'adresser à Calvin le frappèrent de plein fouet. Pourquoi voulait-elle savoir tout ça ? Oh et puis après tout elle était bien en droit de se poser des questions. Elle pouvait très bien être en face d'un parfait psychopathe. Bon heureusement, ce n'était pas vraiment le cas.

Calvin apprécia le silence qui avait très vite prit place entre eux. On n'attendait plus que Calvin et ce qu'il allait répondre. À vrai dire il hésitait à nouveau entre rester et profiter qu'elle soit sûrement en train de s'interroger intérieurement sur qui il pouvait être pour partir en courant. Oh et puis elle avait parfaitement raison, lui aussi en mourrait d'envie de savoir qui elle était. Elle avait bien le droit à une petite réponse, au risque de se trahir en donnant un peu trop d'information. Il fallait donc qu'il analyse parfaitement ses mots, et qu'il modère les renseignements à son sujet. Ce fut à son tour de soupirer. ▬ Deux mois, peut-être trois maintenant. Pourquoi ? Je n'en ai aucune idée. Comme si il avait envie de lui dévoiler les vrais raisons. Après tout, pourquoi pas ? Personne ne saurai que c'était lui. ▬ On t'a déjà dis que tu avais une voix magnifique ? C'est peut-être pour ça que je viens dès que j'en ai l'occasion. Il n'osa guère en dire plus à son sujet, préférant s'orienter sur un tout autre sujet. ▬ Tu as raison, les humains sont bien compliqués.. déclara t-il l'air pensif avant d'ajouter : ▬ Je suppose que personne n'est au courant de tout ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ASTORIA & CALVIN ❧ I need to find you, I gotta find you..   

Revenir en haut Aller en bas
 
ASTORIA & CALVIN ❧ I need to find you, I gotta find you..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ϞϞ RPG : La Prestigieuse Ecole de Magie, Poudlard ϞϞ :: ϞϞ Intérieur de Poudlard ϞϞ :: La Salle sur Demande-
Sauter vers: